Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Terry Wilson QB Kentucky Wildcats vs Auburn Week 4 2020
(Crédit photo : Butch Dill - AP Photo)

“Zooming On” : des promesses à Kentucky malgré la défaite à Auburn

La dernière soirée de samedi marquait le retour de la meilleure conférence en football universitaire (après la #MACtion), la prestigieuse SEC. Et le premier week-end de compétition en 2020 n’a pas dérogé à la règle du spectacle dantesque lors des oppositions de conférence. Notre #ZoomingOn du jour : l’upset tout proche de #23 Kentucky à l’extérieur sur le terrain de #8 Auburn.

Pour le premier vrai choc entre deux équipes du Top-25, les yeux étaient rivés sur le voyage des Wildcats de Kentucky en terre hostile dans l’Alabama.

A domicile, Auburn devait rassurer les fans… à commencer par Bo Nix, le quarterback des Tigers. Il soulève toujours autant d’interrogations auprès des suiveurs. Surfera-t-il sur sa bonne saison de freshman ? Une réelle progression dans le jeu et en tant que leader ? Les questions étaient nombreuses.

En face, le quarterback senior Terry Wilson faisait son retour sur une pelouse universitaire après une grave blessure au genou, qui l’a privé quasiment de sa saison de junior. Kentucky est mené par un quarterback revanchard et sous pression avec le recrutement du transfuge sophomore d’Auburn, Joey Gatewood, qui pousse pour des snaps dès cette saison (avant de devenir le futur visage de l’attaque pour les deux prochaines saisons).

Sur le papier, le match promettait d’être indécis. Ce fut le cas lors du premier acte. Avec deux équipes accrocheuses, et surtout, deux défenses inspirées.

Kentucky maîtrise la première période à la perfection

En attaque, Kentucky n’a pas révolutionné son playbook.

On joue en adéquation avec le profil de Terry Wilson, qui peut courir et lancer (sur des passes courtes ou mi-distance). Les Wildcats proposent donc des QB draws, des play-actions et des read options. Rien de flamboyant, mais, cela a fonctionné lors de la première période. Pour de petits gains. Il faut dire que le secondary d’Auburn est assez productif malgré les nombreux départs.

Terry Wilson est surtout bien aidé par un jeu au sol productif. Et Kentucky prend rapidement les devants après une série plutôt solide et avec peu de déchets, conclue par une course de 35 yards du running back Kavosiey Smoke. Auparavant : un savoureux mélange de courses et de petites passes, sans forcer, en prenant juste ce que donne la défense.

Moins de 7 minutes pour franchir l’en-but et ouvrir le score sur la première possession, on a connu pire. La clé de la série ? Un rythme assez soutenu. Terry Wilson se plaît très bien dans une attaque up-tempo.

(Spoiler : dommage que cela n’a pas duré dans le match.)

De manière générale, Kentucky est plutôt serein durant les deux premiers quart-temps. La statistique qui fait la différence : 8/10 de réussite sur 3ème tentative lors du 1er acte.

Malheureusement, cela ne se traduit pas en points sur le tableau d’affichage.

Et on assiste en plus à une fin de période assez catastrophique de la part des arbitres. Kentucky pense inscrire un 2ème touchdown du match. Mais, après plusieurs replays vidéo, les arbitres font face à l’impossibilité de trouver une raison d’accorder le touchdown (et donc de revenir sur la décision initiale). Le call est confirmé. Soit-disant un genou à terre, mais, c’est très difficile de le voir sur les vidéos.

Oui, c’est dur.

L’action suivante ?

Terry Wilson garde le cuir et espère franchir la ligne d’en-but. Toujours pas, selon les arbitres, ce qui rend fou le coaching staff des Wildcats, et la décision est encore discutable.

Snap suivant ?

Terry Wilson tente une passe… mais Auburn intercepte la tentative et la transforme en un “pick-six” ! Oh oui, c’est possible. Ball don’t lie, comme affirme le dicton.

Sauf qu’un flag est lancé par les arbitres. Et, après concertation, le “pick-six” est refusé pour un targeting (encore une fois, très léger) d’un joueur d’Auburn.

Cette cacophonie met un terme à la première période. Honnêtement, devant mon ordinateur, j’avais un réel sentiment d’injustice pour Kentucky, qui méritait beaucoup mieux quand on voit la prestation (et celle d’Auburn qui est plus que limite). Le coup de massue est terrible pour les joueurs, qui ne s’en relèveront pas en sortie de vestiaires.

Les Wildcats payent (très) cher leurs erreurs en seconde période

La bonne prestation du premier acte, des deux cotés du terrain, est rapidement effacé par un second acte plus poussif.

Physiquement, Kentucky a pioché lors du dernier quart-temps. Et, c’est là où les Wildcats perdent le contrôle de la rencontre. Il faut aussi dire que Bo Nix a gratifié les spectateurs de 4-5 bons lancers. Et 2 d’entre eux se terminent en touchdown. L’efficacité, dira-t-on.

Surtout, Kentucky offre littéralement le match à Auburn avec la perte de 2 ballons cruciaux dans les moments clés, ainsi qu’une décision très contestable.

La première perte intervient alors que le match est encore serré.

2 points séparent les deux équipes et le momentum est plutôt en faveur des visiteurs. 3rd & 5 pour Terry Wilson. Le quarterback garde le cuir et essaie de gagner seul les yards qui lui manquent pour obtenir une nouvelle série. La décision est bonne… sauf qu’il tente un spin move et perd le ballon tout seul. Un défenseur d’Auburn s’empresse de le récupérer.

Un manque de lucidité évident couplé avec un peu de précipitation.

5 actions plus tard, le turnover se traduit au tableau d’affichage en touchdown et Auburn creuse le premier grand écart au score (22-13).

Quelques minutes plus tard, l’une des pires décisions de la saison (déjà) de Kentucky se produit.

Les Wildcats se dirigent vers un punt logique dans leur moitié de terrain, d’autant plus qu’il reste encore du temps et que défensivement, Kentucky s’en sort plutôt bien. Sauf que le punter décide de courir et est plaqué assez rapidement sans obtenir une nouvelle possession.

Le fake punt est-il un call du staff ou est-ce plutôt une décision du joueur ?

On ne le sait pas. La seule chose que l’on sait : c’est qu’il s’agit d’une décision horrible à ce moment-là du match. En plus de donner un mauvais signal à la défense, qui était pourtant efficace tout au long de la rencontre.

En mode, “on ne croit pas en toi”.

Cerise sur le gâteau : une nouvelle perte de balle qui scelle définitivement l’issue de la rencontre. Il faut souligner la très bonne action défensive d’Auburn, tout de même, ainsi qu’une erreur du receveur qui ne sécurise pas le cuir.

Cette action est à l’image de cette 2ème période. Et la défaite est amère à Kentucky.

Des signes encourageants pour la suite à Kentucky

La conférence SEC n’est pas une course. C’est plutôt un marathon où chaque samedi accouche d’un match rude, physique et difficile pour n’importe quel programme. Kentucky n’est pas hors course et demeure un outsider crédible.

Cette défaite, logique sur le papier, est assez encourageante pour la suite de la saison.

On apprend plus des défaites que des victoires. Et un tel dicton marche très bien pour les Wildcats. Oui, la défaite est là et elle fait mal. Toutefois, pour être honnête (et j’aime beaucoup Auburn), Kentucky méritait un meilleur sort. Cette fin de première période a pesé dans les têtes des joueurs, qui n’ont pas été récompensés de leurs efforts. L’équipe perd le match toute seule, entre les pertes de balles et le fake punt (à ce jour, je ne comprends toujours pas cette décision).

Il est difficile de répéter les efforts physiques sans aucune récompense au bout. Plus le match avance, et moins on obtient un regain de confiance ou de lucidité pour accomplir le pas supplémentaire. La demi-seconde de réaction qui manque sur une action. Hormis ces deux aspects, les Wildcats ont offert une belle partition pendant 3 quart-temps face à une équipe d’Auburn qui doit normalement viser le Top-3 de la conférence SEC.

Un petit regret en attaque : c’est le fait de ne pas avoir jouer up-tempo pendant une partie du match.

La première série terminée sur un touchdown était dans cette philosophie et Terry Wilson aime jouer à cette vitesse, où il peut improviser selon la réaction de la défense. C’est là où je le trouve vraiment intéressant. Cependant, l’attaque de Kentucky était plus lente au retour des vestiaires et par moments, le quarterback a montré un petit signe d’agacement.

N’oublions pas qu’il s’agissait d’un retour à la compétition après quasiment un an sur la touche.

Kentucky devrait monter en puissance au fil des matchs, avec la répétition.

Sans les pertes de balles “anodines”, les Wildcats jouent les yeux dans les yeux avec les Tigers. Largement. Et c’est pour cela qu’il est possible d’entrevoir une saison solide pour Kentucky.

Avec un Top-3 en perspective dans la conférence SEC. Au pire, un Top-5.

J’y crois et je me trompe rarement (ou pas).

Plus de lecture ?
Jaxson Dart QB Corner Canyon High School 2020
“MoC Film Room” : le QB 3-étoiles Jaxson Dart (Corner Canyon) contre Bingham