Une bataille du moins mauvais entre Michigan et Florida State

Cette rencontre entre Florida State et Michigan, pour le compte de l’Elite 8, n’est pas un match qui restera dans les mémoires.

On s’attendait à un basketball offensif, il en a été tout autre. Dans une rencontre où les équipes ont tiré à peine à plus de 35%, ce sont les Wolverines qui se sont imposés sans ne faire rêver personne (58-54).

Il y avait sans doute le poids d’une qualification qui pesait lourd pour les deux programmes car le moins que l’on puisse dire, c’est que le début de rencontre fut compliqué. Et des deux côtés.

Florida State a passé le plus clair de son temps à jouer des 1 contre 5 et de l’autre Michigan a peiné à mettre son jeu en route en commençant avec un 1/4 à trois points ainsi qu’un Moritz Wagner obligé de sortir après quelques minutes pour deux fautes.

On assiste à une première mi-temps indigeste, qui se termine sur le score de 27-26 en faveur de Michigan. Les deux équipes montrent plus une envie de ne pas perdre cette rencontre que l’envie de la gagner.

Pas en réussite et pertes de balle en pagaille, 14 pour les Seminoles et 8 pour les Wolverines.

De retour sur le parquet, Michigan montre un visage plus offensif et inflige d’entrée un 7-0 d’entrée à Florida State (34-28), bien aidé par un Charles Matthews (17 points, 8 rebonds) qui continue de faire son match.

Mais cette euphorie ne dure qu’un temps. Très rapidement le soufflé retombe et l’on retrouve une équipe de Michigan dans le dur, notamment Moritz Wagner (3/11 au tir dont un 0/7 à trois points).

Résultat, les Seminoles reviennent dans le coup.

Mais ce n’est qu’une illusion. Les Wolverines remettent un coup d’accélérateur pour sceller leur participation au Final Four. D’un tir primé, son seul de la rencontre, Duncan Robinson donne 10 points d’avance aux siens à deux minutes du terme (54-44).

Michigan se fait tout de même (très) peur lors des deux dernières minutes puisque Florida State revient à un point. Mais, Duncan Robinson ne tremble pas sur la ligne et envoie les Wolverines à San Antonio pour y affronter la sensation du tournoi, Loyola-Chicago.