Enfin, 135-1. UMBC a rompu le signe indien des seeds #16.

UMBC. University of Maryland, Baltimore County.

Il faut désormais retenir cette université pour ceux d’entre nous qui ne la connaissaient pas (tout le monde, donc). Pourquoi ? UMBC est simplement rentré dans l’histoire de la March Madness, si ce n’est même celle du basketball universitaire.

Jamais un seed #1 n’avait cédé sous les chatouilles, voire les coups de boutoir pour des scénarii les plus spectaculaires, d’un seed #16. Jusqu’à ce que UMBC décide de mettre fin à cette hégémonie.

135-1.

UMBC représente ce petit “1”.

Les Retrievers (oui, comme la race de chiens) ont réalisé le plus bel et retentissant upset de tous les temps. Middle Tennessee face à Michigan State ? Norfolk State face à Missouri ? Ces surprises ne valent presque rien face à l’exploit de UMBC.

Ils ne viennent pas simplement d’accomplir un acte inespéré, redouté par les plus grands et rêve par les “petits poucets”.

Les Retrievers, considérés comme la plus mauvaise équipe qualifiée pour le tournoi, ont battu de 20 points (74-54) la meilleure équipe du championnat cette année, classée unanimement à la première place de l’AP Top 25 et récompensée du premier seed général de cette March Madness.

West Virginia et Virginia Tech ont été les seules équipes à battre les champions de la conférence ACC en 2018. Ajoutez désormais l’équipe de UMBC à cette liste.

Il est assez fou de se dire que UMBC a renversé Virginia, pour la simple et bonne raison que les Retrievers sont sortis champions de la conférence America East grâce à un buzzer beater incroyable face au grand major, Vermont.

Il faut également savoir que UMBC s’est incliné en saison régulière de 44 points (39-83) sur le terrain d’Albany puis deux semaines plus tard, sur son propre terrain, de 28 points face à Vermont.

UMBC est la représentation parfaite de ce qu’est une “Cendrillon”.

Essayer de comprendre tous ces événements est déjà très lourd. Mais se rendre compte que les Retrievers ont marché sur une des meilleures défenses de l’histoire du basketball universitaire relève de la magie noire.

Virginia contenait ses adversaires à une moyenne de 53.4 points et n’avait pas autorisé plus de 70 points sur l’ensemble des matchs de la saison, victoire ou défaite. UMBC a marqué 53 points sur la seconde période (!) et 74 points au total.

On attendait qu’un seed #16 renverse un seed #1 depuis longtemps et l’on pensait que Penn serait plus à même de se jouer de Kansas cette année. Mais on ne voyait pas une seconde UMBC accomplir un tel miracle, si ce mot est assez puissant.

Un miracle, vraiment ?

Cette victoire ne découle même pas d’un buzzer-beater ou d’un événement improbable de fin de rencontre. UMBC s’est joué de Virginia au terme d’une performance dominée de bout en bout, de la première à la dernière minute.

Les 20 points d’écart au score final ne sont pas là par hasard.

Jairus Lyles est par ailleurs devenu immortel à la suite de cet upset plus grand que tous les autres upsets de l’histoire de la March Madness.

Le junior et produit local de UMBC a réalisé une performance phénoménale, scorant chacun de 28 points avec une assurance et une détermination étourdissante. Vous ne verrez pas beaucoup de joueurs percer la raquette des Cavaliers, mais Jairus Lyles est arrivé à trouver le panier au cours des 60 minutes du match (9/11 aux tirs).

Malgré des crampes en seconde mi-temps. Oui, il a dominé Virginia malgré des crampes.

Ah, et il marque 23 de ses 28 points en seconde mi-temps, d’ailleurs.

A égalité à la mi-temps, UMBC a réalisé une performance collective sensationnelle et enfonçait un peu plus son pied dans la gorge des Cavaliers au fil que la rencontre avançait. Rien ne pouvait stopper les Retrievers.

Les tirs primés ne voulaient pas tombés non plus hors du panier, comme un signe que cette surprise devait se produire. Et pour qu’un seed #16 remporte une rencontre, il est impératif de tirer avec efficacité sans perte de vitesse lors de la seconde période.

UMBC a rentré 12 de ses 24 tirs à 3-points. Si vous cherchiez une raison concrète à cet upset.

Autant pour moi, au plus majestueux de tous les upsets de l’histoire.

Vous ne verrez peut-être jamais plus un seed #16 battre un sed #1 de votre vie.

Tous les résultats de la seconde soirée du First Round, en images :