Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, UNC Asheville, qui a connu un énorme trou d’air en mars, se faisant sortir dès le stade des quarts de finale au tournoi de conférence Big South malgré un seed #2.

UNC Asheville Bulldogs

  • 77.1 points de moyenne inscrits, 33.5 rebonds captés, 15.5 passes décisives délivrées et 68.5 points encaissés de moyenne ;
  • 4 apparitions en March Madness, 6 lors des tournois d’après-saison pour un record de deux victoires pour quatre défaites ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence Big South, défaite quart en finale du tournoi de la conférence face à Campbell (81-79) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Ahmad Thomas avec 18 points de moyenne.

Retour sur la saison

23 victoires pour 10 défaites – 15 victoires pour 3 défaites en conférence.

La réputation du programme d’UNC Asheville au sein de la Big South n’est plus à faire. Une domination sans conteste année après année, une participation à la March Madness en 2016, tout était encore réuni pour prolonger cette belle aventure. Mais vous savez, rien n’est acquis en basketball universitaire.

Le calendrier de la première partie de saison est assez homogène, avec pas mal de déplacements en début de saison (7 matchs à l’extérieur sur les 9 premières rencontres). Trois défaites assez larges seront à mettre à l’actif des Bulldogs, face à VCU (80-65), Georgia (60-46) et plus facile à analyser, face à #5 Kansas (95-57). Malgré une énième défaite un peu plus tard face à Ohio State de deux petits points, le reste est plutôt maîtrisé par UNC Asheville, avec un niveau d’adversité beaucoup plus abordable. Toutefois, avec Ohio State et UNC Greensboro, les Bulldogs terminent cette première partie de saison sur deux défaites, portant le bilan à 8 victoires pour 5 défaites.

La défaite après prolongation dès l’ouverture des matchs de conférence face à Radford met un énorme coup au moral au groupe et on se dit alors que la saison ne risque pas d’être aussi tranquille que prévue… Le ton est donné, ce ne sera pas cadeau !

Et puis, le tournant de la saison, le premier, avec la victoire après prolongation face à Gardner-Webb. En plus de stopper la spirale négative, elle va totalement libérer cette équipe, qui déroule ensuite son basket. 14 victoires en 15 matchs, le seul revers face à Winthrop de trois petits points dans un comeback ahurissant de ces derniers, c’est solide.

C’est avec le plein de confiance que UNC Asheville termine la saison régulière avec le même bilan que Winthrop. A ce stade de la saison, on salive énormément sur la possible finale du tournoi de conférence entre les Eagles et les Bulldogs. Et puis, il y a eu le deuxième tournant de la saison qui se nomme Chris Clemons.

Ce nom évoque tellement de sentiment contrasté pour les fans des Bulldogs. Alors que le match était serré, le joueur de Campbell a pris feu, plantant 51 points, le tir de la gagne, les lancers qu’ils faillaient… Il a tout fait. Pourtant, il a fait peur aux siens en manquant un lancer franc à 14 secondes de la fin qui aurait pu coûter la victoire à son équipe (ce qui est ironique vu comment il a porté son équipe à lui seul) mais MaCio Teague loupe sa tentative à trois points et UNC Asheville sort dès les quarts de finale.

Forcément, le bilan avec cette série de défaites en début de saison ne permet pas à l’équipe d’obtenir un repêchage à la March Madness. Ce sera donc le CIT (même pas le NIT) avec un premier match face à UT Martin et une défaite de 14 points. C’est assez anecdotique tant le groupe a été marqué par cette cruelle défaite face à Campbell et de la non-sélection pour le NIT.

La dure loi des Mid-Majors, où une saison se joue sur un seul match, sans que le reste ne compte.


Les nouveaux visages

Quelques nouveaux visages du côté d’UNC Asheville en ce nouvel exercice, dont un qui est très attendu sur le campus, Donovan Gilmore.

Le bondissant intérieur sort de deux saisons très frustrantes à Charleston et espère enfin lancer sa carrière universitaire avec les Bulldogs. Lors de sa saison de freshman, il a été titulaire à 21 reprises pour 5.1 points et 4.2 rebonds. Et puis, le blackout pour sa saison de sophomore. Souvent absent, son temps de jeu a été réduit de moitié avec moins de 8 minutes de moyenne avec un rendement insignifiant.

C’est alors que Donovan Gilmore décide de partir et forcément, lorsqu’il a reçu une offre de UNC Asheville, il n’a pas hésité une seule seconde. Après une saison blanche (enfin, quasiment deux lorsque l’on regarde sa saison de sophomore), il a faim de minutes et c’est ce qui va lui permettre de pouvoir (enfin) montrer l’étendu de son potentiel.

Asante Monadjemi arrive de Junior College et vient de terminer son année blanche puisque d’un commun accord, il a décidé de prendre une saison redshirt. Il n’affichait pas moins de 8 points de moyenne en JUCO et il lui restera une année d’éligibilité. A voir quel sera son rôle mais nul doute qu’il en aura un, on ne voit pas pourquoi il aurait été redshirt la saison passée.

Enfin, trois freshmen arrivent sur le campus, dont deux arrières : Taijon Jones et Jalen Seegars. Leonard Thorpe, fraîchement recruté, est la troisième recrue de la promotion 2017 en qualité de meneur de jeu du futur projet des Bulldogs. Ces trois prospects auront quelques minutes en sortie de banc pour la saison qui arrive afin d’engranger de l’expérience en vue des prochaines saisons.


Le joueur à suivre de très près

MaCio Teague (sophomore) : 15.4 points, 4.6 rebonds et 2.7 passes de moyenne.

On aurait pu vanter les qualités d’Ahmad Thomas qui est le leader de cette équipe de UNC Asheville, candidat légitime au titre de meilleur joueur de la conférence. Mais on préfère parler de son principal rival et mon petit coup de coeur de la saison dernière dans la Big South : son coéquipier MaCio Teague.

Lui qui envoyait des caviars sur alley-oop à Ben Simmons du côté de Montverde au lycée, sort d’une saison impressionnante (et inattendue) avec UNC Asheville pour sa première en basketball universitaire. Sa ligne de statistiques parle d’elle-même pour le freshman de l’année au sein de la Big South. On savait que c’était un très fort scoreur dans l’âme, mais il a été plus que ça.

Il a pris en main l’équipe comme un vrai meneur de jeu. En fin de saison, son ratio perte de balle / passe décisive est assez incroyable, lui qui perdait de moins en moins de ballons. Il a clairement passé un cap dans la maîtrise du jeu en devenant un meneur (encore un peu hybride). Même s’il n’a que 2.7 passes de moyenne, cela reste un chiffre assez bon pour un freshman. De plus, le système de UNC Asheville ne permet pas au meneur d’être le dernier passeur décisif. Même sur les pick-and-roll, les intérieurs, trois fois sur quatre, réalisent des passes supplémentaires pour les extérieurs démarqués.

Toutefois, il doit vraiment améliorer son rendement de passes décisives pour être vraiment considéré comme un meneur de jeu. Sur ses autres aspects offensifs, rien à dire. Excellent shooteur à trois points, à 45.5% sur la saison (avec 154 tentatives), il peut aussi marquer dans n’importe quelle position sur le parquet. Comme on dit chez nos confrères outre-Atlantique, « the sky is the limit » pour MaCio Teague.


Le cinq majeur possible

MaCio Teague (sophomore) : 15.4 points, 4.6 rebonds et 2.7 passes de moyenne.

Kevin Vannatta (senior) : 9.1 points, 4.5 rebonds et 3.3 passes de moyenne.

Ahmad Thomas (senior) : 18 points, 6.6 rebonds et 3 interceptions de moyenne.

Raekwon Miller (senior) : 6.6 points, 2 rebonds et 1.5 passes de moyenne.

Alec Wnuk (senior) : 7.3 points, 3.9 rebonds et 1.2 passes de moyenne.


Présentation de la saison

C’est la dernière chance de briller en basketball universitaire pour une grande partie de ce groupe, tels que Ahmad Thomas, Kevin Vannatta ou encore Alec Wnuk qui ont tellement donné sous ce maillot et qui ont soif de revanche après l’énorme désillusion de l’an dernier.

C’est avec ce sentiment d’inachevé que UNC Asheville se prépare pour cette saison. Certes, pas mal de départs de joueurs importants par rapport au groupe de la saison dernière doivent être notés, mais une profondeur de banc existe toujours grâce au recrutement à travers le JUCO ou bien la dernière classe de freshmen. Un mélange d’expérience avec la fougue de la jeunesse, qui peut être un réel atout pour les Bulldogs.

Le secteur intérieur est assez light. Il n’y a pas de pivot ou intérieur dominant mais des joueurs de devoirs, qui sont désormais sous les spotlights et qui doivent assurer l’essentiel, si ce n’est élever un peu leur niveau. La doublette entre MaCio Teague et Ahmad Thomas est l’une des meilleures de la conférence et ces deux joueurs vont sûrement représenter plus de 50% des points de UNC Asheville cette saison.

Les joueurs de l’ombre, ainsi que ceux du banc, devront toutefois prendre la relève en cas de « jour sans » des deux leaders, même si ces derniers n’ont pas réellement déçus lors du dernier exercice.

Une équipe revancharde, avec de la profondeur de banc, des joueurs athlétiques, de la jeunesse mais aussi de l’expérience, le tout avec une Big South abordable : tout est réuni pour revoir les Bulldogs à la March Madness. On avait annoncé la même chose un an auparavant et on connaît malheureusement l’histoire.

En espérant pour le groupe que le mois de mars soit plus gratifiant. Quoi qu’il en soit sur le papier, il y a de quoi faire.