La conférence ACC continue de montrer qui est le boss en basketball universitaire.

Régulièrement présentée comme étant la conférence la plus relevé des Etats-Unis en basketball, l’Atlantic Coast Conference continue de dominer les débats. Cette année, elle est la conférence la mieux représentée de la Draft NBA suivie par la Pac-12, qui joue également les premiers rôles.

Pac-12 et ACC se sont en effet partagées 28 des 60 choix de la Draft NBA. Un score impressionnant qui témoigne notamment de la domination de l’ACC. Sur les 32 premiers choix, 12 provenaient de cette conférence. Mieux, 8 des 20 premiers appelés ont joué pour une université de l’ACC.

En tout, la conférence basée en Caroline du Nord représente un tiers du premier tour de cette Draft, en y plaçant 10 de ses éléments. Un nouveau record, dont le précédent (8 joueurs au premier tour) était partagé entre l’ACC, déjà, en 1995 avec notamment Rasheed Wallace ou Cherokee Parks, et la SEC en 2012, dont quatre joueurs provenaient de Kentucky.

Concernant la conférence principale de l’Ouest américain, ce sont 6 de ses représentants qui ont été appelés par le commissionnaire de la ligue professionnelle lors du premier tour, dont deux (Markelle Fultz et Lonzo Ball), pour les deux premiers choix de la Draft.

Concernant l’ex-leader de Washington, c’est d’ailleurs le premier joueur de la conférence à être le premier appelé depuis Bill Walton en 1974. Rappelons également que c’est un carton plein pour les Huskies, puisque Kelsey Plum, joueuse de l’équipe féminine, a également été sélectionnée en première position lors de la Draft WNBA.

Si pour la conférence Pac-12, ces statistiques ne se répercutent pas en terme de résultats sur sa saison, l’ACC affirme sur le terrain et en coulisses sa domination. Sur les 9 dernières années, cinq titres ont été remportés par une équipe de l’Atlantic Coast Conference. Surtout, neuf universités de la conférence se sont qualifiées pour la dernière March Madness et c’est d’ailleurs une fac de la conférence, North Carolina, qui s’est imposée.

Il faudra suivre la prochaine saison pour voir si la conférence est capable de maintenir une telle domination, mais il fait peu de doute que la conférence ACC puisse continuer à être la conférence la plus relevée du pays.

Si la Pac-12 disposait des plus gros prospects, les résultats ont eu du mal à suivre pour certaines équipes, signe que le talent est loin d’être suffisant dans une ligue universitaire toujours très compétitive.