Depuis 1892, Alabama n'a produit que deux vainqueurs du Heisman : Tua Tagovailoa est en route pour devenir le troisième.

Les belles histoires se jouent souvent à quelques détails près. Celle de Tua Tagovailoa à Alabama en est l’exemple parfait.

Si aujourd’hui, Tua Tagovailoa est en train de réaliser l’une des plus belles saisons individuelles de l’histoire du College Football, cela aurait pu ne pas être le cas. Pour comprendre comment le quarterback est arrivé du côté d’Alabama, il faut remonter jusqu’en 2015. Nick Saban et son coordinateur défensif Kirby Smart décident alors de signer Jake Fromm, un prospect de talent qui rentrerait parfaitement dans le schéma de jeu du Crimson Tide.

De son côté, Tua Tagovailoa semble avoir tapé dans l’oeil de USC. Le jeune joueur établit un premier contact solide avec Steve Sarkisian lors d’une visite sur le campus de Los Angeles. Le head coach semble être sur la même lignée que l’hawaïen et l’engagement est sur la bonne voie.

Oregon aurait également pu être une destination de choix pour Tua Tagovailoa. Ce dernier étant dans le même lycée que Marcus Mariota (Saint Louis Schoool), ancien quarterback des Ducks et vainqueur du Trophée Heisman, le lien s’était naturellement établi entre les deux partis. Mais jamais l’université n’a proposé une offre au prospect lors de son processus de recrutement.

 

La (très) bonne pioche d’Alabama

 

Nous sommes alors mi-octobre 2015 et USC décide de se séparer de Steve Sarkisian. Ce licenciement vient bousculer les envies de Tua Tagovailoa et la relation alors forte semble de moins en moins solide. De l’autre côté du pays, Kirby Smart devient quant à lui le nouveau head coach de Georgia. En partant d’Alabama, le coordinateur défensif amène avec lui Jake Fromm qui décide donc de signer finalement chez les Bulldogs durant l’inter-saison, en 2016.

Alabama voyant son quarterback s’en aller, le programme s’active pour se rapprocher de Tua Tagovailoa, avec qui le contact se fait de plus en plus pressant.

“On voulait toujours signer Jake Fromm malgré le départ de Kirby Smart à Georgia, car le voir annuler son engagement était une de ces choses auxquelles nous sommes pas enthousiastes. Mais nous avons eu un bon pressentiment que nous aurions Tua”, déclarait Lane Kiffin.

Comme le souligne le coordinateur offensif du Crimson Tide, Alabama est finalement bien heureux de mettre la main sur le jeune hawaïen en mai 2016, seulement quelques jours après la signature de Jake Fromm à Georgia. Il faut dire que la hype autour de Tua Tagovailoa n’a pas cessé d’augmenter durant sa saison senior où il a affolé les compteurs avec plus de 2 500 yards, 33 touchdowns et seulement 3 interceptions sur 236 lancers.

Mais au-delà des statistiques, Lane Kiffin savait qu’il possédait dorénavant un quarterback talentueux capable de résister à la pression grâce à une confiance décuplée et capable d’être le leader attitré d’une attaque qui vise le titre national.

De là à s’imaginer voir Tua Tagovailoa révolutionner tout un système ? Sûrement pas.

 

Nick Saban et la révolution Tua Tagovailoa

 

Depuis son arrivée en 2008 à la tête du programme, Nick Saban a remporté cinq titres nationaux. Une dynastie qui s’est construite autour d’une défense infranchissable et d’un jeu de course exceptionnel, en attestent les vainqueurs du Tophée Heisman, Mark Ingram et Derrick Henry. Le “système Saban” est donc devenu en une décennie une véritable institution.

Le schéma est simple : Alabama ne produit pas les meilleurs prospects NFL du pays, car l’objectif n’est pas de façonner des individualités, mais une équipe capable de gagner tous les ans.

Une manière de penser le football que l’on pensait intouchable sur le campus de Tuscaloosa, encore plus concernant le poste de quarterback. Nick Saban s’est toujours appuyé sur un QB qui rentre parfaitement dans son système de jeu. Ce n’est pas par hasard si seulement deux quarterbacks en provenance d’Alabama ont rejoint la NFL depuis 2008 : Greg McElroy (2011) et AJ McCarron (2014). Deux joueurs qui n’ont d’ailleurs jamais réussi à se faire une place dans le milieu professionnel.

Mais cette saison, Tua Tagovailoa a transformé radicalement la philosophie de jeu du côté du Crimson Tide.

 

 

Jamais un quarterback n’avait engrangé autant de touchdowns (37) et de yards lancés (3 353, à seulement 134 yards du record) en l’espace d’une saison à Alabama. Jamais un quarterback n’avait autant eu d’impact au sein de l’attaque du Crimson Tide. Et jamais un quarterback n’avait ne serait-ce qu’un peu réussi à contrecarrer le maître Nick Saban.

Car il faut comprendre que Tua Tagovailoa est totalement incontrôlable. Si le quarterback est souvent comparé à un “cheat code”, cela est pour une bonne raison. Selon plusieurs hommes proches de Nick Saban, le head coach n’a pas la même attitude envers le sophomore qu’envers les autres QBs qu’il a eu sous sa houlette par le passé.

La confiance qui règne entre le joueur et l’entraîneur joue sûrement beaucoup, mais il est clair que Nick Saban n’a pas autant d’influence sur Tua Tagovailoa. Ce dernier est un électron libre. Il est impossible de lui interdire un lancer dont lui seul a le secret ou de l’empêcher de laisser place à son imagination.

L’attaque d’Alabama, qui était alors concentrée sur des courses bien exécutées respectant à la lettre le plan de jeu, est devenue une attaque très fun à voir jouer de par son explosivité et son jeu aérien. La faute (ou grâce) à un seul homme Tua Tagovailoa.

Un homme d’un talent incroyable qui pourrait devenir le premier quarterback de l’histoire du programme à remporter le Trophée Heisman ce samedi soir.