Si l’on creuse un peu le samedi soir, à 18h, on peut tomber sur des affiches moins intéressantes sur le papier mais ô combien passionnantes. Ce fut le cas de la rencontre entre FAU (aka Last Chance U, saison 2), et Wisconsin.

On parle d’une équipe issue de la Floride cette semaine à cause de l’ouragan qui se présente sur l’Etat. De nombreux matchs sont annulés et dans tout ce chaos, Florida Atlantic se déplace dans le Wisconsin pour jouer son deuxième match de la saison. Incertains de revenir sur le campus à la fin du match, les Badgers ont décidé de payer les frais de l’équipe entière si impossibilité de retour. C’est un beau geste qui mérite d’être souligné.

FAU sort d’une première confrontation assez délicate, avec une large défaite à la clé face à la Navy (42-19). Le jeu est encore loin d’être en place et le processus risque d’être long. Ce déplacement chez l’équipe actuellement classée #9 du pays n’est pas une si bonne nouvelle que cela. Les Badgers ont déroulé face à Utah State (59-10) pour leur premier match “d’échauffement”.

On pense alors que ce sera une balade de santé pour les locaux… et c’est le cas, du moins lors du premier quart-temps. Après seulement cinq minutes de jeu, mon nouveau running back préféré, le true freshman Jonathan Taylor, transperce la défense des Owls et inscrit un touchdown de 64 yards (7-0). Les visiteurs sont à l’arrêt, avec seulement un first down obtenu lors de leur cinq premières possessions. Wisconsin, par l’intermédiaire encore une fois de Taylor, qui casse des plaquages aussi facilement que l’on respire, creuse l’écart au tableau d’affichage avec une course de 24 yards (14-0).

Malgré tout, après une longue période d’adaptation, FAU commence à jouer son jeu. Le quarterback Daniel Parr retrouve une belle connexion entrevue lors du premier match avec son receveur vedette DeAndre McNeal. Cela se concrétise au tableau d’affichage avec un touchdown, qui réduit l’écart (14-7). La défense de Wisconsin est assez naïve sur ce coup-là et cela reste le score à la fin du premier quart-temps.

Après avoir abusé du jeu au sol, les Badgers s’en remettent au jeu aérien. Il faut dire que le tight end Troy Fumagalli est en forme sur ce début de saison. La défense des Owls lui laisse des espaces et ce dernier en profite. Il capte une passe de son quarterback pour 12 yards et inscrit des nouveaux points dans ce match (21-7).

Mais FAU ne se laisse pas faire et d’un coup, le niveau d’intensité défensif monte d’un cran. La ligne défensive prend enfin l’ascendant sur la ligne offensive adverse et force même une interception. Avec une bonne position sur le terrain, l’attaque termine le travail avec une petite course d’un yard de Devin Singletary (21-14).

Wisconsin enfile un field goal sur le dernier drive et le score à la pause est de 24 à 14. Mais clairement, le momentum a changé. Les visiteurs ont haussé le niveau défensif, comme en atteste la dernière série de la première période, en limitant l’attaque adverse à seulement trois points tout en défendant dans sa red-zone. La défense aurait pu récupérer le cuir, mais le safety des Owls a eu les mains glissantes au moment d’intercepter la passe d’Alex Hornibrook. Dommage.

Le début du troisième acte est brouillon pour les deux équipes. Seulement un touchdown inscrit, en la personne de notre nouveau poulain Jonathan Taylor, qui produit un match à la limite historique pour un freshman (31-14).

Sinon, pas grand chose à se mettre sous la dent. Les deux défenses annihilent chaque tentative adverse, un peu en manque d’inspiration, il faut dire. Le quatrième acte est de même facture. FAU semble cramer, Wisconsin se contente de gérer tranquillement. On a connu mieux mais au final, ce fut un match très plaisant et #9 Wisconsin l’emporte sur le score de 31 à 14.

La performance de Jonathan Taylor est un vrai match de mammouth, terminant avec 223 yards en 26 portées et 3 touchdowns à la clé. Chris James, son backup, n’a pas été en reste avec 16 portées pour 101 yards. Alex Hornibrook n’a pas été étincelant, ni mauvais (16/28, 201 yards, TD, INT).

Côté FAU, DeAndre McNeal est l’homme du match en attaque, avec 103 yards en 3 réceptions avec un touchdown. Daniel Parr termine avec un 9/19 pour 142 yards et 1 touchdown. Pas d’interception, c’est déjà un bon point, mais on reste sur notre faim puisque DeAndre Johnson, le quarterback d’East Mississppi State la saison dernière, n’était pas du voyage. Il était officiellement malade mais son utlisation de manière sporadique lors du premier match de la saison est aussi à prendre en compte.