Une nouvelle saison de football universitaire s’approche et Midnight on Campus vous propose un stage de préparation adéquat. Avec l’aide des travaux de Bill Connelly et de Phil Steele, plongez au cœur des principales équipes et conférences grâce à une foule de présentations complètes et précises.

Il est l’heure de pronostiquer le champion de conférence Big 12.

Une finale de conférence est réapparue en 2017 après un hiatus forcé de 7 ans, à la suite du départ de Colorado et Nebraska pour des conférences adverses. Mais un changement dans la réglementation de la NCAA permet désormais aux conférences détenant seulement 10 membres de pouvoir organiser une finale, qu’il existe des divisions ou non.

Oklahoma s’est largement imposé face à TCU (41-17) pour le retour de cette fameuse finale de conférence, qui a fait couler beaucoup d’encre lors de son absence. Avec un titre de champion en Big 12, les Sooners ont obtenu par la même occasion leur billet pour le College Football Playoff.

Est-ce que les hommes de Lincoln Riley peuvent réitérer le même exploit ? Cela semble être bien parti mais une multitude d’équipes peuvent se poser au travers de leur chemin alors que Texas se trouve au bord de revenir au premier plan de la conférence.

Ainsi, quelles équipes se donnent rendez-vous au AT&T Stadium d’Arlington en décembre prochain pour jouer une finale avec le titre de conférence Big 12 au bout ?

 

Les pronostics de la rédaction en Big 12 :

 

Jean

Aloïs

Big 12

1. Oklahoma 1. Oklahoma
2. West Virginia 2. Texas
3. TCU 3. Oklahoma State
4. Texas 4. West Virginia
5. Oklahoma State 5. TCU
6. Iowa State 6. Iowa State
7. Kansas State 7. Baylor
8. Texas Tech 8. Kansas State
9. Baylor 9. Texas Tech
10. Kansas 10. Kansas

 

Les #CFBPreviews des équipes de la conférence Big 12 :

 

Une meute à la chasse d’Oklahoma

 

Sans l’existence de divisions, les deux finalistes sont déterminés à l’aide du classement final de la saison régulière. Les deux premiers s’envolent pour Arlington et l’on connait déjà la première équipe : Oklahoma.

Les Sooners ont pris tellement d’avance sur leurs adversaires qu’il est difficile d’imaginer une conférence sans eux. Certes, le chemin ne leur est pas totalement ouvert à cause d’un calendrier assez compliqué à gérer et surtout le départ d’une majorité des leaders offensifs et défensifs. La perte du vainqueur du dernier Heisman Trophy, Baker Mayfield, est immense… mais il ne faut pas oublier que la relève est prête avec Kyler Murray (pour une dernière saison avant de partir pour la MLB).

Telle est la situation actuelle à Oklahoma : des cadres disparaissent pour faire place à des recrues talentueuses qui attendent leur heure. Le doute plan (quelque peu) mais le potentiel demeure incroyablement haut, plus haut que le reste de la conférence.

Et puis, dans le rétroviseur des Sooners, se tiennent quatre équipes qui peuvent prétendre à chiper la seconde place qualificative pour la finale de conférence : Oklahoma State, Texas, TCU et West Virginia.

Tous obtiennent des bonnes et des mauvaises nouvelles. Les “Pokes” perdent une des meilleures artilleries offensives du pays mais devraient progresser en défense. Les Longhorns ont toutes les chances de continuer à monter en pression des deux côtés du terrain pour la seconde saison de Tom Herman, même si l’attaque doit se trouver un quarterback. Les Horned Frogs doivent répondre à de lourdes questions en attaque tout en proposant, une année de plus, la meilleure défense de la conférence. Et bien que les Mountaineers perdent beaucoup d’expérience, Will Grier et son armada offensive porteront les espoirs de titre sur le campus de Morgantown.

Départager ces quatre équipes est extrêmement difficile puisque la saison de chacune ne tient pas à grand chose et peut aussi bien se terminer en 5ème position qu’en 2ème à la fin de la saison régulière. Et c’est bien pour cela que nous favorisons chacun des dynamiques opposées.

 

Une seconde partie de classement si faible que cela ?

 

Iowa State peut aisément venir jouer les trouble-fêtes et grimper d’un rang (si ce n’est davantage) dans l’éventualité où une équipe manque cette saison. Bien que leur niveau de jeu est intrinsèquement plus faible que ses concurrents, les Cyclones ne seront pas simples à éviter.

Cette sixième place n’indique pas nécessairement un jeu moyen, il est tout simplement impossible à l’heure actuelle de les inscrire plus haut dans la hiérarchie. Même chose pour Kansas State.

Les Wildcats sont habitués à terminer avec plus de 8 victoires au compteur avec l’aide de l’increvable Bill Snyder. Il s’agit d’une véritable machine à engranger les victoires malgré un système archaïque et des joueurs inconnus au bataillon. Il ne faut jamais les écarter des premières places, ils trouvent toujours un moyen d’y accéder. Et qui plus est, Kansas State retrouve cette saison une équipe très expérimentée, le genre de situation qui plaise à Bill Snyder.

Une toute nouvelle attaque et une défense qui retrouve l’ensemble de ses titulaires. Texas Tech doit composer avec une force majeure qui s’affaiblit et une faiblesse éternelle qui prend du galon. L’année des Red Raiders n’a rien de facile d’autant plus que le calendrier n’est pas d’une grande aide.

Une qualification pour un Bowl serait déjà une réussite. Le même objectif se présente pour Baylor : atteindre un Bowl.

La première saison de Matt Rhule s’est soldé par un échec cuisant (1-11) mais c’était quelque peu attendu à cause des répercussions du scandale d’agressions sexuelles, qui a gangrené en profondeur le programme de football. Les Bears se refont doucement la cerise et avec une équipe qui ne bouge quasiment pas, les espoirs sont permis.

Kansas est l’équipe qui récupère le plus d’expérience de la ligue en cette nouvelle saison, mais Kansas reste aussi et surtout Kansas.

David Beaty ne peut pas produire des miracles avec une équipe extrêmement jeune (3 victoires depuis 2015). Aujourd’hui, la même équipe revient pour une ultime saison avec une large majorité de seniors et juniors. Si les Jayhawks doivent réaliser des miracles, ce sera pour cette saison… ou alors ils ne pourront jamais sortir des bas-fonds de la conférence Big 12.

 

Notre finale de conférence Big 12 : 

 

Oklahoma contre Texas…

Un remake du “Red River Showdown” en finale de conférence. Que demande le peuple. Mais ne soyez pas surpris de retrouver les Mountaineers de West Virginia à Arlington en décembre derrière un Will Grier en quête de Heisman Trophy.