Au terme d'un premier quart-temps de rêve, Alabama trucide Oklahoma et se qualifie pour une quatrième finale nationale consécutive.

Alabama s’est érigé au fil des années une réputation d’équipe cartésienne et réfléchie, à la limite d’une précision informatique. 

Et pourtant, lors de l’Orange Bowl, on a observé une équipe qui laissait transparaitre ses émotions, que ce soit Nick Saban sur le bord de touche ou les joueurs eux-même sur le terrain. Etait-ce un signe que le Crimson Tide débutait le College Football Playoff avec une certaine fébrilité, effrayé face à la puissance offensive d’Oklahoma ? Possible.

Nick Saban a brisé son casque de rage, le Crimson Tide a commis 9 fautes et les joueurs se sont échangés des amabilités durant les 60 minutes de la partie.

Et tout avait débuté en cours de semaine, lorsque le defensive lineman Quinnen Williams s’est retenu de critiquer Kyler Murray au cours d’une interview qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Quoi qu’il en soit, Alabama a mené la seconde demi-finale du College Football Playoff de bout en bout et n’a que très rarement été mis en danger par Oklahoma, sur la route d’un succès probant dans le cadre de l’Orange Bowl, sur le score final de 45 à 34. Le Crimson Tide a par la même occasion retrouvé le Tua Tagovailoa que l’on a connu au cours de la saison, concluant avec 24 passes complétées sur 27 tentatives, 318 yards et 4 touchdowns.

Le quarterback sophomore a illuminé le premier quart-temps de son aura avec l’aide d’une escouade dévastatrice de receveurs : il inflige, sans forcer outre mesure, un 28-0 lors des 17 premières minutes de jeu pour ce qui est possiblement le meilleur quart-temps proposé lors de l’ensemble de la saison.

La première action de la rencontre a donné le ton : Tua Tagovailoa se connecte avec DeVonta Smith (6 réceptions, 104 yards, TD) pour une passe de 50 yards. Six jeux plus tard, le running back Damien Harris ouvre le score sur un touchdown au sol.

Henry Ruggs III double la mise sur la série suivante grâce à une réception spectaculaire, Damien Harris récidive sur la troisième série offensive du Crimson Tide avec un second touchdown à la course de 1 yard, bien aidé par une magnifique réception de 40 yards de Jerry Jeudy (4 réceptions, 73 yards, TD), et dans la foulée, Tua Tagovailoa trouve Josh Jacobs dans les airs pour un touchdown de 27 yards.

4 séries offensives, 4 touchdowns et Oklahoma est sonné de tout son corps. On envisage déjà une rencontre fleuve où le Crimson Tide déroule et n’est pas inquiété.

On pourrait penser à un tel scénario, d’autant plus que Kyler Murray est incapable de développer son jeu, muselé par un pass-rush féroce. Les Sooners n’ont pas eu le temps d’entrer dans la rencontre que le score est déjà de 28-0 en leur défaveur. Pire : ils n’ont tenu le ballon que lors de 13 actions, pour un total de 24 yards. La meilleure attaque de la ligue n’a pas pu enclencher son jeu que le champion national en titre mène déjà de 4 possessions d’avance.

Toutefois, Nick Saban apparait extrêmement nerveux et ne décoche pas un sourire. Les joueurs semblent également nerveux, avec une multitude de fautes, qui ne sont pas dans leurs habitudes. 

(Crédit photo : Wilfredo Lee, AP Photo)

Et cette situation ne s’arrange pas quand l’attaque des Sooners décolle enfin.

Kyler Murray justifie son statut de vainqueur du Heisman Trophy sur le reste de la rencontre, où il mène son équipe à des points (4 touchdowns et 2 field goals) à chaque série du reste de l’Orange Bowl. Malheureusement, le mal est déjà fait et Oklahoma n’est jamais arrivé à sortir du trou dans lequel le Crimson Tide l’avait enfoncé.

Nick Saban explose son casque contre la pelouse du Hard Rock Stadium alors que Alabama mène de 21 points, en cours de seconde période. 

Il est rare de voir le head coach de Crimson Tide dans cet état, surtout quand son équipe mène de trois possessions. Mais le produit du terrain est loin d’être parfait, avec un enchainement de fautes d’inattention et de nervosité de la part de ses joueurs. Et le fait que Oklahoma recolle à 11 points de retard dans le troisième quart-temps n’aide pas Nick Saban à se canaliser.

Le head coach du Crimson Tide a relâché la pression à seulement une minute du coup de sifflet final, se prenant même à jouer et lancer des oranges présentes dans le trophée du vainqueur dans l’audience devant l’estrade d’après-match.

« C’était bien plus marrant de lancer des oranges, » avoue Nick Saban, en faisant référence au casque qu’il a lancé pendant la rencontre.

Même au cours d’une défaite entrevue depuis les premières minutes, Kyler Murray s’est révélé tout simplement spectaculaire. Il empile 308 yards et 2 touchdowns dans les airs avec 109 yards et un touchdown au sol. Le quarterback junior devient par la même occasion le premier quarterback à courir pour plus de 100 yards face à une équipe d’Alabama entrainée par Nick Saban, et celles-ci ont affronté des hommes comme Cam Newton et Johnny Manziel au cours de sa carrière à Tuscaloosa. 

Les deux équipes ont performé à jeu égal dès lors que Alabama a pris cet avantage de 28-0, mais tel que Kyler Murray l’explique, ce fut bien trop compliqué de remonter d’un tel déficit.

« Le début de rencontre raté nous a coûté très cher, » explique Kyler Murray en conférence de presse d’après-match. « C’est difficile de devenir après cela. »

Alabama se qualifie ainsi pour un quatrième College Football Playoff Championship Game consécutif et possède, éventuellement, la meilleure équipe en 2018 par rapport à l’ensemble de l’ère de Nick Saban avec le Crimson Tide. 

Mais, pour une fois, les émotions ont transparu face à Oklahoma, donnant une certaine humanité à un programme qui a joué avec un automatisme effrayant depuis près d’une décennie.