Du Friday Night Lights de très haut calibre à Los Angeles, toujours une bonne idée.

Il existe de très nombreuses traditions dès que l’on parle de football aux Etats-Unis. Les dimanches devant la télévision (ou au bar) avec la NFL, les samedis avec les amis au stade de l’université où l’on a étudié 5, 10, 20, 30 ans auparavant. Et puis, les vendredis détiennent également une place spéciale.

Les vendredis soirs sont dédiés à la famille, toujours au stade, mais celui du lycée.

Jouer au football avec ses parents dans le jardin de la maison est très souvent le premier contact avec le football, dès le plus jeune âge. Le lycée devient pour sa part une expérience fondatrice à bien des égards. La compétition atteint une nouvelle dimension sans que la passion de la communauté d’anciens élèves et la proximité de la famille ne se perdent en chemin. Et en plein Orange County, deux des meilleures équipes de football lycéennes du pays ont mis en exergue tout ce que le football lycée représente.

Les Monarchs de Mater Dei recevaient les Gaels de Bishop Gorman. Le lycée classé #1 du Super 25 face au lycée classé #3. Une des puissances historiques de l’Etat de Californie contre le triple champion national en titre et détenteur d’une série de 55 victoires consécutives.

Tout était réuni pour que les deux adversaires au titre suprême se livrent corps et âme.

L’ambiance religieuse d’avant-match apportée par la messe générale, telle une cathédrale remplie de près de 8.000 supporters de football, a rapidement été remplacé par une atmosphère aussi étouffante que la chaleur tombant dans l’antre du Santa Ana Stadium avec la disparition du soleil de plomb californien derrière les tribunes.

Ces tribunes sont par ailleurs remplies de manière très distinctes : tout le monde est présent en famille. Que les fans soient venus ensemble en étant qu’anciens élèves du lycée ou qu’ils soient des frères, soeurs, parents, amis des jeunes garçons sur le terrain, une dynamique demeure la même. Tout le monde se rend au stade chaque semaine en portant fièrement les couleurs du lycée, à la mode de ce que l’on peut voir sur les campus universitaires.

Les deux lycées de confession catholique demeurent respectueux l’un envers l’autre, tout du moins du côté des tribunes (aussi surprenant soit-il lorsque l’on connait le comportement des fans de football universitaire ou professionnel). Les garçons sur le terrain n’ont même pas 18 ans et dénotent par leur corpulence adolescente, mais les chocs ne sont pas retenus sur le terrain.

Le show dans les tribunes est digne du sport américain : amour (du jeu), gloire (des joueurs) et beauté (des parents en socialisation forcée). Mais rien n’arrive à la cheville des performances proposées sur le terrain.

Et au terme d’une rencontre complètement folle, d’un niveau hallucinant pour le lycée, les locaux de Mater Dei ont provoqué la chute du triple champion national en titre sur le score final et sans appel de 35 à 21. Les performances offensives des Monarchs ont surtout été époustouflantes et ont éteint les faibles espoirs des Gaels à la sortie des vestiaires de la mi-temps.

Mater Dei, menant 14 à 7 à la moitié du chemin malgré une première mi-temps dominée de la tête et des épaules, enfonce le clou en deux temps. Le quarterback junior 5-étoiles J.T. Daniels (19/32, 302 yards, 2 TDs), considéré comme le meilleur quarterback pro-style de la promotion 2019, a justifié son statut avec une rencontre étincelante. Il a enchainé les bombes parfaitement placées dans les bras de ses cibles et notamment le receveur/defensive end 5-étoiles Bru McCoy (7 réceptions, 137 yards), qui a justifié un talent démesuré au fil des minutes, entre réceptions de haute volée et sacks ravageurs.

Les deux coéquipiers se sont connectés en profondeur dès les premières secondes du deuxième acte, permettant à Nikko Remigio (6 réceptions, 114 yards, 2 TDs), receveur 4-étoiles engagé à California et autre star de la soirée, d’attraper un touchdown seulement 32 secondes après la reprise. Bishop Gorman retrouve le ballon mais sombre dans la foulée, avec un pick-six lancé par le quarterback dual-threat 4-étoiles, Dorian Thompson-Robinson (15/37, 334 yards, 2 TDs, 2 INTs).

En une fraction de secondes, Mater Dei s’envole 28 à 7 au tableau des scores et bien que Bishop Gorman ait monté un petit comeback par la suite, aidé par la belle soirée du receveur 3-étoiles Cedric Tillman (180 yards, TD), les Monarchs ne se sont jamais trouvés en position de succomber à la puissance des enfants du Nevada.

Les californiens ont réalisé un tel accomplissement sans pour autant avoir l’aide d’un des meilleurs prospects du pays au poste de receveur, Amon-Ra St Brown, blessé à un doigt pour la rencontre. La défense des Monarchs a distillé une prestation surprenante, coupant les ponts entre le quarterback et l’excellent escouade de receveur avec de la pression et de l’agressivité.

Cette rencontre au sommet donnait également à voir le futur de la rivalité de Los Angeles entre USC et UCLA. Engagé avec les Trojans, J.T. Daniels a dominé dès le coup de sifflet inaugural cette confrontation de son talent et surtout l’opposition directe avec Dorian Thompson-Robinson, engagé avec les Bruins. La constance et la précision aérienne du quarterback des Monarchs a éclipsé le bras puissant mais peu précis ainsi que les décisions douteuses du quarterback des Gaels.

Les head coaches des deux programmes universitaires de Los Angeles, Clay Helton et Jim Mora, étaient présents au Santa Ana Stadium pour observer leur futur poulain. L’un doit certainement être plus content que son rival.

Mais le véritable gagnant de cette rencontre reste le football en lui-même. Des mots même des supporters présents dans les tribunes, un match d’une telle intensité et d’un tel niveau est exceptionnel pour le niveau lycéen. L’attente n’a pas été galvaudée entre deux des meilleures équipes lycéennes du pays depuis des années/décennies.

Mater Dei a renversé le roi de son trône et prend la place de dominance sans partage au sommet de la hiérarchie que Bishop Gorman détenait, justement, depuis plusieurs saisons. Mais la route vers le titre national est encore très longue, ce n’était finalement que la seconde semaine de compétition.