Une nouvelle saison de football universitaire s’approche et Midnight on Campus vous propose un stage de préparation adéquat. Avec l’aide des travaux de Bill Connelly et de Phil Steele, plongez au coeur des principales équipes et conférences grâce à une foule de présentations complètes et précises.

La pertinence du programme de football de Florida est relativement nouvelle. Il a fallu attendre les années 1990 et la prise en charge de Steve Spurrier pour que les Gators se révèlent véritablement comme une force de la conférence SEC. Cette dernière leur appartenait, sans une saison en-dessous des 9 victoires annuelles et une présence constante sur la scène nationale. Urban Meyer a ramené deux championnats nationaux de plus lors des années 2000 avec l’aide d’un certain Tim Tebow. Et puis l’équipe est tombé dans le creux de la vague sous Will Muschamp.

Bien que la défense soit devenue une institution à l’échelle nationale, Florida s’est enfoncé dans un gouffre offensif ces dernières années et l’arrivée de Jim McElwain n’a pas encore inversé la tendance. Certes, le head coach actuel des Gators a remporté deux titres de division SEC East (profitant, en partie, de la faiblesse de celle-ci) ainsi que 19 succès en deux ans mais la manière demeure identique. Il peut désormais proposer une équipe à son image pour une troisième saison à la tête du programme, un premier verdict quant aux qualités futures des Gators.

Partez à la découverte des forces, des faiblesses, des points marquants du programme de football des Gators de Florida en vue de la saison prochaine, classements et pronostics à l’appui.


Malik Zaire peut-il sauver une attaque en difficulté ?

Tim Tebow garde une place très spéciale dans le coeur des supporters de Florida, mais il demeure également le quarterback de grand talent à avoir foulé la pelouse des Gators. Depuis son départ, neuf quarterbacks ont été titularisés en sept saisons et lorsque Will Grier a amené une lueur d’espoir en 2015, il a été suspendu en milieu de saison et a quitté le campus de Gainesville précipitamment sur transfert. Le souci de quarterbacks est un mal qui ronge les performances offensives depuis une petite décennie, heurtant l’ensemble des autres positions.

A la décharge des quarterbacks, la ligne offensive n’a jamais été très bonne non plus et le talent au sein des receveurs n’est clairement pas celui qu’il y avait lors des années 2000 à la grande époque des Gators. Les running backs ne pouvaient donc pas évoluer à la hauteur de leur talent, portant à bout de bras une animation offensive assez limitée, à la vitesse très ralentie qui rencontrait ainsi un mal fou à avancer sur le terrain. Cela a finalement coûté le poste de Will Muschamp et pour le moment, Jim McElwain n’a toujours pas trouvé une solution.

Cependant, le temps de la révolution est peut-être arrivé. L’effectif de Florida subit un changement relativement important de contributeurs des deux côtés du terrain, moins conséquent en attaque mais plus crucial du fait des déboires connus par le passé. Il faut tout d’abord trouver un nouveau quarterback (encore) et à ce jour, la bataille entre le redshirt freshman Feleipe Franks et le senior arrivé en transfert depuis Notre Dame, Malik Zaire, n’a pas révélé de favori clair et net pour le poste de titulaire. Le junior Luke Del Rio aimerait bien conserver cette position mais il semble que celle-ci revienne aux deux premiers cités, plus talentueux et possédant un plafond de performance bien plus élevé. Il s’agit toujours du chainon manquant pour les Gators puisque le reste des armes offensives reviennent de la saison passée. Le running back junior Jordan Scarlett (889 yards à la course, 6 TDs) est une excellente pièce de cette attaque, si ce n’est la meilleure, et possède le soutien très solide du sophomore Lamical Perine et du senior Mark Thompson. Le backfield de Florida ne manque pas potentiel, bien qu’il faille le justifier à un moment ou à un autre. Le ligne offensive devrait leur faire plus de cadeaux avec une expérience en forte hausse et surtout le retour de l’ancienne recrue 5-étoiles, Martez Ivey, pour une année junior sur le flanc gauche.

(Crédit photo : Kim Klement-USA TODAY Sports)

Les dernières classes de recrutement ont amené sur le campus de Gainesville une flopée de nouveaux receveurs pétris de talent. Le junior Antonio Callaway (721 yards à la réception, 3 TDs) reste le patron de cette escouade aérienne, mais ses lubies extra-sportives lui ont déjà coûté une suspension pour le premier match de la saison et il n’est pas impossible que cela se répète au cours de l’année. Les seniors Brandon Powell et le tight end DeAndre Goolsby restent des options plus que solides en second rideau ; cependant, un trio de sophomores apporte un dimension des plus excitantes à l’attaque. Tyrie Cleveland (298 yards à la réception, 2 TDs), Josh Hammond et Freddie Swain, tous recrutés avec 4 ou 5-étoiles, se trouvent aujourd’hui avec une opportunité d’exploser au grand jour.

Le potentiel de cette nouvelle attaque de Florida peut atteindre des sphères très élevées. Pour ce faire, il faut que tous les éléments s’emboitent correctement et le dernier élément que les Gators ont besoin est un quarterback digne du reste d’un tel groupe offensif. Neuf titulaires sont de retour, principalement dans les airs et au niveau de la ligne offensive. Il s’agit d’un cadeau presque inespéré et Feleipe Franks ou Malik Zaire ne peuvent gâcher cette chance. Malheureusement, jusqu’à preuve du contraire, il faut émettre un petit bémol quant au succès fulgurant de cette attaque.


A voir si la jeunesse défensive causera des torts

On parlait d’un turnover massif de contributeurs ci-dessus ; et bien il s’avère que la défense concentre la grande partie des départs. Sept titulaires ne joueront pas avec les Gators en cette nouvelle saison et qui plus est, les joueurs restants doivent composer avec un nouveau coordinateur défensif. Geoff Collins a été débauché par Temple à l’intersaison et poursuit la longue tradition d’excellents assistants défensifs de l’université. L’ancien head coach de Miami (FL), Randy Shannon, prend la relève et grâce à une bonne réputation d’entraineur défensif, il devrait maintenir Florida à un très bon niveau.

Bien que l’animation offensive s’est rapproché davantage du putride que du correct lors de nombreuses années, la défense s’est construit une véritable réputation dans l’élite en enchainant sans interruption les classements parmi les meilleures équipes du pays dans ce domaine. Les Gators sont extrêmement efficaces dans tous les domaines, que ce soit pour défendre la passe ou contrer la course, ainsi que mettre la pression sur le backfield adverse.

Mais aujourd’hui, place à la jeunesse. Il existe de fortes chances que Florida régresse mais ne vous attendez pas à une lourde chute. Les lignes arrières en sont un exemple parfait. Trois excellents titulaires se sont envolés pour la ligue professionnelle par l’intermédiaire des cornerbacks Jalen Tabor et Quincy Wilson (3.5 TFLs, 12 passes défendues, 7 INTs en cumulé) ainsi que du safety Marcus Maye ; et il faut encore ajouter à cela l’indisponibilité pour l’année du safety Marcell Harris à cause d’une grave blessure au tendon d’Achille subi lors de l’intersaison. Toutefois, les visages expérimentés ne manquent pas pour autant. Le cornerback sophomore Chauncey Gardner a obtenu un temps de jeu conséquent dès sa première saison universitaire, tandis que les seniors Nick Washington et Duke Dawson possèdent un joli bagage d’expérience sur le terrain. Les autres forces en présence ne sont que sophomores ou freshmen, ce qui ne laisse pas de vrai marge d’erreur pour les absences. Une situation à peu près identique se prépare chez les linebackers. Le départ des leaders Jarrad Davis et Alex Anzalone (113 plaquages, 5 sacks, 5 TFLs, 6 passes défendues) laisse un vide important mais leurs blessures à répétition ont permis aux désormais sophomores David Reese et Kylan Johnson une chance de prendre leurs marques en avance.

(Crédit photo : Kim Klement-USA TODAY Sports)

Les nouvelles pièces du back-seven sont (très) jeunes et pourtant relativement expérimentées ; c’est pourquoi il est difficile de douter d’une baisse de performance abrupte. La seule inquiétude est la prise en compte des blessures. Si celles-ci s’accumulent au fil de la saison, une profondeur limitée pourrait causer des torts assez grands à Florida. En revanche, la ligne défensive devrait continuer à écraser ses adversaires. Le quatuor de defensive ends composé des seniors Jordan Sherit et Keivonnis Davis, du junior CeCe Jefferson et du sophomore Jabari Zuniga (11.5 sacks, 11.5 TFLs en cumulé) proposera un pass-rush d’autant plus performant. Ils pourraient encore franchir une marche supplémentaire si les defensive tackles s’en sortent plutôt bien. Les juniors Khairi Clark et Taven Bryan ont la lourde tâche de remplacer deux vraies ancres qu’étaient Caleb Brantley et Joey Ivie (5 sacks, 8 TFLs en cumulé).

Il semble fort probable qu’atteindre l’élite sera une tâche presque impossible pour une telle défense. Les Gators subissent un fort changement de titulaires. En revanche, la plupart des nouvelles têtes possèdent déjà une expérience relative du terrain et Randy Shannon a également prouvé qu’il pouvait diriger de très bonnes défenses par le passé. Celle de cette année sera plutôt bonne (si ce n’est mieux), certes, mais Florida ne peut plus se reposer uniquement sur leur défense pour exister au sein de la conférence SEC.


Pronostics de performance

Une défense toute neuve, un nouveau coordinateur défensif et un nouveau quarterback. Tous ces éléments tendent à amener Florida vers une nouvelle identité, une identité modelée par Jim McElwain. Le head coach des Gators n’a pas encore réussi à se défaire de l’image créée par ses prédécesseurs sur le campus de Gainesville, notamment en terme de visage offensif. Cette année est la bonne si il veut construire une équipe comme il l’entend. Ce processus a déjà fonctionné précédemment avec Colorado State, où il avait atteint le plateau des 10 victoires au bout de seulement trois ans.

Bien que le plus gros chantier se trouve auprès de la défense, il existe moins de sueurs froides que pour le poste de quarterback. Cela fait près d’une décennie que l’on attend un joueur pour mener les Gators au niveau que ces derniers méritent. Le transfert de Malik Zaire représente une lueur d’espoir alors que le jeune Feleipe Franks a été l’auteur d’une belle intersaison ; or, on ne sait pas ce que les deux valent vraiment sur un terrain universitaire. Celui qui remportera le poste de titulaire aura d’immenses attentes sur les épaules, surtout en considérant les armes autour de lui enfin à la hauteur de l’équipe.

Autant d’incertitudes des deux côtés du terrain créent de ce fait un horizon extrêmement vaste. Le calendrier semble très abordable avec seulement trois véritables déplacements à Kentucky, Missouri et South Carolina. Les Gators ouvrent également la saison avec une rencontre sur terrain neutre face à une équipe de Michigan en grande reconstruction et reçoivent Tennessee, LSU, Texas A&M et Florida State au “Swamp”. Enfin, la rivalité historique à Jacksonville contre Georgia se déroule au lendemain d’une semaine de repos.

Un tel programme appelle à plus de 10 victoires si Florida a réglé tous ses problèmes efficacement, et surtout celui du quarterback. Le fait de recevoir quatre très bonnes ou excellentes équipes à la maison et d’en affronter deux autres sur terrain neutre est un véritable plus. Mais il faut également prendre en compte que les Gators ont régulièrement du mal à battre de meilleurs équipes qu’elle ; cela pourrait faire tomber le nombre de victoires entre 8 et 9, soit un total identique à celui des deux dernières saisons. Si la constitution de l’équipe n’a pas énormément changé et si le problème de quarterback n’est pas réglé, on serait en droit de se demander si Jim McElwain pourrait inverser la tendance.