Midnight on Campus est allé à la rencontre de Erik Ostberg pour obtenir un entretien exclusif avec une pépite évoluant dans la petite conférence America East.

Derrière les conférences ACC, Pac-12 ou encore Big 12 existent des conférences dont on ne parle peu ou pas. Et pour cause, le niveau est relativement faible et elles ne produisent pas de champions nationaux. C’est le cas de l’America East Conference. Pourtant, cette dernière héberge en son sein les deux meilleurs batteurs du moment : Justin Yurchak (Binghamton) et Erik Ostberg (Hartford). Erik Ostberg, receveur et frappeur désigné des Hawks de Hartford, s’est entretenu avec nous après ses dix premières parties d’exception (.537 BA, 1.000 SLG%, 4 homeruns, 7 doubles).

Il évoque son parcours, sa situation à Hartford et ses ambitions à quelques mois de la Draft MLB dans un entretien exclusif avec Midnight on Campus.

Midnight on Campus : Pourriez-vous présenter et résumer votre parcours en baseball ?

Erik Ostberg : Mon nom est Erik Ostberg, je suis de Northampton dans le Massachusetts. Je ne peux pas vraiment décrire ma vie sans l’idée de jouer au baseball au plus haut niveau possible. Dès le plus jeune âge, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu jouer en D1 et par extension goûter aux joies du baseball pro. Le reste a toujours semblé secondaire, j’ai fait mes choix de vie en fonction de cet objectif et devenir le meilleur, le plus sérieux et le mieux entraîné possible.

Je sens qu’au travers de mon parcours au lycée et à l’université, j’ai réussi à faire une carrière significative jusqu’alors (voir encadré ci-dessous). Je suis heureux de mon développement jusqu’à présent mais je n’ai pas atteint mon but ultime. 

[table id=6 /]

MoC : Nous connaissons assez peu l’Université de Hartford, pouvez-vous nous en parler au travers du prisme sportif ?   

E.O. : L’Université d’Hartford est une petite école de 8.000 étudiants environ et nous évoluons au sein de la conférence America East avec Maine, Binghamton, Stony Brook, UMass Lowell, UMBC et Albany. Nous n’avons pas de sections football et hockey, ce qui explique pourquoi les principaux médias ne s’intéressent pas vraiment à nous.

Cependant, nous avons un fantastique programme de baseball dirigé par notre head coach Justin Blood, qui a notamment fait des merveilles en tant que recruteur à UConn les années passées puisqu’il a engagé des joueurs qui sont actuellement en MLB comme Nick Ahmed, Mike Olt, Matt Barnes et George Springer, entre autres.

MoC : Comment vous définiriez-vous comme joueur ? 

E.O. : J’aime me voir comme un joueur avec de l’impact offensif mais aussi valeureux sur le plan défensif. Je suis fier d’être un baseballeur difficile à éliminer et d’avoir du poids dans les rencontres de quelques façons que ce soit. Je suis très satisfait quand je fais des passages de qualité à la batte et que je limite le nombre de fois où je me fais “strikeout”.

Depuis mon entrée à l’université j’ai travaillé durement pour développer mon jeu défensif. Je veux être vu comme quelqu’un qui est régulier derrière le marbre, toujours calme mais qui parfois sait se montrer agressif jour après jour.

MoC :  Hartford avait réalisé la meilleure saison de son histoire avec son programme de baseball l’an passé, beaucoup de personnes pensaient que cette année serait l’année du premier sacre pour vous. Malgré un départ très lent (1-9 overall mais aucun match de conférence), pensez-vous avoir une chance d’atteindre cette objectif ? 

E.O. : Bien sûr, nous pouvons terminer en première place de notre conférence. En définitive uniquement notre record en America East compte. Même si tous les matchs sont importants, nos rencontres de conférence sont cruciales. Nous nous servis de notre première série de l’année pour voir vraiment quelles sont nos forces et faiblesses.

Le head oach a notamment utilisé des joueurs à des postes inhabituels afin de voir comment ils allaient réagir. Nous avons d’excellents éléments dans cette équipe et je n’ai aucun doute sur le fait que nous pouvons toujours faire une grosse série de victoires pour chercher le titre de conférence au bout.

“J’ai travaillé dur pendant l’hiver pour gagner en puissance”

MoC : Vous avez vécu une très belle année de sophomore en 2016 sur le plan personnel (.340 BA, 47 RBIs, 37 BB et .875 SLG%) mais en ce début d’année vous êtes irresistible avec notamment beaucoup plus de puissance à la batte, comment expliquez-vous cela ?  

E.O. : J’ai toujours eu cette qualité à frapper avec puissance. Lors de mes débuts en tant que freshman, beaucoup de personnes à Hartford et les médias attendaient cela de moi. Cependant, cela prend du temps de se développer. Les mois passants, je suis devenu meilleur dans mon approche à la batte, en anticipant mieux les lancers des pitchers.

L’an passé j’ai fait beaucoup de bonnes choses. J’ai obtenu une bonne moyenne au bâton, limité mes strikeouts, empilé une tonne de walks, et je me suis retrouvé dans des situations favorables pour engranger beaucoup de RBIs. J’avais toutefois ce sentiment que je pouvais frapper la balle plus fort.

Cet hiver, j’ai passé énormément de temps à travailler avec des gars expérimentés pour améliorer ma technique de swing pour mettre à profit ma vitesse et ma puissance à la batte. Nous avons joué que 10 matchs pour l’instant mais je suis heureux de voir les fruits de ce travail.

MoC : 10 matchs d’exception en ce qui vous concerne, comment les avez-vous vécu ? 

E.O. : Ces premiers matchs ont été géniaux, mais je dois rester concentré, conserver la même méthode et dormir le plus possible quand nous voyageons pour préparer au mieux les rencontres.

MoC : Quels sont les buts que vous vous êtes fixé pour cette année ?  

E.O. : Il est clair qu’en entrant dans cette nouvelle saison, j’avais la volonté de frapper avec plus de puissance, tirer profil des comptes avantageux dans mon duel avec le lanceur et montrer que je peux être le receveur titulaire. Nous avions deux receveurs seniors l’an passé, du coup je me suis retrouvé DH lors de mon année de sophomore. Je ne voulais pas changer ce qui marche bien mais simplement améliorer cela et devenir un joueur plus complet.

“Plusieurs contacts avec des franchises MLB”

MoC : A la fin de l’année vous serez éligible à la Draft MLB, pensez-y vous déjà ? 

E.O. : Beaucoup de joueurs vous diront qu’ils ne pensent pas à la Draft MLB : la vérité ce que beaucoup d’entre eux y pensent.

J’ai réalisé plusieurs séances d’entrainement pendant l’hiver avec des équipes MLB et j’ai été également en contact avec plusieurs d’entre elles. J’ai préparé ma vie entière à être excellent lors de mon année de junior et réaliser mon rêve de jeunesse : devenir un joueur professionnel de baseball.

J’ai toujours regardé les pros, espéré et travaillé dur pour être sélectionné dès cette année. J’ai toujours pensé que c’était possible si je restais concentré et discipliné dans mon éthique de travail. Toutefois en ce moment je suis simplement focalisé sur le fait de gagner des matchs et aider à Hartford à obtenir le premier titre de leur histoire. Lorsque quelqu’un ne pense qu’à être performant et aider ses coéquipiers, les meilleurs résultats sont obtenus.

Ceci est mon objectif et ma mission principale, ensuite je verrai en juin quel sort on me réservera lors de la Draft MLB.

MoC : Après votre très bonne saison de l’an passé, n’avez-vous pas pensé à quitter Hartford pour jouer dans une équipe qui évolue dans une meilleure conférence ?  

E.O. : Je n’ai jamais pensé quitter Hartford, je suis reconnaissant de l’opportunité que m’ont offert les coachs en me recrutant. Je me suis développer en tant qu’homme et joueur grâce à leur expérience. Lorsque je porte l’uniforme de Hartford avec fierté, je dois donner le meilleur de moi-même. Nous avons prouvé que nous pouvons jouer contre n’importe qui dans les grosses conférences.

MoC : Vous avez tout de même moins de chance d’être mis en avant à Hartford que dans une grosse équipe…

E.O. : Beaucoup de joueurs d’Hartford ont été sélectionnés à la draft dans le passé, y compris un premier tour avec Sean Newcomb l’année où je suis arrivé à l’université. C’est vrai, nous ne sommes pas si souvent à la télé mais beaucoup de bons joueurs sont sortis de notre conférence. Nos coaches font un excellent boulot pour nous préparer au niveau suivant. La moitié de notre staff est composée d’anciens joueurs pros et savent ce qu’on attend de nous. Ils nous préparent mentalement et physiquement pour cela.

MoC : Vous avez joué une série de trois matchs contre l’une des meilleures équipes du pays, Arizona. Et même si votre équipe s’est inclinée lors des trois rencontres, vous avez été une nouvelle fois très bon. Quels enseignements en tirez-vous ?  

“Anthony Rizzo est un modèle à suivre offensivement”

E.O. : Je n’oublierai jamais cette série contre Arizona, particulièrement ce homerun dans le center field lors du premier match. J’ai senti que j’avais prouvé beaucoup et que je pouvais jouer dans n’importe quelle équipe et conférence. Cette série m’a donné un surplus de confiance lorsque nous sommes rentrés chez nous. Je ne l’oublierai jamais.

MoC : Quels joueurs actuels ou retraités de MLB sont des modèles pour vous ?

E.O. : J’ai beaucoup de modèles offensifs, comme Anthony Rizzo. Surtout pour son calme à la batte, son ajustement du swing lorsqu’il a deux strikes contre lui, c’est impressionnant à voir. Défensivement, j’aime beaucoup David Ross il a beaucoup de sérénité dans son jeu et est un exemple à suivre.

MoC : Aimeriez-vous être sélectionné par une équipe en particulier en juin prochain ? 

E.O. : J’aimerais jouer pour toutes les équipes de MLB, celle qui me donnera l’opportunité de jouer m’honorera.