Au Coeur de la NCAA vous emmène au plus près des évènements sportifs universitaires américains, des histoires racontées afin d’expérimenter l’impact culturel, social et personnel au fil des rencontres.

Au lendemain du championnat national de Cross-Country à Louisiville dans le Kentucky, Midinight on Campus revient sur celui de l’Ivy League, disputé il y a trois semaines.

Il est 11 heures du matin et des spectateurs des quatre coins de l’Ivy League sont venus au Van Cortland Park du Bronx pour supporter leur équipe.

Pas une seule université ne manque à l’appel, même si Columbia est venu en force et éclipse un peu ses adversaires de la journée. Après tout, les Lions jouent à domicile en quelque sorte. Beaucoup de familles sont là. Des anciens élèves qui reconnectent avec leur alma mater, aussi. Mais ce sont surtout les étudiants venus supporter leurs condisciples qui forment le gros de la foule.

Le temps est radieux et par conséquent la piste est sèche. Pas vraiment la météo typique du Cross-Country, qui consiste plutôt à une couverture nuageuse et une légère pluie, qui rend la piste plus humide et l’enjeu d’autant plus dramatique.

Columbia en patron

J’arrive pile au moment où les filles prennent le départ et lorsqu’elle passent à mon niveau, le groupe est emmené par Megan Curham de Princeton, Second Team All-American en 2016, l’une des favorites pour la victoire individuelle. Elle finira 21ème.

Sans distinction d’allégeance à telle ou telle équipe, tout le public encourage les coureuses sur le départ puis se précipite vers le point de passage suivant. Les suporters étudiants courent en brandissant drapeaux aux couleurs de leurs écoles, tandis que les autres spectateurs, plus âgés, s’en vont sans se presser. L’atmosphère est bon enfant, il n’y a pas d’animosité entre les groupes de fans. Chacun vis sa vie, va à son rythme et profite au mieux de la course.

Megan Curham de Princeton en tête de la course (Crédit photo : Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus)

La course des filles est de 6 kilomètres et comporte un seul tour de circuit. C’est dans les bois que la majoritée s’y passe et par conséquent est cachée du public. Mais lorsque le peloton surgit de l’orée de la forêt, la foule explose.

Andrea Masterson, junior à Yale, sort en tête sous les hourras. Elle est presque toute seule, 3 ou 4 mètres devant le peloton. Mais dans les derniers 60 mètres, la coureuse de Princeton Gabrielle Forrest se détache du groupe pour gagner du terrain sur Masterson. La tension monte dans le public alors que Forrest donne ses dernières ressources pour essayer de prendre l’avantage. Ses ultimes efforts payeront puisque Gabrielle Forrest prendra la première place sur la ligne d’arrivée, à 6 centièmes d’Andrea Masterson.

Gabrielle Forrest remporte le titre individuelle féminin de Cross-Country avec un temps de 21:02.03 devant Andrea Masterson avec un temps de 21:02.09 (Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

L’effort est exténuant. Gabrielle Forrest et Andrea Masterson s’écroulent de fatigue avant d’être relevées par le staff respectif pour ne pas tétaniser. Très vite une tendance se dessine à l’arrivée. Les maillots de couleur bleu ciel s’accumulent dans les premières places. Et après quelques minutes de suspens, les cris de joie émergent du camp de Columbia. Les Lions ont remporté le titre féminin de Cross-Country de l’Ivy League avec 66 points, en plaçant ses 5 coureuses dans le Top-20.

C’est le cinquième titre féminin pour Columbia qui avait finit dernier l’an passé. C’est la première fois dans l’histoire du Cross-Country en Ivy League qu’une école remporte un titre après avoir fini dernier la saison précédente.

(Crédit Photo : Timothée Gerber-Fleury/Midnight on Campus)

Durand les quarante cinq minutes de pause au cours desquelles photographes et familles tirent le portrait des championnes, les garçons s’échauffent et se préparent pour leur course. Ils courent en groupe le long du parc ou enchaînent les séries de sprints. Puis, à quelques minutes du début de la course, les équipes se rassemblent, discutent du plan de course et font leur “Rah Rah” avant de se diriger vers le départ.

Sur la ligne de départ, les garçons s’alignent et s’élancent finalement, au starter. Le même rituel que pour les filles s’engage. Les spectateurs acclament les coureurs, puis ils s’en vont nonchalamment vers le virage à l’entrée des bois ou les plus téméraires (et les plus jeunes) courent à l’intérieur même des bois pour apercevoir les coureurs sous leur meilleur lumière, en terrain escarpé.

Penn discute de sa course (Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

(Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus)

La course des garçons est de 5 miles (8.04 km) et comporte deux tours de circuit. La course reste assez compact sur l’ensemble de parcours. A la sortie du bois lors du deuxième tour, le senior de Columbia Ryan Thomas est en tête de la course. Il couvre les 400 derniers mètres sans être inquiété, malgré la remontée de Noah Kauppila, senior à Princeton. Thomas prend le titre individuel avec une course à 24:57.0 tandis que Kauppila prend la deuxième place à 24:58.7. À leur suite, quatre coureurs de Columbia et trois coureurs de Princeton arrivent dans les huit premiers. Les résultats vont être serrés.

Finalement, les Tigers de Princeton placent tous leurs coureurs dans le Top-10 dont trois dans le Top-5. Et avec juste 28 points, Princeton remporte le titre de l’Ivy league devant Columbia et ses 43 points.

Ryan Thomas franchit la ligne d’arrivée, triomphant (Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

(Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus)

En Cross-Country, les All-Conference Teams sont désignés par l’ordre d’arrivée des coureurs. Les 7 premiers coureurs constituent la First Team All-Conference tandis que les coureurs arrivés entre la 8ème et 14ème place constituent la Second Team All-Conference.

Les First Teams All-Ivy League chez les femmes et les hommes

Femmes :

  1. Gabrielle Forest (junior) – Princeton
  2. Andrea Masterson (junior) – Yale
  3. Megan Radcliffe (senior) – Brown
  4. Nell Crosby (senior) – Columbia
  5. Olivia Lantz (junior) – Dartmouth
  6. Sevanne Ghazarian (freshman) – Yale
  7. Gabrielle Orie (freshman) – Cornell

De gauche à droite: Gabrielle Orie, Sevanne Ghazarian, Olivia Lantz, Nell Crosby, Megan Radcliffe, Andrea Masterson et Gabrielle Forest (Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

Hommes :

  1. Ryan Thomas (senior) – Columbia
  2. Noah Kauppila (senior) – Princeton
  3. Conor Lundy (sophomore) – Princeton
  4. Garrett O’Toole (senior) – Princeton
  5. Kenny Vasbinder (sophomore) – Columbia
  6. Trevor Reinhart (sophomore) -Yale
  7. Brian Zabilski (junior) – Columbia

De gauche à droite: Brian Zabilski,Trevor Reinhart, Kenny Vasbinder, Garrett O’Toole, Conor Lundy, Noah Kauppila et Ryan Thomas (Crédit photo : Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

Petit palmarès du Cross-Country en Ivy League

L’Ivy League possède beaucoup d’affection pour le Cross-Country. Les rivalitées entre écoles se manifestent sur la piste et dans le public mais de manière plus civile et bon enfant qu’en basketball et en football. Et même si chacun acclame son équipe, tout le monde encourage les coureurs dans une épreuve physique très exigeante. Ainsi, les derniers coureurs sont poussés par le public à tenir bon et persévérer dans leurs efforts par tous les spectateurs présents, peu importe leur allégeance.

“Le Championnat de Cross-Country de l’Ivy League a une atmmosphère hors du commun. Il est compétitif mais aussi festif grâce à la culture athlétique des équipes,” confie Erin McLaughlin, la coureuse senior de Cornell sur le site de l’Ivy League.

Cette culture athlétique passe bien sûr par la reconnaissance du palmarès de ces équipes. Et lorsque l’on observe les annales de l’Ivy League on peut se rendre compte que depuis 1939 deux écoles dominent la conversation en cross country : Princeton et Dartmouth.

Une ambiance très “tailgate” après la course (Crédit photo: Timothée Gerber-Fleury-Midnight on Campus).

Les Tigers de Princeton ont définitivement la mainmise sur la conférence, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Princeton compte 19 titres de conférence chez les garçons depuis 1939 avec 4 titres de suite à deux reprises entre 1975 et 1978 puis entre 1980 et 1983 ; le dernier titre en date étant arrivé cette saison. De plus, les Tigers peuvent ajouter 7 médailles d’argent à ce palmarès. Chez les filles depuis 1977 (date d’apparition du Cross-Country féminin en Ivy League), 9 titres ont été décrochés dont 5 de suite entre 2006 et 2010, en plus de 11 deuxième places par équipes.

Sur le plan national, les Tigers ont été invités 26 fois au championnat national de la NCAA (15 pour les hommes, 11 pour les femmes) et à trois reprises les femmes ont décrochés une place dans le Top-10 national à l’issue de la compétition. Ajoutez à cela, 8 All-Americans chez les hommes et 11 All-Americans pour les filles au fûr et à mesure des années et vous obtenez avec Princeton un juggernaut du Cross-Country en Ivy League.

Du côté du Big Green de Dartmouth, un palmarès tout aussi glorieux en conférence quoique un poil en dessous de celui des Tigers. 16 titres de conférence pour les hommes dont 8 de suite entre 1984 et 1991 (plus 7 deuxième places) et 6 titres pour les filles dont entre 1994 et 1997 (et 6 deuxième place). Mais là où Dartmouth brille davantage, bien plus que Princeton, c’est sur la scène nationale. Les hommes ont participé à 19 reprises au championnat national de la NCAA et ont à 4 reprises terminés dans le Top-10. Et parmi cela le Big Green peut s’enorgueillir de 2 médailles d’argent nationale par équipe en 1986 et 1987. Chez les filles, on compte 12 apparitions au championnat national et 2 Top-10, tandis qu’en 2013, Abbey D’Agostino remporte le titre national individuel. C’est à ce jour le seul titre national pour un membre de l’Ivy League.

Dartmouth profite d’une aura nationale qui lui permet de briller à l’échelle de la conférence. Et cette année n’est pas une exception puisque le Big Green dispute son 12ème championnat national de la NCAA en Cross-Country féminin.

L’Ivy League détient une image bien particulière dans l’imaginaire et la culture populaire. Ce sont des écoles de haut prestige académique mais n’oublions pas que ce sont aussi des terreaux d’athlètes exceptionnels. Ils se dépassent chaque jour, en classe et sur les pistes, terrains, parquets, piscines pour devenir des champions dans tous les aspects de leur vie.

Ce samedi 18 novembre se déroulait le NCAA Championship qui clôturait la saison de cross country. Du côté des hommes, seul Princeton s’était qualifié. Les Tigers ont terminé 28e (sur 31) avec en tête de fil Conor Lundy (62e individuel). Qualifié individuellement, Dominic DeLuca (Cornell) a décroché une 216e place. Du côté des femmes, Columbia, les championnes de la conférence, ont fini également 28e (sur 31) grâce notamment à cinq coureuses placées dans le Top-200 en individuel. A noter la 146e place de Masterson Andrea qui représentait seul l’université de Yale. Chez les hommes, le titre national par équipe est remporté par Northern Arizona; et le titre individuel par Justyn Knight de Syracuse. Chez les filles, c’est New Mexico qui remporte le titrepar équipe et en individuelle par le biais d’Ednah Kurgat.