Clemson peut remercier Travis Etienne, qui a réalisé le meilleur match de sa carrière.

Pittsburgh en 2016 (42-43), Syracuse en 2017 (24-27) et de nouveau l’Orange ce samedi (27-23).

#2 Clemson a la fâcheuse habitude de concéder un upset chaque saison et les Tigers ne sont pas passés loin de poursuivre cette série face à une équipe de Syracuse plaisante à voir jouer des deux côtés du terrain.

Dino Babers et son quarterback Eric Dungey (26/41, 250 yards et INT à la passe et 2 TDs à la course) ont tenté des jeux originaux qui ont mis en difficulté l’une des meilleures défenses du pays tandis que l’unité défensive de l’Orange a elle réalisé plus de sacks (4) que les Tigers (1). Qui l’eût cru ?

Néanmoins, force est de constater que cela n’aura pas suffit à renverser les hommes de Dabo Swinney chez eux.

Les Tigers se sont en effet imposés sur une dernière série victorieuse conclue dans l’en-but par Travis Etienne. La position de quarterback étant quelque peu dans la tourmente à Clemson, le running back en a profité pour porter son équipe avec 203 yards (7.3 yards de moyenne) et 3 touchdowns.

 

La sortie de Trevor Lawrence : le tournant du match

 

La demande “surprise” de transfert de Kelly Bryant a été au cœur des débats durant toute la semaine. Le quarterback senior, qui a emmené les Tigers au College Football Playoff la saison passée, a annoncé son départ du programme après l’officialisation de la titularisation de Trevor Lawrence.

Ce dernier se retrouvait donc seul pour mener l’attaque des Tigers face à Syracuse.

Auteur d’un fumble en tout début de partie, le true freshman 5-étoiles n’est pas dans ses bottes face à un front seven de Syracuse très agressif qui a imposé un rythme soutenu en première mi-temps. Trevor Lawrence parvient tout de même à se connecter avec ses receveurs (10/15 et 93 yards au total), mais ses habituelles bombes en profondeur ne sont pas au rendez-vous.

Il reste alors cinq minutes avant la pause et Clemson est mené devant son public 13 à 7. Mis sous pression, Trevor Lawrence sort de sa poche avant de subir un placage qui le met KO.

Il ne reviendra pas sur le terrain.

En l’absence de Kelly Bryant, le redshirt freshman Chase Brice (8 passes tentées en carrière) doit prendre le relais. Sans grande surprise, il ne réalisera pas un match d’exception (7/13, 83 yards et INT).

Mais ce manque de réussite dans le jeu aérien offre alors au jeu de course la possibilité de mener l’attaque des Tigers : place au Travis Etienne Show !

 

Un ultime quart-temps impressionnant

 

Presque absent des radars face à Texas A&M (8 petites portées), Travis Etienne se mue en véritable leader après la sortie de Trevor Lawrence, un rôle dans lequel on l’avait très rarement vu. Il prend ainsi ses responsabilités, bien aidé par une ligne offensive qui trouve enfin un moyen de prendre le dessus sur le front-seven de Syracuse.

En première mi-temps, Travis Etienne avait réalisé cette course de 25 yards. Les blocs avaient été exécutés parfaitement, ce qui a laissé le champ libre au running back pour un duel d’homme-à-homme face au strong safety Evan Foster.

Dans ce domaine, le running back sophomore est très fort et Dabo Swinney va multiplier ce genre de course en seconde période.

Encore une fois, la ligne offensive ouvre le côté gauche à son coureur pour que ce dernier se retrouve en isolation face au safety Andre Cisco. Sa vitesse pure ainsi que son centre de gravité plus bas que son adversaire lui permettent de changer de direction très rapidement pour un gain de 21 yards.

Grâce à son physique, Travis Etienne est un coureur très explosif capable de casser bon nombre de placage.

Face à Syracuse, il a ainsi forcé les défenseurs de l’Orange à manquer 8 placages sur lui. Son touchdown en début de quatrième quart-temps pour ramener Clemson à trois points en est la parfaite illustration.

Alors qu’il venait tout juste de courir sur 17 yards, il s’en va dans l’en-but après une énième bonne lecture de jeu.

Cette bonne lecture de jeu se retrouve également sur cette action (ci-dessous).

Clemson se trouve dans une situation délicate à six yards de sa propre end-zone. Très patient, Travis Etienne lit parfaitement bien les blocks de ses coéquipiers. Une fois les épaules passées dans l’ouverture, il est impossible de le stopper avant le gain du first down.

Enfin, on ne pouvait pas oublier l’ultime course du running back qui offre la victoire à son équipe, à moins d’une minute de la fin sur cette action. L’excellent décrochage du left guard John Simpson lui permet de franchir la ligne sans grande difficulté.

 

Quid de l’utilisation de Travis Etienne pour la suite ?

 

Auteur de son meilleur match en carrière, Travis Etienne a été l’homme clé de cette victoire au bout du suspens. La remontée en seconde période des Tigers (victoire 27-23, 20-7 dans le deuxième acte) est en grande partie due à ses qualités techniques.

Avec le départ de Kelly Bryant qui était le deuxième coureur le plus prolifique de l’effectif en tant que quarterback double-menace, le sophomore pourrait bien assumer de plus grandes responsabilités par la suite.

L’alchimie avec sa ligne offensive prend forme et après une saison freshman intéressante, il semble avoir les capacités d’aider grandement Trevor Lawrence dans le backfield.

Il reste à confirmer sur la durée puisque Travis Etienne n’a encore jamais aligné deux matchs de suite à plus de 150 yards. Ses trois rencontres de suite à plus de 100 yards après son match manqué face à Texas A&M sont en tout cas de bon augure pour l’attaque de Clemson.