Présentation complète de l'Orange Bowl, demi-finale du College Football Playoff entre #1 Alabama et #4 Oklahoma.

Après plus d’un mois d’attente, les demi-finales du College Football Playoff se déroulent (enfin) ce week-end. Alabama et Oklahoma croiseront le fer dans le cadre du Capital One Orange Bowl. La rencontre se déroulera au Hard Rock Stadium de Miami, un cadre idyllique pour une rencontre attendue par de nombreux observateurs.

Il s’agit également là d’une confrontation entre les deux finalistes du Heisman Trophy : Tua Tagovailoa et Kyler Murray qui se rencontrent pour la première fois sur le terrain.

Des joueurs à suivre, aux failles potentielles, en terminant par notre pronostic en fin de présentation, préparez-vous parfaitement à l’un des points culminants de l’après-saison de cette saison de football universitaire.

 

Quels joueurs feront basculer la rencontre ?

 

Tua Tagovailoa et Kyler Murray, deux quarterbacks star

 

Alabama contre Oklahoma, Nick Saban contre Lincoln Riley, Tua Tagovailoa contre Kyler Murray.

Ces dernières années, le College Football Playoff nous a réservé de belles affiches, mais rarement une demi-finale n’a possédé autant de star power. Commençons par les quarterbacks, Jameis Winston et Marcus Mariota se sont rencontrés à l’occasion du Rose Bowl 2014, Baker Mayfield et Deshaun Watson ont eux croisés le fer lors de l’Orange Bowl 2015. Mais cet Orange Bowl est sans doute le meilleur duel d’entre tous.

Le quarterback d’Oklahoma, Kyler Murray, a remporté le Heisman Trophy, tandis que Tua Tagovailoa d’Alabama est champion national en titre. Cette année, ils ont produit deux des plus grandes saisons statistiques de l’histoire du football universitaire. Personne n’a jamais terminé une saison avec un passer efficiency rating supérieur à 200. Pour le moment, Kyler Murray est à 205,72 et Tua Tagovailoa à 202,30.

(Crédit photo : ESPN)

A l’aube de cette saison, il était presque évident qu’Alabama serait au rendez-vous des Playoffs.

A l’issue de la saison, cette cuvée d’Alabama pourrait bien être au sommet de la hiérarchie parmi toutes les équipes incroyables de Nick Saban. Tua Tagovailoa n’y est pas étranger, A.J. McCarron était très bon, mais jamais Nick Saban n’a eu un quarterback avec la précision et les compétences du Hawaïen.

Face à l’ogre d’Alabama se présente une surprenante équipe d’Oklahoma.

Et si Oklahoma reste un programme de choix sur la carte du football universitaire, le départ de Baker Mayfield, dernier Heisman Trophy, semblait compliqué à digérer. Mais Oklahoma a digéré son départ avec Kyler Murray, mieux, il l’a dévoré.

Le cru 2015 orchestré par Baker Mayfield était bon, mais ce n’était pas suffisant pour un titre national. L’équipe de l’année dernière aurait sans doute donné à Alabama une sacrée bagarre, mais la cruelle défaite en prolongation face à Georgia dans le cadre du Rose Bowl a mis fin aux espoirs des hommes de Lincoln Riley.

Battre Alabama serait sans aucun doute la plus grande victoire du programme depuis 2000, date du dernier titre national des Sooners, mais Kyler Murray, par son talent et par la volonté de jouer un dernier match de football, pourrait mener son programme à l’exploit.

 

Damien Harris et Najee Harris (Alabama)

 

Le duo de coureur est un véritable “one-two-punch” capable de punir n’importe quelle défense au sol, l’un des meilleurs duos de backs du pays si ce n’est le meilleur.

(Crédit photo : Denon McMillan – 247Sports)

Si Najee Harris n’est pas le coureur le plus utilisé par Nick Saban, son talent est indéniable et il a eu l’occasion de se montrer lors du CFP Championship Game de l’an passé face à Georgia. Alors que Nick Saban cherche à responsabiliser rapidement ses jeunes pousses, il ne serait pas surprenant de le voir performer au relais de l’excellent Damien Harris.

Mark Ingram, Derrick Henry, Eddie Lacy : lors de la dernière décennie, Alabama a été pourvoyeur de nombreux running backs en NFL. Damien Harris est le dernier d’entre eux mais n’est pas le moins talentueux. Face à une défense friable, le jeu au sol d’Alabama devrait être une donnée importe de la rencontre et pourrait faire pencher la balance en faveur du Crimson Tide.

 

CeeDee Lamb (Oklahoma)

 

Avec Kyler Murray, Oklahoma possède un lanceur d’élite. Avec lui, Oklahoma s’est positionné comme l’une des meilleures attaques du pays et sa redoutable escouade de receveurs n’est pas étrangère à cette réussite.

Marquise Brown est peut-être le receveur le plus explosif d’Oklahoma, celui qui devancera les défenseurs sur les longs tracés, mais CeeDee Lamb a lui-aussi prouvé qu’il pouvait être productif.

(Crédit photo : Steve Sisney – The Oklahoman)

Une machine sur troisième et quatrième downs et un playmaker né adepte des gros gains : sa vitesse, ses mains et son goût pour les réceptions spectaculaires ont fait de lui une véritable machine à gagner des yards.

Problème pour les Sooners, la santé de Marquise Brown pose question. Le junior, meilleur receveur des Sooners sur les deux dernières saisons, s’est blessé à la jambe lors de la finale de conférence Big 12. Son statut pour l’Orange Bowl demeure encore inconnu, et tout l’Etat d’Oklahoma retient son souffle.

S’il est absent, CeeDee Lamb fera face à son plus gros défi et sans un grand match de sa part, il sera difficile pour Oklahoma de tenir tête face au monstre qu’est Alabama.

 

Quelle faiblesse pourrait coûter à chaque équipe ?

 

La défense d’Oklahoma (sans surprise)

 

Les deux équipes partagent un point commun : elles possèdent toutes les deux une attaque explosive.

Cependant, Alabama possède un avantage distinct de l’autre côté du ballon. Bien que le Crimson Tide a connu un léger recul défensif par rapport à ses campagnes précédentes, Oklahoma tient encore une fois l’une des pires défenses du pays (qui a conduit au licenciement à la mi-saison de l’ancien coordinateur défensif Mark Stoops).

Les Sooners sont ainsi de très mauvais élèves en défense contre la passe mais également contre la course. La défense aérienne a d’ailleurs été catastrophique cette saison, et cela sera un problème à l’heure d’affronter Alabama. Peu importe le quarterback qui dirigera le Crimson Tide, il ne fait aucun doute que l’attaque contre la passe sera dominante.

La défense des Sooners a permis à des équipes comme Texas, West Virginia et Texas Tech de scorer plus de 40 points cette saison. Pire, l’escouade défensive a même permis à la modeste équipe de Kansas de courir pour 348 yards plus tôt cette année.

Quand bien même cette défense a montré un peu de mieux à l’occasion de la finale de conférence Big 12, il semble compliqué d’imaginer Oklahoma limiter l’attaque du Crimson Tide.

 

L’absence de Rodney Anderson

 

Oklahoma a été sérieusement touché au début de l’année avec la blessure au genou du running back vedette de l’équipe, Rodney Anderson.

Tout au long de la saison, les Sooners ont trouvé des joueurs ayant le même impact que Rodney Anderson, mais son absence pourrait coûter. Kennedy Brooks s’est affirmé comme le meilleur coureur de l’équipe avec 1.021 yards et 12 TDs.

(Crédit photo : Brett Deering – Getty Images)

Malheureusement, la défense d’Alabama est classé 19ème de la ligue en terme de yards au sol autorisés par match. La ligne défensive du Crimson Tide est également l’une des plus talentueuses du football universitaire et celle-ci devrait exercer une pression constante sur Kyler Murray et le jeu au sol sera vital pour lui décharger de la pression.

Avec des individualités telles que Quinnen Williams (66 plaquages, 42 plaquages en solo, 18 TFLs et 8 sacks) ou Isaiah Buggs (12,5 TFLs et 9,5 sacks), Kennedy Brooks et Trey Sermon auront fort à faire pour performer au sol.

Le salut d’Oklahoma passera-t-il par Kyler Murray lui-même ? Face à cette pression, le quarterback devra comme durant toute la saison s’affirmer en double menace. S’il y parvient, Alabama fera sans aucun doute face à un dilemme.

 

La cheville de Tua Tagovailoa, talon d’Achille du Crimson Tide ?

 

Tua Tagovailoa a déclaré en conférence de presse qu’il n’était qu’entre 80 et 85% de ses capacités suite à sa cheville gauche blessée, qui nécessitait une intervention chirurgicale mineure.

Tua Tagovailoa est donc sans doute le facteur X de cette demi-finale.

Premièrement parce qu’il apparaît comme diminué mais également par sa jeunesse. Souvenez-vous, avant de se blesser face à Georgia, le sophomore réalisait sans doute son match le plus moyen jusque-là. 10 passes complétées sur 25 tentatives, 1 touchdown pour 2 interceptions, Tua Tagovailoa affichait pour la première fois ses limites ; attention, la défense de Georgia était aussi à des années lumières de la défense d’Oklahoma.

Cette petite gêne à la cheville pourrait-elle faire douter le quarterback hawaïen au point de le faire déjouer ? Réponse samedi sur le terrain.

 

La faiblesse relative du secondary d’Alabama

 

Pour venir à bout d’Alabama, Lincoln Riley devra être créatif. Non seulement pour contrôler le tempo du match mais également parce que Alabama connait une fâcheuse tendance à encaisser des bigs plays cette saison.

La secondary constitue le principal point faible de la défense d’Alabama ; un point que devra exploiter Kyler Murray et son escouade dynamique de receveurs.

Mené par le safety All-American Deionte Thompson, Nick Saban a une nouvelle fois dû reconstruire après les départs de plusieurs cadres parmi lesquels Minkah Fitzpatrick ou Anthony Averett. Après avoir souffert en première mi-temps face à Jake Fromm et Georgia, la secondary a su élever son niveau de jeu au moment opportun.

Pourra-t-elle faire de même face à l’attaque de feu d’Oklahoma qui marche littéralement sur l’eau ?

 

Le scénario à envisager pour l’Orange Bowl

 

L’Orange Bowl sera avant tout un superbe show offensif, offert par deux des équipes les plus excitantes du pays.

Le match devrait commencer par un échange de gros gains en attaque. Mais on le sait tous, un match de football est long et au fur et à mesure que les choses avancent, la défense d’Alabama ajustera son emprise, suffisamment ce qu’il faut pour faire douter Oklahoma.

Stoppés, les Sooners et Kyler Murray tenteront tant bien que mal de relancer la machine mais se feront arrêter une ou deux fois. Alabama, cependant, continuera son chemin. La ligne offensive du Crimson Tide et le backfield sonneront le glas des espoirs des hommes de Lincoln Riley d’une apparition en finale nationale.

Oklahoma est tombé sur plus fort et Alabama remporte l’Orange Bowl.

Score final : 38-24 Alabama