Si Boise State peut capitaliser sur la victoire, les deux équipes pourraient se retrouver en finale de conférence MWC.

Boise State s’est relancé dans la course au titre de la Mountain West dans le cadre du choc au sommet de la conférence.

Alors que Utah State truste toujours la première place de la division Moutain, les Broncos peuvent encore croire à une qualification en finale de conférence, et ce grâce à un succès sur Fresno State, qui a eu du mal à se dessiner face à des Bulldogs, en grande forme, qui restaient sur huit succès consécutifs.

Sur leur lancée, les visiteurs ont mis à mal Boise State jusqu’au début du troisième quart-temps (17-3) en muselant totalement l’attaque des Broncos.

On pensait alors que les Bulldogs étaient bien partis pour l’emporter pour la première fois depuis 1984 sur le terrain de l’Albertsons Stadium, mais la fin de match a changé la donne. Poussés par un public chauffé à blanc malgré la température glaciale, les Broncos ont effectivement inscrit trois touchdowns de suite pour aller chercher la victoire (24-17).

Retour sur un comeback expliqué en trois points.

 

1. Alexander Mattison était intenable

 

Alexander Mattison est le grand artisan de la victoire, incontestablement.

Le running back des Broncos a permis de faire sauter le verrou du front seven de Fresno State à lui-seul en seconde période, bien aidé par une ligne offensive métamorphosée. Alors que celle-ci était incapable de créer des espaces pour son coureur, elle a réussi à prendre le dessus au niveau de la ligne de scrimmage afin de laisser Alexander Mattison s’exprimer pleinement.

Dès que le junior a de l’espace, il devient très difficile à plaquer. Sur cette action, la ligne offensive des Broncos ouvre en deux le front seven adverse, mais ne parvient tout de même pas à bloquer le defensive tackle adverse, Jasad Haynes (#93). Alexander Mattison, très bon sur un-contre-un, remporte cependant son duel pour obtenir le first down.

La ligne offensive est encore perfectible, mais Alexander Mattison a juste besoin d’espace pour s’exprimer. C’est un coureur agile et qui possède des appuis de grande qualité.

Alors qu’il n’avait engrangé que 53 yards en première mi-temps, le running back en a accumulé 91 en seconde période tout en inscrivant deux touchdowns. Avec un joueur en si grande forme, le coaching staff a bien évidemment insisté sur le jeu au sol tout en gardant Brett Rypien sous la main.

 

2. Brett Rypien a profité des espaces créés

 

Quand vous possédez un jeu de course efficace, il est tout de suite plus facile de créer des gros jeux dans les airs.

Très malin dans le choix de ses jeux appelés, le head coach des Broncos Bryan Harsin a fait appel à Brett Rypien dans le dernier quart-temps, notamment, lorsque Boise State était revenu à égalité (17-17) grâce au jeu au sol.

Même si le senior a concédé une interception en première mi-temps, il n’était pas dans un mauvais jour comme en attestent ses statistiques (24/29 et 269 yards). Pour autant, il s’est éclipsé peu à peu au profit d’Alexander Mattison avant de punir la défense des Bulldogs dans le dernier quart-temps.

Obnubilée par le jeu au sol, la défense des Bulldogs a été surprise par un magnifique lancer de Brett Rypien pour son receveur freshman Khalil Shakir. Considéré comme l’un des meilleurs secondaries du Group Of Five, le backfield défensif de Fresno State n’a pas su répondre au moment clé de la partie en concédant ce touchdown.

L’expérience de Brett Rypien a fait la différence. De manière intelligente, il a accepté laisser le contrôle du cuir à son coéquipier qui a pu fatiguer la défense adverse (35 minutes de possession pour Boise State). Cela lui a par la suite permis de profiter de davantage d’espaces en fin de match.

Au passage, le quarterback senior a également accumulé les records sur ce match en devenant le meilleur passeur de l’histoire de la conférence en termes de yards (12.924) et de passes complétées (981).

 

3. Une ligne défensive sans cesse pressante

 

Lors de ces neuf premiers matchs de la saison, Fresno State n’avait encaissé que cinq sacks. En l’espace d’une rencontre, le programme en a concédé trois face à Boise State. Cette statistique est significative de l’impact qu’a eu le front seven des Broncos pour faire basculer la partie.

Marcus McMaryion, le quarterback des Bulldogs, était la menace principale de l’autre côté du terrain. Le senior réalise une saison exceptionnelle sans faire de bruit ; lui mettre de la pression de manière constante était la clé défensivement pour les Broncos. Ces derniers ont réussi à être agressifs avec leur pass rush, notamment en seconde période.

Lors du deuxième acte, Fresno State n’a pas réussi une seule fois à convertir une troisième tentative (0/5), la faute à une ligne défensive de Boise State intenable.

Le premier rideau a en effet mis à mal la ligne offensive des Bulldogs, qui était pourtant bien en place en début de match. Les linebackers ont ainsi profiter d’espaces plus conséquents pour gêner Marcus McMaryion.

S’il fallait résumer ce gros travail défensif des Broncos, admirez ce sack de Tyson Maeva à deux minutes de la fin sur un 3rd&5. Un sack crucial puisque les Bulldogs échoueront sur la quatrième tentative qui suit, scellant le résultat final.

Même si tout n’a pas été parfait, Boise State a su s’ajuster de manière brillante face à Fresno State. Les espoirs de titre ne sont toujours pas enterrés et nul doute que ce comeback a mis en confiance les Broncos avant d’accueillir Utah State dans deux semaines pour une rencontre qui déterminera le vainqueur de la division Moutain.