On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

 

Aujourd’hui, Stephen F. Austin, habitué de la March Madness ces dernières saisons en sortant de la conférence Southland et qui, encore une fois, n’était pas loin de réaliser un upset lors du la Grande Danse de mars.

 

Stephen F. Austin Lumberjacks

 

  • 80.5 points de moyenne inscrits, 35.7 rebonds captés, 14.2 passes décisives délivrées et 68.2 points encaissés de moyenne ;
  • 4 apparitions en March Madness, 6 lors des tournois d’après-saison pour un record de deux victoires pour quatre défaites ;
  • #3 en saison régulière dans la conférence Southland, victoire en finale du tournoi de la conférence face à SE Louisiana (59-55) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Shannon Bogues avec 15.4 points de moyenne.

 

Retour sur la saison :

28 victoires pour 7 défaites – 14 victoires pour 4 défaites en conférence.

 

Stephen F. Austin est connu dans le paysage universitaire de par son histoire. Mais voilà, depuis deux ans, le programme est en reconstruction, avec un nouvel head coach, Kyle Keller, à sa tête. Les progrès de ce jeune groupe ont rapidement été ressenti, surtout sur le dernier exercice, avec une qualification à la March Madness.

La première partie de saison est très intéressante, face des adverses de même calibre. Des matchs intenses, indécis, parfait pour forger un groupe (surtout quand la victoire est au bout). Le succès sur le parquet de LSU (83-82) met un point d’honneur à ce bon début de saison. Seulement deux revers, face à Mississippi State (80-75) et Missouri (82-81), qui sont logiques sur le papier, mais quand on voit en replay les deux rencontres, il y avait la place de faire bien mieux. Dommage mais cela reste de matchs références pour les Lumberjacks.

Pour l’ouverture des matchs de conférence, Stephen F. Austin rendait visite à Southeastern Louisiana, pour le premier gros choc de la Southland. Dans un match offensif, ce sont les visiteurs qui s’imposent sur le score de 73 à 62, avec une démonstration de maîtrise sur les cinq dernières minutes de la rencontre.

Stephen F. Austin se relèvera de ce faux pas en enchaînant cinq succès consécutifs, avant de perdre une nouvelle fois dans LE match offensif de la saison dans la conférence, sur le parquet de Central Arkansas (100-92 sans prolongation, une orgie offensive).

Le souci des Lumberjacks sur cette deuxième partie de saison, et même sur la saison dans sa globalité, sont bien les matchs l’extérieur. Une nouvelle défaite sur le parquet de Lamar (qui ira jusqu’à gagner le match « retour ») début février met en péril les espoirs de titre de champion de la saison régulière. Pire, le programme terminera troisième, non-loin de SE Louisiana, le leader mais qui ne termine pas officiellement #1 pour un tie-breaker favorable à Nicholls State.

C’est avec le seed 3 que Stephen F. Austin commence son aventure dans le tournoi de conférence. Le premier tour face à Central Arkansas est une formalité (86-64) avant d’affronter le seed 1, Nicholls State au tour suivant.

Un match incroyable où les Lumberjacks ont rapidement pris les choses en mains, grâce notamment à son leader Shannon Bogues (27 points) en feu. Même si Nicholls State essaye de revenir au tableau d’affichage, Stephen F. Austin gère à merveille et s’impose sur le score de 78 à 66.

Direction la finale face à SE Louisiana. Et comme bien souvent, la fatigue prend le pas sur la rencontre et le niveau de jeu est assez pauvre. SFA a toujours était devant au score et malgré un très bon passage des adversaires, l’équipe s’impose (59-55) et obtient son quatrième ticket pour la Grande Danse lors des cinq dernières saisons. Solide.

Texas Tech, seed #3, se propose alors sur la route de Stephen F. Austin en ce premier tour de la March Madness.

Les Red Raiders sont adeptes des éliminations précoces et Stephen F. Austin est un tombeur de gros. Le match sentait bon l’upset et on y a cru longtemps. En tête à la pause, les Lumberjacks subissent la foudre de Keenan Evans, qui inscrit 19 de ses 23 points en seconde période, permettant à Texas Tech de l’emporter de dix points, 70 à 60.

Un petit goût d’amertume pour Stephen F. Austin mais une saison plus qu’honorable au final.

 

Les nouveaux visages

 

Il y aura six nouveaux visages sur le campus de Stephen F. Austin pour ce nouvel exercice.

Tout d’abord, Davonte Fitzgerald arrive sur transfert de Minnesota, un recrutement pour l’expérience. Après deux saisons correctes à Texas A&M, l’intérieur décide de partir et s’engage avec les Gophers avec la promesse d’un temps de jeu plus conséquent. Mais il n’a pas eu sa chance avec seulement 13 minutes de moyenne et voyant son avenir en pointillé, il a décidé de partir.

Il apportera son expérience du haut niveau dans sa nouvelle équipe, avec pour responsabilité de faire progresser les jeunes pousses (aux côtés ds deux autres seniors). Un recrutement intelligent.

 

 

Deux anciens walk-on et redshirt la saison passée, Harrison Perkins et Rance Cole, seront dans le groupe cette saison avec des bourses universitaires. Le second est meneur et aura beaucoup de concurrence à son poste, tandis que le premier, arrière de formation, pourra jouer sa carte à fond dans la rotation.

Enfin, trois freshmen arrivent.

Jock Hugues (2-étoiles) est un pari pour l’avenir, comme Oddyst Walker (2-étoiles), qui sont là pour les saisons prochaines. Celui qui va avoir des minutes, c’est bien Mitchell Seraille. Intérieur 3-étoiles, il est LE recrutement phare de cette intersaison pour le programme. Selon des insiders, le prospect est même proche d’intégrer le cinq majeur à la vue des différents scrimmages.

 

 

Le joueur à suivre de très près :

Aaron Augustin (junior) : 4.1 points, 3.3 passes, 2 rebonds et 1.5 interceptions.

 

Vous savez que j’aime bien mettre en lumière les joueurs de l’ombre. Dans une équipe très collective et offensive, j’ai décidé de parler d’un joueur plus en retrait, le « petit » (1m80) meneur de jeu, Aaron Augustin.

Alors oui, Aaron n’est pas le joueur le plus flashy de l’équipe mais c’est bien le joueur le plus important du groupe. Véritable meneur de jeu à l’ancienne, fort défenseur, il se met au service de ses coéquipiers. Il peut très bien scorer mais ce n’est pas son but. 

Son but, c’est de faire briller ses amis. Il drive à merveille son équipe, ayant la pleine confiance de son head coach. Et lors de sa saison de sophomore il a pris une nouvelle dimension avec davantage de responsabilités à la clé.

Un tel joueur, qui fait le lien entre le groupe et le coaching staff, est essentiel pour la bonne cohésion. On ne met pas souvent en avant ce genre de joueur et c’est assez dommage car ils sont aussi importants que les leaders et scoreurs d’une équipe.

 

Le cinq majeur possible :

 

Aaron Augustin (junior) : 4.1 points, 3.3 passes et 2 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Shannon Bogues (senior) : 15.4 points et 2.4 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Kevon Harris (junior) : 14.5 points et 5.5 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Davonte Fitzgerald (senior) : 3.7 points et 2.4 rebonds la saison dernière (Minnesota) ;

T.J. Holyfield (senior) :12.9 points et 6.4 rebonds de moyenne la saison dernière.

 

Présentation de la saison

 

On ne va pas épiloguer trente ans pour savoir si Stephen F. Austin est l’équipe favorite dans la conférence Southland… 

C’est le cas.

La question que l’on peut se poser est la suivante : Stephen F. Austin est-elle la meilleure équipe des Mid-Majors ? Même si Gonzaga semble au-dessus (et que la Big East n’est pas une conférence des Mid-Majors), il existe des similitudes entre les deux programmes. Un jeu collectif prôné, des résultants probants sur le plan national, le tout avec un pouvoir d’attractivité conséquente.

Mais voilà, on parle d’une Mid-Majors donc l’exposition est faible. Et comme chaque année, les suiveurs découvriront Stephen F. Austin en plein milieu de la saison après un upset retentissant… Au moins on vous aura prévenu (encore une fois).