Oklahoma se trouve en plein centre d'une spirale infernale à quelques encablures de la March Madness.

Après un début de saison impressionnant, les Sooners sont en train de s’écrouler sur cette phase de matchs de conférence.

La dynamique d’Oklahoma est aussi catastrophique qu’invraisemblable : que se passe-t-il à Norman ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 14 victoires sur les 16 premiers matchs de la saison, 2 seulement sur les 11 suivants et une série en cours de 6 défaites consécutives.

Lors de l’upset réalisé par les Wildcats de Kansas State le 17 janvier dernier (69-87) qui marque l’inversion de la dynamique des Sooners, ces derniers étaient classés #4 de l’AP Top 25.

Aujourd’hui ? Ils n’y figurent même plus, et ils n’ont même reçu qu’un seul petit point lors du dernier Top 25, bien loin des 63 points (Florida State) nécessaires pour y figurer. Et on peut se demander qui est le journaliste qui leur a accordé une voix.

Après la claque infligée par Kansas cette nuit (104-74), la sensation freshman d’Oklahoma Trae Young reste confiant malgré les événements inquiétants :

“On sait qu’il nous reste trois matchs. On va mieux faire.”

Pourtant, le leader du championnat en points marqués par match (28,3) et en passes décisives par match (9,2), révélation de l’année en NCAA, connaît un moment très difficile.

Sa moyenne de points a considérablement baissé depuis ce fameux 17 janvier : sur les 16 premiers matchs, il ne lui est arrivé qu’une seule fois de marquer 20 points ou moins (15 contre Omaha, pour son premier match en NCAA).

Sur les 11 derniers matchs, cela lui est arrivé 5 fois.

Un impact considérablement diminué sur le jeu de l’équipe ; à sa décharge, ses performances fantastiques de début de saison ont forcément fait réfléchir les coaches adverses, comme il l’explique lui-même :

“Ils ne doublaient pas la défense sur moi en début de saison. Maintenant, ils le font, je dois plus jouer sans ballon et laisser mes coéquipiers faire le jeu.”

Mais derrière Trae Young, Oklahoma est vite limité. Seuls deux joueurs (Christian James et Brady Manek) passent la barre des dix points de moyenne et huit joueurs (plus de la moitié de l’équipe) ne passent même pas la barre des trois points. Pourtant, Oklahoma avait montré une vraie force offensive sur sa première partie de saison.

Les Sooners ont dépassé 11 fois la barre des 90 points en 16 matchs, contre une seule sur les 11 derniers. L’une de ses deux seules victoires sur la période, d’ailleurs, le 31 janvier contre Baylor.

Ce jour là, Trae Young avait marqué 44 points. Et quand Trae Young va, tout va.

Mais comme Trae Young ne va plus, l’équipe non plus. Le joueur possède de grosses lacunes en défense malgré ses forces offensives et à l’approche de la March Madness, les faiblesses se font de plus en plus ressentir.

La place des Sooners dans la Grande Danse finale est aujourd’hui remise en cause.

Il reste trois matchs de saison régulière (Kansas State, Baylor, Iowa State) à Trae Young et ses coéquipiers pour se remettre en confiance avant les échéances de fin de saison. A eux, et surtout à Lon Kruger (car si Trae Young n’est plus dans les meilleures conditions pour performer, c’est aussi parce qu’il n’a pas su s’adapter) de prouver qu’il peuvent retrouver leur niveau et accrocher une place à la March Madness.

Mais les Sooners la méritent-ils vraiment ?