De la domination d'Alabama au malheur d'une supportrice de LSU.

Le mois de novembre, le plus important en football universitaire, a été lancé proprement ce week-end au cours d’une Week 10 qui a offert une foule de surprises – qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Des gagnants et des perdants ressortent évidemment de cette semaine de compétition, avec des objectifs opposés. Certains visent le College Football Playoff (ou un Bol majeur du Nouvel An, a minima) tandis que d’autres s’enfoncent petit à petit dans la honte.

Découvrez nos 6 gagnants et nos 6 perdants de cette Week 10 :

 

Les gagnants de la Week 10 :

 

1. Alabama écrase LSU et montre que le Crimson Tide joue dans une cour supérieure au reste du pays.

29-0, Alabama

Bien plus que le score final qui est (déjà) impressionnant, le Crimson Tide a disposé de LSU sans que les Tigers, classés en 3ème place par le comité de sélection du College Football Playoff, ne montrent un semblant de réponses aux banderilles de son rival. Le déplacement en terrain hostile, à Baton Rouge, servait de premier test majeur de la saison pour Alabama ; la réponse est cinglante : le Crimson Tide reste, de loin, la meilleure équipe du pays.

Tua Tagovailoa a peut-être lancé sa première interception de la saison, le quarterback du Crimson Tide a délivré une performance incroyable, lançant pour 295 yards face au meilleur secondary du pays. Mais c’est surtout l’ensemble de l’attaque d’Alabama qui a brillé samedi soir avec un total de 576 yards offensifs.

Et puis la défense n’est pas en reste, non plus. Qualifiée comme la plus mauvaise escouade défensive sous l’égide de Nick Saban, elle a répondu avec une rencontre de grande facture avec un pass-rush inépuisable et un front-seven en furie, notamment face à la course, où les Tigers n’ont pu accumuler plus de 12 (!) yards.

Si la défense se met à jouer à un niveau d’exception, il sera virtuellement impossible aux adversaires d’Alabama de suivre la cadence de l’attaque.

 

2. Will Grier et Dana Holgorsen (West Virginia) ont les bijoux de famille les plus imposants de la ligue.

Texas et West Virginia étaient englués dans un shootout digne de la conférence Big 12, où les attaques enchainent les big plays et où les défenses ne savaient plus plaquer décemment. Will Grier suivi de Dana Holgorsen ont débloqué la situation dans les dernières secondes.

Et de quelle manière.

Le quarterback des Mountaineers se connecte avec une passe exceptionnelle de 40 yards dans les airs, lancée depuis son pied avant, et qui vient se loger parfaitement dans les bras de son receveur, Gary Jennings. Il est possible que vous ne verrez pas de passes plus belles que celle-ci.

Et puis Dana Holgorsen a décidé de poser les “cojones” et de sortir l’artillerie lourde. Plutôt que de chercher l’égalisation et les prolongations avec une simple transformation, le head coach appelle une conversion à 2-points pour obtenir la victoire.

Cette tactique incroyablement risqué, paie. Will Grier s’enfonce dans l’en-but sur un QB draw (!) pour donner la victoire aux siens. A vaincre sans péril, on ne triomphe sans gloire.

Et avec cette victoire sur les terres de Texas, West Virginia reste plus que jamais dans la conversation pour le titre de conférence, et plus important encore, pour une place au College Football Playoff.

 

3. Michigan prend sa revanche sur Penn State, poursuit son #RevengeTour avec succès et inscrit “The Game” pour une qualification au College Football Playoff.

En 2016 : 49-10 Michigan.

En 2017 : 42-13 Penn State.

En 2018 ? 42-7 Michigan. Les Wolverines ont pris leur revanche face aux Nittany Lions, remettant les pendules à l’heure après des joutes verbales et éliminant par la même occasion l’équipe de James Franklin de la compétition pour le titre de Big Ten East.

Michigan est apparu extrêmement compétitif sur la scène nationale cette saison et la déroute infligée à Penn State mettent l’accent sur plusieurs éléments : le mental des Wolverines semblent indéfectibles et la défense de Don Brown est possiblement l’unité la plus dominante du pays aux côtés de l’attaque d’Alabama.

Les Nittany Lions n’ont empoché que 186 yards, marquant la troisième équipe de la conférence Big Ten cette saison à ne pas avoir franchir la barre des 200 yards offensifs contre les Wolverines. Aucune équipe, par ailleurs, n’a franchi la barre des 300 yards.

Prochaine étape : “The Game”, à Columbus, dernier obstacle (apparent) entre l’équipe de Jim Harbaugh et une première participation au College Football Playoff.

 

4. Clemson monte en puissance en humiliant Louisville.

Au-delà du résultat sans appel en faveur de Clemson (77-16), Dabo Swinney s’est amusé contre Louisville.

10 joueurs ont marqué un touchdown face aux Cardinals : le running back Tavien Feaster (2), le running back Travis Etienne, le running back Lyn-J Dixon, le defensive tackle Dexter Lawrence (sur une course), le receveur Justyn Ross, le receveur Tee Higgins, le receveur Amari Rodgers, le receveur Will Swinney, le receveur Trevion Thompson et le Isaiah Simmons (pick-six).

Le touchdown de Will Swinney, fils de Dabo, est certainement la cerise sur le gâteau pour le head coach des Tigers.

Mais plus important encore, Clemson efface des esprits le début de saison quelque peu chaotique et monte en puissance de semaine en semaine. L’attaque menée par Trevor Lawrence semble désormais être en mesure de suivre la cadence d’Alabama, si confrontation il y a.

 

5. Washington State s’affirme comme la meilleure chance de Playoff pour la Pac-12.

Washington State a évité le pire contre California samedi soir. Gardner Minshew envoie le touchdown de la victoire dans la dernière minute (19-13) et offre un succès crucial pour la suite de la saison des Cougars.

Seule équipe de la Pac-12 classée dans le Top-10 et dernière équipe de la conférence avec une seule défaite au compteur, Washington State concentre les espoirs de la conférence pour le College Football Playoff. Il lui faut cependant mettre toutes les chances de son côté et la compétitivité faible de la conférence n’est pas un cadeau.

Bonne nouvelle : le dernier adversaire de marque des Cougars de la saison, Washington, a battu Stanford (27-23) et devrait réintégrer le classement d’ici à l’Apple Cup, dans trois semaines.

 

6. Malgré la défaite contre Notre Dame, Northwestern conforte son leadership sur la Big Ten West.

Les performances de Northwestern n’ont rien de spectaculaire, mais les Wildcats se positionnent de plus en plus comme le futur champion de la division Big Ten East.

La défaite contre Notre Dame (21-31), à Evanston, ne découle même pas d’une domination outrageuse du Fighting Irish. Northwestern a réalisé une rencontre solide face à une équipe actuellement qualifiée pour le College Football Playoff, titillant so adversaire pour la victoire dans le dernier quart-temps. Le talent pur du quarterback Ian Book était juste trop important.

Toutefois, grâce à la défaite de Iowa contre Purdue, Northwestern a pris une avance de deux matchs avec trois matchs de conférence restants au calendrier. Deux victoires suffisent pour obtenir le titre de division, officiellement, et les Wildcats doivent encore jouer Minnesota et Illinois.

Le match à Iowa, la semaine prochaine, n’a quasiment aucune importance si ce n’est d’apposer les dernières finitions au titre.

Et Northwestern a remporté 12 de ses 13 derniers matchs de Big Ten.

 

Les perdants de la Week 10 :

 

1. LSU perd ces dernières chances de College Football Playoff et demeure le petit frère d’Alabama jusqu’à preuve du contraire.

Les fans de LSU ne veulent certainement pas l’admettre, mais leur équipe demeure (au moins pour quelques temps) la petit frère d’Alabama.

Le Crimson Tide a délivré une performance offensive époustouflante face à une excellente défense, qui semblait incapable de stopper la furie adverse malgré toute la volonté du monde. Cependant, les Tigers n’ont rien pu faire à cause de leur propre attaque, amorphe face à un front-seven qui a retrouvé sa grâce d’antan.

Avec Joe Burrow constamment sous pression et un jeu de course incapable d’exister sur l’ensemble de la rencontre, LSU n’est même pas arrivé à marquer un seul point face à une défense que tout le monde jugeait comme prenable.

Pire ? LSU n’a pas marqué un seul touchdown contre Alabama, à Baton Rouge, depuis 2014 ; soit un total de 11 quart-temps consécutifs et 167 minutes depuis le dernier touchdown. Rendez-vous en 2020.

 

2. Miami (FL) perd à la maison contre Duke pour la première fois depuis 1976.

Miami (FL) est possiblement la plus grande déception de la saison.

Beaucoup d’observateurs (moi-même inclus) voyaient les Hurricanes en tant que concurrent sérieux pour le titre de conférence ACC et une place au College Football Playoff. Les deux objectifs se sont envolés depuis bien longtemps et Miami (FL) se morfond au fond de la division Coastal à 5-4.

La défense de “The U” excelle, comme l’an passé ; toutefois, l’animation offensive a complètement implosé en vol. Dernière preuve en date : Duke a vaincu les Hurricanes, à Coral Gables, sur le score de 20-12. 12 points contre les Blue Devils, et 39 points sur les 3 derniers matchs.

C’est la troisième fois en 40 ans que Florida, Florida State et Miami ont tous les trois perdu le même jour. Par contre, les Hurricanes s’inclinent à la maison contre Duke pour la première fois depuis 1976.

 

3. Louisville prend 77 points dans les dents pour la 4ème défaite à plus de 50 points de la saison.

14-51 contre Alabama.

31-66 contre Georgia Tech.

35-56 contre Wake Forest.

16-77 contre Clemson.

Louisville s’enfonce un peu plus dans la honte à chaque semaine et la lune de miel avec Bobby Petrino semble avoir touché le fond du seau. Malgré un buyout de $14 millions, il semble inévitable que les Cardinals décident de se séparer de leur head coach à la fin de saison (ou même avant).

De plus, cela reste une faute professionnelle de continuer à employer Brian VanGorder en tant que coordinateur défensif à ce stade de la saison.

 

4. UCF (et la conférence American) régresse dans la hiérarchie du Group of Five en se cannibalisant elle-même.

On pensait que la conférence Pac-12 était la conférence du cannibalisme. Mais celle-ci a pris une semaine de repos et la conférence American a décidé de prendre le flambeau.

Les meilleures chances de représentation sur le scène nationale sont tenus par UCF, classés au bord du Top-10, et les Knights se sont défaits plus tôt dans la semaine d’une bonne équipe (accrocheuse) de Temple. Et malgré ce résultat convaincant, UCF ne sort pas du week-end avec une posture renforcée.

Déjà, les Knights ont autorisé les Owls, une équipe défensive et peu productive en attaque, à poster 40 points et 670 points. Ce n’est pas un bon point.

Et puis, la forme du calendrier de UCF ne prend pas la bonne direction, non plus. Celui-ci est régulièrement critiqué pour être d’une grande faiblesse à l’heure actuelle. La conférence AAC a pris le choix de programmer les plus grandes rencontres de la saison au mois de novembre ; tout allait bien jusqu’à cette semaine.

UCF doit encore affronter la Navy, Cincinnati et USF. Les Midshipmen connaissant une saison apocalyptique (2-7), les Bearcats continuent leur bout de chemin et seront les adversaires les plus sérieux de UCF parce que les Bulls, invaincus il y a deux semaines, viennent de subir deux corrections de suite à Houston et contre SMU.

Et les Cougars, adversaires probables en finale de conférence, ne sont pas constants et viennent de s’incliner contre SMU, eux-aussi.

21 victoires consécutives pour les Knights, record en cours de la ligue, mais à quoi bon.

 

5. Toute la SEC East perd au change ce week-end, même Georgia.

Georgia a été couronné champion de la division SEC East grâce à une victoire contre Kentucky. Mais contrairement aux apparences, personne ne gagne de cette situation.

Evidemment, les Wildcats se sont inclinés (sans discussion possible) face à meilleur qu’eux ce samedi à Lexington et tous leurs espoirs de succès sont réduits à néant. Malgré cela, les hommes de Mark Stoops réalisent une saison historique et peuvent déjà se réjouir d’en être arrivé à ce stade-ci en novembre.

Sauf que l’on ne peut pas en dire autant du reste de la division SEC East.

Florida, qui était censé être une des meilleures équipes de la conférence, s’est largement incliné à la maison contre Missouri (17-38), qui n’avait pas encore remporté de match de conférence cette saison. Tennessee n’a bien qu’un succès à Auburn pour sauver leur saison : les Volunteers ont péniblement battu une faible équipe de Charlotte (14-3) ce samedi.

Ces événements n’aident pas Georgia puisque la force du calendrier des Bulldogs diminuent à vue d’oeil. De plus, de faibles équipes n’aident pas les hommes de Kirby Smart à progresser en vue des mois de décembre et de janvier.

 

6. Cette supportrice de LSU, rien que pour la malheur lisible sur son visage.