Si Clemson se prépare idéalement pour les Playoffs, Boston College poursuit sa reconstruction à son rythme.

C’était un véritable examen pour Boston College.

Le genre de match qui pointe vos limites aux yeux de tous mais qui a le don de faire grandir. Dans un match que les observateurs avaient coché, Boston College a essayé, mais est tombé sur plus fort.

Une déception ? Très certainement. Un enseignement ? Sans aucun doute.

Si l’on pouvait légitimement s’attendre à un match plus étriqué, les Eagles ont vite perdu leur quarterback titulaire, Anthony Brown, touché aux abdominaux sur la première série offensive des siens. Et sans réelle solution de rechange, les locaux ont qui plus est vu leur running back star, A.J. Dillon, stoppé par la redoutable ligne défensive des Tigers.

Sans réellement trembler, Clemson est venu à bout des Eagles de Boston College (27-7), suffisant pour rafler la division ACC Atlantic pour la 4ème année consécutive.

 

 

La défense a également souffert et Clemson a imposé son tempo grâce à un très bon Trevor Lawrence (29/40, 295 yards, TD, INT). Le running back Travis Etienne n’a pas marqué mais a tout de même contribué avec 78 yards empochés.

Les Tigers n’ont pas réalisé leur meilleure prestation mais la force des hommes de Dabo Sweeney est réelle.

Plus qu’une simple défaite, ce match était un examen de passage pour les Eagles. Face à l’une des toutes meilleures équipes du pays (si ce n’est la meilleure), Boston College a pu se rendre compte de ses limites. Ainsi, Steve Addazio et ses hommes savent désormais les points sur lesquels ils devront travailler pour refaire de Boston College un programme qui compte.

Signe positif, c’était le plus grand match à domicile des Eagles depuis des années. 44 500 spectateurs se sont en effet rassemblés à l’Alumni Stadium, en plus des caméras d’ESPN pour le traditionnel “College GameDay”, une première à Chestnut Hill depuis 2009.

 

Un magicien nommé Steve Addazio

 

Les Eagles ont une chance de remporter huit succès pour la première fois depuis 2009 et même neuf victoires pour la première fois depuis 2008. Symbole de cette dynamique nouvelle : le head coach, Steve Addazio.

Arrivé dans le Massachussetts en 2013, Steve Addazio avait une volonté principale : celle de changer les mentalités sur le campus de Boston College du tout au tout. Surtout, il s’est attaqué à un chantier principal, qui était d’améliorer le recrutement des Eagles en utilisant notamment les réseaux sociaux pour moderniser le programme.

Cette saison, Steve Addazio possède plus de talents qu’il n’en a sans doute jamais eu. Plusieurs prospects professionnels peuplent le roster des Eagles. Cela a pris du temps mais comme l’illustre la venue de ESPN à Chestnut Hill, Boston College a retrouvé une légitimité au niveau national.

Cela aura pris du temps mais Steve Addazio tient là une première petite victoire.

(Crédit photo : Jeremy Brevard-USA Today Sports)

Premier talent, A.J. Dillon est aujourd’hui la principale arme offensive de l’équipe, troisième coureur de la conférence ACC en termes de yards gagnés avec 936 yards. Le sophomore sera quoi qu’il en soit de retour l’année prochaine pour poursuivre la dynamique nouvelle des Eagles.

A ses côtés, le quarterback, Anthony Brown, redshirt sophomore, s’est affirmé cette saison comme un très bon game manager. Brown et Dillon, deux anciennes recrues 3-étoiles, s’affirment comme de belles réussites du recrutement mené par Steve Addazio.

Mais ce qui fait la force du programme de Boston College, c’est sa défense.

Cette année encore, la défense des Eagles est l’une des meilleures escouades du pays. Mené par le defensive end Zach Allen, qui devrait être un choix du premier tour lors à la prochaine Draft NFL, la défense des Eagles est une belle application d’un développement lent mais qui porte aujourd’hui ses fruits.

La vitesse à laquelle Boston College a transformé d’anciennes recrues 2- et 3-étoiles en défenseurs dignes de la NFL est à souligner. Harold Landry, John Johnson III ou Matt Milano ont rejoint les rangs de la grande ligue ces dernières années.

Alors oui, Boston College s’est incliné face à Clemson, mais le ciel des Eagles ne s’est pas assombri pour autant. Steve Addazio a replacé Boston College dans la conversation nationale.

Quelle plus franche réussite pour un programme habitué à la défaite depuis dix ans ?

 

Et maintenant ?

 

Clemson peut remercier Boston College, car les Eagles ont servi comme d’un très bon opposant pour préparer le College Football Playoff.

Voilà donc la prochaine étape pour les hommes de Steve Addazio pour atteindre le football universitaire de très haut niveau. Dans ce monde très fermé, tout est différent. Les équipes commencent la saison avec les dates des Playoffs sur leur calendrier et ne réfléchissent qu’en conséquence, comme Clemson, Alabama ou Georgia. C’est une caste différente de celle occupée par les Eagles aujourd’hui, mais pas inatteignable tant la progression semble linéaire.

Les perspectives de recrutement semblent aller dans la même direction que l’équipe. Le lineman offensif Finn Dirstine est ainsi la première recrue 4-étoiles à avoir choisi Boston College depuis le début de l’ère Addazio. Boston College a également obtenu l’engagement du linebacker Tommy Eichenberg. Et derrière lui, avec de nombreuses autres recrues classées, la classe 2019 concoctée par Addazio est pour le moment séduisante.

S’ils n’ont pas remporté le match, les Eagles ont néanmoins remporté le respect des Tigers. Boston College a aidé Clemson à se préparer pour le College Football Playoff, avec dans l’optique, un jour, de combler son retard.