Alors que le choix de Francis Sio allait se faire entre des universités de Division II, certaines évoluant plus haut ont sonné à la porte.

Chez Midnight On Campus, on aime bien vous faire découvrir les talents de demain et plus particulièrement les prospects dits “under the radar“. Après un dossier sur Isaiah Wong, la pépite du New Jersey devenue priorité absolue de Rutgers, on parle aujourd’hui de Francis Sio.

Francis Sio ne vous dit sûrement rien du tout. Je me trouvais dans le même cas il y a une semaine. Il faut dire que depuis son cursus lycéen, il n’a pas attiré les spotlights, ne mentionnant que très peu son processus de recrutement. Mais voilà, après une saison de sénior aboutie et surtout, un titre de l’Etat pour son lycée (Cox Mill, en Caroline du Nord), il a commencé à faire parler de lui, enfin !

Lors de son match final, il a terminé la rencontre avec 17 points au compteur, étant le principal artisan du succès de son équipe. Sur la saison, il affiche une moyenne de 9.7 points, 3.2 rebonds et 2.3 passes. Pas de quoi révolutionner la hiérarchie dans la promotion 2017, qui est déjà énormément fournie en terme de talent pur.

Pour le moment, il a reçu des offres de bourses pour des équipes évoluant en Division II. On parle notamment de Lees-McRae et Newberry, mais il réalise une multitude de tests dans des universités plus huppées de ce championnat.

Et puis, tout d’un coup, il a reçu un intérêt en provenance de Division I : Coastal Carolina. Ont suivi James Madison, Delaware State ou encore Winthrop. Sans pour autant que l’un de ces options ne se concrétisent.

A l’heure actuelle, en ayant étudié un peu son dossier, son profil et les rapports de scouts, Francis Sio peut devenir une attraction majeure… en Division II. Sans aucune contestation possible. Il possède les qualités requises (leadership, intelligence et le talent) pour marqueur l’histoire du championnat.

Mais voilà, alors que son choix allait se faire entre des universités de deuxième division, certaines évoluant plus haut ont sonné à la porte. Ce serait un énorme coup de poker que de rejoindre une équipe de Division I. Il n’aura pas le même rôle, pas les mêmes minutes. Un choix se pose donc pour lui : monter directement dans l’Elite ou alors faire une année en division inférieure, histoire de se familiariser au jeu universitaire pour ensuite retenter sa chance ?

On suivra avec attention la décision du prospect et son parcours au cours de l’été.

Francis Sio a la tête sur les épaules. C’est une personne très intelligente (possède un GPA frôlant l’excellence) qui saura faire le bon choix en tant voulu. Il lui reste encore les ligues d’étés pour prouver sa réelle valeur aux yeux des scouts universitaires.