Une nouvelle saison de football universitaire s’approche et Midnight on Campus vous propose un stage de préparation adéquat. Avec l’aide des travaux de Bill Connelly et de Phil Steele, plongez au cœur des principales équipes et conférences grâce à une foule de présentations complètes et précises.

Ce n’était que le début d’une nouvelle ère qui s’annonce fructueuse en victoires. Cette finale de College Football Playoff perdue tragiquement face à Alabama n’était en effet pas une fin en soi. Au contraire, elle est la base de ce qui pourrait devenir une incroyable épopée. Georgia souhaite s’installer aux sommets du football universitaire le plus longtemps possible et a mis toutes les chances de son côté.

Coordinateur défensif à Alabama de 2008 à 2015, Kirby Smart est arrivé à la tête du programme en 2016 pour ses débuts en tant que head coach. Cette arrivée présageait la mise en place d’une nouvelle mentalité de jeu. Alors que Mark Richt avait fait son temps durant 15 ans à la tête du programme avec d’ultimes saisons en dents de scie, Kirby Smart est ainsi arrivé en important de la fraîcheur à une équipe qui en manquait.

Sa première saison en 2016 fut très frustrante (8-5, 4-4 dans la SEC), mais elle fut nécessaire, car elle lui a permis de s’adapter à ses nouvelles fonctions. La saison dernière, Kirby Smart a prouvé qu’il gérait son collectif à merveille. Et Dieu sait que gérer les différents égos des recrues 5-étoiles et 4-étoiles est difficile.

Oui, Georgia recrute à tours de bras les meilleurs prospects du pays depuis deux ans, de là à signer la meilleure classe de recrutement en 2018, devant Alabama. Aujourd’hui, les Bulldogs se retrouvent donc avec un paquet de jeunes joueurs ultra talentueux, que ce soit sur les postes de titulaires, de remplaçants et de troisièmes couteaux.

Malgré de nombreux départs clés, il ne faut pas s’inquiéter pour Georgia. Les Bulldogs semblent parés pour remporter le titre national. La finale de la saison passée n’était pas la fin de l’histoire. Les beaux jours sont devant eux, et ce pour plusieurs saisons.

 

Une saison entre frustration et espoir 

 

Tout bon compétiteur n’aime pas perdre. Les Bulldogs en font partie. S’incliner lors du Championship Game est toujours compliquer à avaler, encore plus quand votre rêve s’écroule au buzzer. Après une saison rondement menée, Georgia a fait les frais de cet increvable Crimson Tide. L’expérimenté Nick Saban était trop fort pour Kirby Smart, son protégé. Mais cela pourrait changer dans le futur.

Quoi qu’il en soit, ce type de saison réalisée la saison passée est une bonne base pour les années à venir. Effectivement, les Bulldogs ont évolué un un niveau impressionnant dans un style de jeu propre et efficace, sans fioritures.

Pour commencer la saison, Georgia a enchaîné neuf victoires durant lesquelles la défense a fait des merveilles (un seul match avec 20+ points encaissés). Le court succès sur le terrain de Notre Dame (19-20) acquis en fin de quatrième quart-temps lors du Week 2 a placé rapidement les Bulldogs parmi les outsiders au CFP et a surtout mis le collectif en confiance.

La dixième rencontre de la saison marqua un coup d’arrêt brutal. En s’inclinant face à Auburn de plus de 3 touchdowns d’écart (17-40), Georgia a surpris du mauvais sens. Mais trois semaines plus tard, en finale de conférence, contre ces mêmes Tigers qui sortaient tout juste d’un succès retentissant sur Alabama, les Bulldogs ont pris leur revanche (28-7). Premier titre de la SEC depuis 2005 et direction le CFP.

 

 

En demi-finale, la défense pris l’eau pour la première fois de la saison face à la meilleure attaque du pays. Mais dans un Rose Bowl somptueux qui restera longtemps dans nos mémoires, les Bulldogs sont sortis vainqueurs après deux prolongations irrespirables. Kirby Smart a réussi à s’élever au même niveau que Lincoln Riley sur le plan offensif en scorant 54 points.

 

 

La suite, tout le monde la connait. Alors que Georgia mène 20-7 dans le troisième quart-temps du Championship Game et maîtrise son sujet, Nick Saban réussit le coup de poker de la décennie en sortant son QB titulaire à la place du jeune Tua Tagovailoa. Ce dernier sera le bourreau des Bulldogs lors d’une remontée folle et d’un ultime touchdown au buzzer. Cruel.

Mais cette défaite n’a fait qu’augmenter le désir des Bulldogs de soulever le titre en 2018. Les espoirs sont réels, Georgia est de retour avec le couteau entre les dents !

 

Un problème de (très) riche au poste de quarterback

 

L’un des seuls désavantages lorsque l’on recrute les meilleurs lycées du pays, c’est qu’il faut faire des choix. Kirby Smart pourra vous l’assurer, lui qui est confronté à un dilemme sur le poste de quarterback.

Auteur d’une saison true freshman incroyable, Jake Fromm ne sera pas surpris pour son année sophomore. Impressionnant de sérénité tout au long de la saison, il a parfaitement bien jouer son rôle aux côtés d’une attaque au sol imposante. Dans un rôle d’équilibreur, il a apporté juste ce qu’il fallait dans le domaine aérien. Ni trop peu et sans en rajouter.

Avec ses 2615 yards (62.2%), 24 touchdowns et 7 interceptions, il devrait sauf surprise entamer la saison en tant que titulaire après avoir plus qu’assuré en 2017.

Mais (parce qu’il y a un “mais”), le true freshman 5-étoiles Justin Fields pourrait le pousser dans ses retranchements. Deuxième meilleur prospect de la classe de recrutement de 2018, c’est un diamant brut au potentiel illimité dont on faisait l’éloge il y a maintenant un peu plus d’un an.

Néanmoins, le plus gros atout de Justin Fields qui pourrait le pousser à devenir titulaire est le manque de solutions sur le jeu de course (voir ci-dessous). En effet, en tant que QB dual-threat, il excelle avec ses jambes et créé d’énormes gros jeux comme il l’a montré au lycée. Kirby Smart pourrait être tenté de le titulariser s’il souhaite un autre profil que Jake Fromm comme chef d’orchestre de son attaque.

Que ce soit Jake Fromm ou Justin Fields qui distille les passes, les receveurs seront au diapason sans aucun doute. Outre Javon Wims, qui est parti vers le milieu professionnel, tous les autres éléments clés sont de retour. La perte du leader statistique de la saison passée pourrait être un coup dur pour beaucoup d’autres programmes, mais Georgia ne se limitait pas qu’à lui. Javon Wims n’était pas l’arbre qui cache la forêt.

En pleine progression sur la fin de saison et notamment lors de la finale nationale (82 yards sur 6 réceptions), Riley Ridley pourrait très vite se positionner comme une cible préférentielle. Le senior Terry Godwin, très régulier depuis le début de son cursus universitaire (639 yards sur 38 réceptions en 2017), sera lui une cible fiable grâce à sa belle pointe de vitesse. Mecole Hardman, sur le troisième poste de titulaire, a lui toutes les armes pour exploser statistiquement cette saison.

Rajoutés à ce trio enflammé, Isaac Nauta devrait être bien plus utilisé cette saison sur son poste de tight end et les deux recrues 4-étoiles, Kearis Jackson et Tommy Bush, et le transfert Demetris Robertson fourniront un renfort de poids. Cette escouade de receveurs sera donc très dense.

 

D’Andre Swift pour remplacer deux monstres

 

A eux deux, Nick Chubb et Sony Michel pèsent plus de 8000 yards en carrière et deux tours de Draft du Top 35. Malheureusement pour Georgia, ces deux coureurs d’exception ne seront plus là pour faire les beaux jours du jeu de course des Bulldogs. Remplacer un tel duo de seniors semble très difficile, sauf lorsque l’on possède un des meilleurs coureurs sophomores du pays.

D’Andre Swift est promis au poste de titulaire après une saison comme troisième option derrière ses deux anciens coéquipiers. Dans leur ombre, il a réalisé de très beaux matchs terminant son année freshman avec 618 yards (7.6 yards par course) et 3 touchdowns. Son talent suffit pour ne pas s’inquiéter des pertes de Nick Chubb et Sony Michel. Mais on se sait jamais comment va réagir un si jeune joueur face à la pression.

Se retrouver du jour au lendemain leader d’une des meilleurs attaques au sol du pays n’est pas donné à tout le monde.

D’autant plus que l’ancienne recrue 5-étoiles ne sera épaulé que par Elijah Holyfield cette saison (293 yards et 2 TD). Le junior pourrait se muer en futur Nick Chubb de par ses caractéristiques puisqu’il excelle dans les courses entre les tackles. Ils auraient pu être trois pour mener ce jeu de course, mais les aléas de l’intersaison en ont décidé autrement. Meilleure recrue du pays à son poste, Zamir White a été victime d’une rupture des ligaments croisés, un an après avoir connu la même blessure.

C’est donc un jeu de course aux solutions rétrécies qui devra mener l’attaque des Bulldogs. Pour aider aider D’Andre Swift et Elijah Holyfield dans leur nouveau statut, la ligne offensive sera de qualité comme souvent. Et pourtant, ce secteur a perdu son meilleur joueur en Isaiah Wynn, parti au premier tour de la draft. Mais les très bonnes classes de recrutement précédentes permettent à Georgia de combler ce départ, d’autant plus que des cadres seront présents, à l’image du centre Lamont Gaillard.

 

Un gros chantier concernant le front-seven

 

Force principale du succès défensif des Bulldogs la saison passée (126 yards à la course encaissés), le front seven soulève quelques interrogations. Il faut dire que ce secteur perd la quasi-totalité de ses titulaires. Au total, ce sont 8 des 11 joueurs défensifs de la finale nationale qui ont fait leur bagage.

Contrairement à son homologue offensive, la ligne défensive ne pourra pas compter sur des recrues qui sont sorties du lycée comme des top prospects. Avec l’escouade de receveurs, c’est le seul groupe qui n’accueille pas de recrue 5-étoiles cette saison. Et la classe de recrutement de 2017 ne fut pas exceptionnelle non plus.

Pour remplacer Trenton Thompson et John Atkins, le groupe va devoir progresser ensemble pour rester une force fiable. Le trio de titulaires devrait remplir largement ses fonctions entre la potentielle star Tyler Clark, Jonathan Ledbetter (11.5 TFL à eux deux) et Julian Rochester. Le problème réside en fait chez leur remplaçant respectif. Il faudra espérer que de jeunes joueurs se révèlent au cours de la saison pour que la rotation soit davantage fournie.

Sur le second rideau, c’est simple. Il faut remplacer les quatre titulaires en poste la saison passée, dont l’All American Roquan Smith qui s’était imposé comme l’un des tous meilleurs linebackers du pays. Pour palier son départ, aucun joueur ne pourra effectuer un travail identique.

Ils seront donc plusieurs à se partager les tâches défensives pour tenter de rester encore un groupe fort. Sur l’intérieur, le senior Natrez Patrick sera le vétéran du groupe et fera la paire avec Monty Rice. Ils devraient laisser leur place de titulaire plus fréquemment par rapport à leurs prédécesseurs, car les second couteaux sont de grande qualité. Tae Crowder, Juwan Taylor et les nombreuses recrues auront leur mot à dire.

Sur l’extérieur, D’Andre Walker sera enfin titulaire, lui qui a déjà largement fait ses preuves en backup (5.5 sacks et 13.5 TFL). Reste à voir s’il peut se muer en joueur polyvalent et être aussi efficace sur le pass rush que sur la défense contre la course. Son pendant sur l’autre côté devrait être Walter Grant. Le sophomore est talentueux comme son compère mais ils manquent encore de leadership tous les deux.

Perdre la totalité de ses titulaires est un coup très dur, même pour Georgia.

 

DeAndre Baker pour mener un secondary plus performant ? 

 

Les lignes arrières pourraient être encore meilleures que la saison passée (168.9 yards encaissés à la passe et 12 interceptions) et ce malgré la perte de trois titulaires !

Après une saison junior de grande facture durant laquelle il n’ a concédé aucun touchdown, DeAndre Baker devrait s’imposer comme le leader de ce groupe sur son poste de cornerback où il impressionne de par sa régularité. Ce sera également un atout de poids pour intégrer son coéquipier sur l’autre poste de cornerback. Le true freshman 5-étoiles Tyson Campbell est en ballottage avec Tyrique McGhee et Mark Webb.

Les postes de safeties voient également revenir un leader charismatique en J.R. Reed. Constant tout au long de la saison, il lit très bien les courses adversaires, ce qui fait de lui un plaqueur hors pair (79 tackles). Ancienne recrue 5-étoiles (encore une), Richard LeCounte occupera lui le second spot de safety. Il n’a pas beaucoup joué encore, mais il devrait se mettre au même niveau que son coéquipier sans grande difficulté.

Ce secondary est bourré de talents et pourrait être la force numéro une de la défense des Bulldogs cette saison même si Kirby Smart est inquiet du manque de profondeur.

 

Rodrigo Blankenship pour guider les équipes spéciales

 

Les Bulldogs ne devraient pas laisser beaucoup de points filés cette saison avec le kicker Rodrigo Blankenship (20/23). Auteur de deux field goals de plus de 50 yards au CFP, il pourrait légitimement se démarquer dans la course au titre de meilleur kicker du pays. Les interrogations concernent davantage le poste de punter puisque Marshall Long pourrait perdre son poste au profit du freshman Jake Camarda. Ralenti par une blessure, il a du mal à se mettre au même niveau que Rodrigo Blankenship

Mecole Hardman (776 yards en 2017) sera quant à lui en charge des retours de punt et de kickoffs. Comme on peut l’espérer sur son poste de receveur, il pourrait exploser cette saison pour devenir un véritable facteur X.

 

Un calendrier taillé pour retourner au College Football Playoff

 

Dans leur quête de stabilité au plus haut niveau, les Bulldogs pourront compter sur un calendrier favorable cette saison. Georgia sera favori dans chacune de ses 12 rencontres de saison régulière. Sur le papier, seul deux adversaires semblent réellement avoir des chances pour battre Kirby Smart et ses hommes.

Le mois de septembre offre cinq matchs largement gérables pour les Bulldogs. En recherhce d’automatismes après une vague impressionnante de départs, cela pourrait leur permettre de se connaître davantage et de régler quelques détails. Les déplacements à South Carolina et Missouri, deux programmes possédant un excellent QB, ne seront pas à négliger pour autant pour ne pas concéder un upset.

Le véritable premier test aura lieu en octobre sur le terrain de LSU. En fonction de ce que proposent les Tigers, ce match pourrait rapidement se jouer à des détails. Le face-à-face annuel contre Florida sur terrain neutre arrivera par la suite après une semaine de repos, mais celui-ci est à la portée de Georgia.

En revanche, la réception d’Auburn sera un duel très équilibré même si les Bulldogs seront poussés par leur public. Après une victoire de chaque côté en 2017, cette rencontre prendra la forme d’une belle qui risque d’être explosive.

Une saison régulière à 12-0 est plus qu’envisageable tant Georgia regorge de talents.

 

Le “hot take” de la rédaction :

 

Bien que Georgia soit dorénavant le programme qui recrute le mieux au niveau national, les nombreux départs vont peser sur le collectif des Bulldogs. Ces derniers vont regretter les absences de Nick Chubb et Sony Michel en attaque et Roquan Smith en défense. Ces trois là servaient de métronome à l’équipe dans les moments délicats grâce à leur incroyable gestion. Un troisième tentative délicate ? Il suffisait de laisser courir un des deux seniors. Un big play défensif à réaliser ? Le linebacker était toujours présent.

Quoi qu’on en dise, ce groupe est très jeune malgré son potentiel illimité. Quand arriveront les gros matchs et notamment la probable finale de conférence, cette jeunesse pourrait coûter cher. Le backfield offensif composé de Jake Fromm et D’Andre Swift, tous les deux sophomores, est très talentueux, mais il devra répondre à la pression dans les moments importants.

La saison passée, la SEC a envoyé deux membres au College Football Playoff, Alabama et Georgia. Ce cas de figure ne devrait pas se réaliser de nouveau cette saison. Si les Bulldogs ne l’emportent pas en finale de conférence, cela devrait être rédhibitoire. Et quand on pense qu’Alabama est favori à sa propre succession, Georgia aura fort à faire pour rejoindre de nouveau le CFP.

En revanche, si les Bulldogs sortent vainqueurs de la SEC, une deuxième participation de suite à une finale nationale est plus que réalisable.