Kyler Murray est un animal sauvage dont on n’a pas encore apprivoisé les qualités.

Le quarterback junior d’Oklahoma joue possiblement son dernier match de football en carrière à la fin du mois, dans le cadre de l’Orange Bowl et du College Football Playoff. On ne parle pas de sa carrière universitaire avant de se projeter vers la NFL, mais bien de sa carrière de joueur de football, tout court.

En effet, dès que la saison de football touche à sa fin, Kyler Murray prendra la chemin d’une carrière différente avec les A’s de Oakland, en MLB. 

Sélectionné en huitième position générale de la dernière Draft MLB, il a décidé contre toute attente de poursuivre une carrière professionnelle en baseball plutôt qu’en football, alors que, à Oklahoma, il s’impose comme l’un des tous meilleurs joueurs de la ligue. Au terme d’une saison historique où son prédécesseur, Baker Mayfield, a quasiment été relégué au second plan malgré l’obtention du dernier Heisman Trophy.

En parlant de Heisman Trophy, Kyler Murray s’est inséré dans la discussion pour le récompense individuelle suprême en football universitaire.

Un vainqueur du Heisman Trophy a-t-il déjà déserté le football universitaire pour un tout autre sport ? La situation semble unique mais il existe un précédent et non des moindres. Un homme a accompli dans l’ère moderne une telle transition. Celui-ci porte un matricule légendaire : Bo Jackson.

 

Un impact transcendant en football universitaire

 

La saison exceptionnelle de Tua Tagovailoa ne rend pas justice à ce qu’est arrivé à réaliser Kyler Murray.

Dans l’ombre du quarterback d’Alabama pour la majeure partie de la saison régulière, il a pourtant marqué le football universitaire de ses qualités uniques de playmaker. Il a posté une moyenne de 70.9% de passes complétées en 13 matchs (pour une moyenne incroyable de 11.9 yards par tentative), 4.053 yards à la passe pour 40 TDs et 7 INTs, ainsi que 892 yards et 11 TDs à la course. 

A titre de comparaison : Baker Mayfield a accompli une moyenne de 70.5% de passes complétées, 4.627 yards à la passe pour 43 TDs et 6 INTs, mais seulement accompagné de 311 yards et 5 TDs au sol. L’actuel quarterback des Browns de Cleveland (NFL) a remporté le Heisman Trophy, au sein de la même attaque des Sooners dirigée par Lincoln Riley, avec le double des votes pour son dauphin, Bryce Love (2398 points contre 1300 pour le running back de Stanford). 

Kyler Murray mérite-t-il le Heisman Trophy ? Oui, bien sur, surtout en faisait aussi bien si ce n’est mieux que l’ancien récipient du trophée. 

Mais Kyler Murray est-il le meilleur joueur de cette saison de football universitaire ? La discussion est ouverte avec les performances de Tua Tagovailoa.

Le leader d’Oklahoma a quoi qu’il en soit excellé de la Week 1 au titre de conférence Big 12, en propulsant l’attaque des Sooners dans une nouvelle dimension tout en apportant une touche révolutionnaire au poste de quarterback. Il est virtuellement impossible que vous soyez passés à côté des courses électriques de Kyler Murray et des bombes quittant son bras à la vitesse de l’éclair.

 

 

Kyler Murray a décidé de raccrocher les crampons à la fin de la saison avant même que la saison débute. Mais après un tel succès, quasiment inespéré, peut-il revenir sur cette décision et rester sur le terrain de football, que ce soit à Oklahoma ou dans n’importe quelle franchise professionnelle ? La réponse est claire et nette : non.

« Je pense que je pourrais jouer en NFL, » précise le quarterback d’Oklahoma dans une récente conférence de presse. « Mais à l’heure actuelle, oui, le plan est d’abandonner le football. »

 

Le Heisman Trophy en guise d’adieu ?

 

Bo Jackson avait lui-aussi envisagé de mettre le football de côté après une aventure universitaire à Auburn. 

L’illustre running back s’est rapidement imposé comme une star avec les Tigers, remportant le Heisman Trophy en 1985 pour ce qui était considéré à l’époque comme la marge de victoire la plus faible de l’histoire du trophée face au quarterback d’Iowa, Chuck Long.

Il a même été sélectionné par les Buccaneers de Tampa Bay lors de la Draft NFL suivante ; cependant, après des scandales internes, Bo Jackson a pris la direction de la ligue professionnelle de MLB et des Royals de Kansas City en 1986. Il ne débutait pas sur un diamant de baseball. L’outfielder a été également repéré comme la future star de la décennie alors qu’il jonglait entre les deux sports à Auburn.

Bo Jackson a connu la fabuleuse carrière professionnelle entre Kansas City et les Raiders de Los Angeles, malheureusement écourtée par les blessures. 

Kyler Murray jongle lui-aussi entre le football et le baseball à Oklahoma. Pareillement, il excelle dans chacun de ses sports. 

(Crédit photo : Max Faulkner/Star-Telegram, via Associated Press)

Le quarterback actuel des Sooners représente la nouvelle graine des sportifs nord-américains, avec une pratique de multiples sports, mais il défie le système économique prédominant : un joueur de football universitaire, notamment au poste de quarterback, se rend presque automatiquement en NFL et récupère un contrat mirobolant dès les premières années d’activité. 

Mais il choisit la direction du baseball professionnel où la précarité, entre les années au sein des ligues mineures et des effectifs plus importants, est davantage synonyme avec le début de carrière d’un joueur. Il a certes signé un contrat de $4 millions annuels au lendemain de sa sélection par les A’s de Oakland, mais il récupèrera moins d’argent sur son premier contrat que s’il avait choisi le chemin du football professionnel. 

Cependant, il possède une vision de carrière à long terme aussi formidable que sa vision sur un terrain de football : ses qualités athlétiques (vitesse et force de bras) seront exacerbées en MLB et les seconds contrats professionnels atteignent des sommets encore inégalés dans le sport américain.

La participation au College Football Playoff signera sans doute les dernières actions de Kyler Murray sur un terrain de football.

Il affrontera à l’Orange Bowl une équipe d’Alabama menée par Tua Tagovailoa, qui sera devenu son dauphin ou le détenteur du Heisman Trophy. Mais quelle que soit l’issue de cette récompense, Kyler Murray quitte l’univers du football sur un « bang ».

Et à l’instar de Bo, « Kyler knows ».