Retour sur les événements des dernières College World Series et la victoire finale de Florida.

Plus la bataille est difficile, plus la victoire est belle.

Après 105 saisons et 11 participations aux College World Series, les Gators de Florida ont fini par décrocher le premier titre national de l’histoire du programme de baseball. Dans une finale 100% SEC, les Floridiens ont triomphé de LSU en deux matchs de haut niveau très accrochés. Un dernier acte intense, symbole de College World Series riche en émotions et en talents.

Le 27 juin, à la nuit tombée, Jackson Kowar reconverti “closer” pour l’occasion, enregistre son 5ème out élimine le dernier batteur de LSU. Folie collective dans les gradins et sur le terrain, les Gators viennent d’offrir à l’Université de Florida son tout premier titre dans la discipline après l’avoir approché de nombreuses fois. Dans ce deuxième match pourtant et malgré un score fleuve (6-1), les Gators ont sérieusement tremblé dans la 7ème et 8ème manche mais ont toujours su parvenir à maintenir leur avantage acquis d’entrée de partie avant de l’accroître dans la 9ème avec 4 runs.

Un scénario semblable à la première partie où les Gators ont pris l’avantage dans la 4ème manche (3-0) pour ne plus jamais le quitter (4-3) grâce notamment à leur lanceur partant Brady Singer (7IP, 3ER, 12 Ks).

Vous l’aurez compris, même si les Floridiens ont inscrit 10 runs, leur succès tient essentiellement de la qualité de leurs lanceurs. Contenir la 8ème meilleure attaque du pays à 4 runs sur deux rencontres et une vraie performance du lanceur Alex Faedo, nommé Most Oustanding Player des College World Series, est la meilleure des illustrations.

Avant cette finale, Florida n’avait encaissé qu’un seul run dans leurs 3 premières victoires de ces College World Series, la marque des champions ! Les Gators n’auront perdu qu’un seul match très lourdement contre TCU (9-2).

Les Horned Frogs, décidément maudits, qui pour leur 4ème apparition de suite à Omaha, sont restés à nouveau aux portes de la finale, tombés sur plus forts qu’eux.

Tout ceci est frustrant puisque TCU avait réussi à écarter leur voisin de Texas A&M, à surclasser une équipe de Louisville décevante à l’image de leur leader Brendan McKay. La superstar de cette saison universitaire, sélectionné 4ème à la dernière Draft MLB, avait sans doute la tête ailleurs alors qu’il était en pleine négociation de sa prime à la signature avec les Tampa Bay Rays.

Dans la partie de tableau du finaliste battu, la déception vient d’Oregon State. Après avoir triomphé sans trembler lors des deux premiers matchs, portant leur série de victoires consécutives à 23, les Beavers sont tombés deux fois face à LSU. Ils ont par ailleurs disputé ces College World Series dans une atmosphère détestable puisque leur leader absolu, le lanceur partant Luke Heimlich (0.76 ERA, leader de la NCAA) a été contraint de renoncer à y participer.

A l’aube de ce rendez-vous, il a plaidé coupable dans une affaire sordide de violences sexuelles sur une fillette, membre de sa famille âgée de 6 ans, quand il en avait 15.

Luke Heimlich; meilleur lanceur de l’année, a manqué les College World Series et n’a même pas été drafté, coupable de violences sexuelles.

Devant un scandale d’une telle ampleur, le côté sportif passe au second plan et il est impossible de nier que l’impact sur le groupe a été dévastateur. LSU a profité de ce moment de fragilité pour vaincre ceux qui semblaient invincibles (56-4).

Véritables outsiders, Cal State Fullerton et Florida State n’ont pas réussi à créer la sensation malgré des matchs accrochés. De rencontres serrées se sont déroulées tout au long de ces College World Series très relevées où 10 d’entre elles se sont terminés par 3 runs d’écart ou moins.

On se donne rendez-vous en février prochain pour la reprise de la nouvelle saison de baseball universitaire.