On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

 

Aujourd’hui, UNC Greensboro, champion de la SoCon et équipe qui monte saison après saison chez les Mid-Majors, au point de titiller Gonzaga lors de la dernière March Madness.

 

UNC Greensboro Spartans

 

  • 73.2 points de moyenne inscrits, 37.2 rebonds captés, 13.9 passes décisives délivrées et 62.5 points encaissés de moyenne ;
  • 2 apparitions en March Madness, 2 lors des tournois d’après-saison pour un record de zéro victoire pour deux défaites ;
  • #1 en saison régulière dans la conférence SoCon, victoire en finale du tournoi de la conférence face à East Tennessee State (62-47) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Francis Alonso avec 15.6 points de moyenne.

 

Retour sur la saison :

27 victoires pour 8 défaites – 15 victoires pour 3 défaites en conférence.

 

L’histoire d’UNC Greensboro au sein des Mid-Majors est assez récente.

Après de longues années de disette, le programme prend un tournant en 2011 avec la promotion de Wes Miller, jusque-là assistant, au poste de head coach. Son projet est simple : redorer le blason des Spartans, le tout en revenant aux fondamentaux, c’est-à-dire une base défensive très forte.

Le nouveau fond de jeu a eu du mal à se mettre en place mais depuis trois ans, le travail porte enfin ses fruits. Une qualification au CBI en 2016, le NIT en 2017 ainsi que le Graal suprême, la March Madness la saison dernière. Dans une SoCon toujours plus dense avec au moins cinq programmes jouant le titre (sans compter les possibles surprises), UNC Greensboro s’affirme enfin comme une réelle place forte.

 

 

La première partie de saison est correcte, avec deux défaites logiques face à des programmes de Power Six.

Une défaite inaugurale sur le parquet de Virginia (60-48) et à Wake Forest (81-75) qui laisse quand même entrevoir du positif, notamment défensivement. Les deux autres revers seront face à Presbytarian (74-72), une défaite surprise pour le coup couplé avec un manque de réussite dans le money time, et UNC Asheville (67-60), là-aussi un programme renommé chez les Mid-Majors.

Le reste, ce sont des victoires pas forcément flashy lorsque l’on regarde le tableau d’affichage mais c’est maîtrisé. Des doutes subsistent quand même sur le plan offensif avec un Francis Alonso un peu seul dans les moments chauds.

La deuxième partie de saison, celle qui compte le plus, commence fort avec la réception de l’un des cadres de la conférence, Wofford. Un match serré, défensif, typique de la SoCon, avec beaucoup d’intensité. UNC Greensboro s’impose finalement de quatre petits points. Physionomie identique sur le match suivant face à VMI, avec une victoire sur le fil de deux unités.

De manière générale, il n’y a jamais eu de blowout sur les matchs de conférences. La plus grosse victoire fut lors du match retour face à VMI (73-51). Grace à une fin de saison en boulet de canon, avec 8 victoires sur les 9 derniers matchs, notamment face à des adversaires directs, UNC Greensboro termine premier et champion de la saison régulière. Une bien belle récompense pour le groupe qui a réalisé une saison solide.

Mais le plus dur commence avec le tournoi de conférence SoCon, le plus ouvert et le plus passionnant  des Mid-Majors.

Un premier tour sans difficulté face à The Citadel (72-58) avant de retrouver Wofford en demie-finale. Un match haletant, intense, deux équipes se rendant coup pour coup, malgré la purge offensive, ce fut un match agréable à (re)voir. Comme sur la saison, c’est le leader Francis Alonso qui va prendre les choses en mains dans le money time et sa banderille à trois points à 20 secondes de la fin permet à UNC Greensboro d’éviter l’upset. Victoire sur le score de 56 à 55.

Place désormais à la finale rêvée face à East Tennessee State, mon favori de début de saison.

Une première période équilibrée entre deux formations qui se connaissent par cœur. Le deuxième acte est identique, UNC Greensboro prenant le match à son compte mais sans créer un réel écart au tableau d’affichage (entre 5 et 8 points). C’est dans les six dernières minutes que ETSU craque, se cassant les dents sur une défense exceptionnelle des Spartans. Cela provoque du jeu rapide et l’écart se creuse vraiment. Au final, c’est une victoire de 15 points qui permet au programme de gagner sa place à la March Madness !

Et évidemment, Gonzaga se dresse sur la route de UNC Greensboro pour ce premier tour. Rapidement, les Zags prennent les choses en mains, face à une équipe des Spartans usés physiquement (et moralement).

Malgré tout, une révolte aura lieu au retour des vestiaires et UNC Greensboro reviendra dans le match, opposant même une adversité redoutable pour Gonzaga. Mais ces derniers feront parler l’expérience dans le money time. Zach Norvell Jr tuera les derniers espoirs à 20 secondes de la fin avec un triple ravageur. Défaite sur le score de 68 à 64 qui est rageante pour les représentants de la SoCon.

Mais la période de reconstruction est désormais de l’histoire ancienne et cela fait vraiment plaisir de revoir ce programme renaître de ses cendres.

 

Les nouveaux visages

 

Très peu de départs en cette intersaison du côté d’UNC Greensboro et ils ont été comblés numériquement avec cinq nouveaux visages (enfin, trois pour être précis).

Une seule arrivée en provenance du marché des transferts. L’ailier Eric Hamilton débarque pour (enfin) lancer sa carrière universitaire. Après deux saisons à Wichita State en mode cirage de banc, le prospect a décidé de partir et a été séduit par le projet des Spartans. Pouvant évoluer sur les postes 3 et 4, il aura rapidement des minutes dans un secteur de jeu qui manque cruellement de talent, surtout offensivement. Une bien belle addition pour le groupe.

 

 

Deux joueurs étant déjà sur le campus l’an dernier seront éligibles pour ce nouvel exercice. Il s’agit de deux combo-guards, Kaleb Hunter et Jack Konstanzer. Kaleb Hunter a pris un redshirt la saison passée histoire de préparer le futur tout en gardant une année d’éligibilité. Jack Konstanzer quant à lui n’a pas joué de la saison à cause d’une blessure. Nul doute que ce dernier aura un impact en sortie de banc.

 

 

Enfin, deux true freshmen seront présents dans l’effectif.

Angelo Allegri, poste 4 très athlétique, apportera toute sa fougue son énergie. Possiblement une belle option pour cette saison mais surtout les suivantes. Enfin, terminons par l’attraction, Mohammad Abdulsalam, intérieur de Brooklyn (on connait le vivier exceptionnel de talent à Brooklyn, surtout chez les pivots) peut viser une place de titulaire cette saison. Joueur doué dos au panier, c’est aussi un vrai rempart défensif. D’un point de vue personnel, j’ai hâte de le voir en action.

 

 

Le joueur à suivre de très près :

Francis Alonso (senior) : 15.6 points, 2.9 passes et 2.4 rebonds de moyenne.

 

Pour ceux qui suivent les compétitions de jeunes à l’international, le nom de Francis Alonso vous dit forcément quelque chose. En effet, il est le capitaine de l’équipe Espagnole des moins de 20 ans et il a été sacré vice-champion d’Europe. C’est simple : lors de cette compétition (en 2016, il était alors freshman en NCAA), il affichait 13 points, 3.7 passes et 3.4 rebonds de moyenne, avec une moyenne de 17 points et 4 passes lors des quatre dernières rencontres.

Son cursus avec UNC Greesnboro est de même facture. Le joueur est un pur talent sur le plan offensif, mais il a ce petit coté de joueurs d’équipe qu’ont les Européens, en opposition avec la plupart des joueurs sortants de High School, qui détiennent une mentalité plus individuelle, du fait du système américain.

Francis Alonso est incontestablement le leader de l’équipe. Il est le joueur qui prend en main les choses quand ça ne va pas sur le parquet, où il peut tout faire.

C’est réellement un bon joueur qui risque de réaliser quelques piges avec la sélection Espagnole dans les prochaines années. On peut encore profiter de ce diamant brut une saison supplémentaire en NCAA et il sera l’une des raisons de pourquoi il faut regarder UNC Greensboro en 2018.

 

Le cinq majeur possible :

 

Demetrius Troy (senior) : 7.7 points, 3.8 passes et 2.3 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Francis Alonso (senior) : 15.6 points, 2.9 passes et 2.4 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Kylia Sykes (sophomore) : 2 points et 1.3 rebonds de moyenne la saison dernière ;

James Dickey (junior) : 8.9 points 8.4 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Mohammad Abdulsalam (freshman) : DNP, High School.

 

Présentation de la saison

 

Dans une conférence SoCon tellement dense, il est toujours difficile de sortir les pronostics avant la saison. Mais une chose est certaine : il faudra compter sur UNC Greensboro dans la défense de son titre de champion de conférence.

Mais voilà, les départs de deux cadres en la personne de Marvin Smith et Jordy Kuiper, deux titulaires (poste 3-4 et 5) sera compliquée à combler, du moins en début de saison. Le plus gros problème se situe sur le poste d’ailier. On sait que Eric Hamilton peut jouer sur ce poste, tout comme Jack Konstanzer ou encore Angelo Allegri, mais ce ne sera qu’une solution temporaire.

Au niveau des intérieurs il existe aussi un manque de joueurs, qui va profiter à Mohammad Abdulsalam. Mais le plus logique est encore le small ball, avec une multitude de combo-guards au sein de l’effectif. UNC Greensboro peut s’en satisfaire en SoCon (et encore c’est léger face aux autres prétendants au titre) mais face à une équipe de Power Six, cela risque de coincer.

De plus, c’est la dernière saison pour certains cadres et on sait que cela rajoute une motivation supplémentaire… et beaucoup de stress et d’attente. C’est souvent quitte ou double dans ce genre de cas. Fort heureusement pour UNC Greensboro, Francis Alonso a l’habitude de cette pression et il sera encore là pour porter le programme quand il le faudra.

Le mot de la fin concernant UNC Greensboro

La SoCon s’annonce haletante une nouvelle fois cette saison et les matchs de conférence promettent énormément. UNC Greensboro est en bonne position pour empocher son troisième titre consécutif de champion de saison régulière… mais le programme ne part pas favori !