On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

 

Aujourd’hui, Saint Louis, l’équipe qui monte dans la conférence Atlantic 10 et qui se positionne clairement pour une place à la March Madness.


Saint Louis Billikens

 

  • 65.8 points de moyenne inscrits, 36 rebonds captés, 11.9 passes décisives délivrées et 65.4 points encaissés de moyenne ;
  • 9 apparitions en March Madness, 16 lors des tournois d’après-saison pour un record de six victoires pour dix défaites ;
  • #6 en saison régulière dans la conférence A-10, défaite en quart de finale du tournoi de la conférence face à Davidson (78-60) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Javon Bess avec 13.3 points de moyenne.

 

Retour sur la saison :

17 victoires pour 16 défaites – 9 victoires pour 9 défaites en conférence.

 

En deux saisons à la tête du programme de basketball de Saint Louis, Travis Ford a redressé le navire pour obtenir un bilan positif (une première depuis fort longtemps) à la fin de la saison dernière.

Pourtant, les espérances étaient immenses pour l’exercice précédent, avec un effectif solide et des bons joueurs. Les joueurs sont talentueux… mais concernant le règlement intérieur en dehors du parquet, c’est un peu le bordel. Et cela cause des suspensions à gogo qui cassent la bonne dynamique du groupe.

Le début de saison est délicat, à l’image de la saison, avec un calendrier qui ne permettait pas le moindre écart au vu de l’adversité.

Dès le 16 novembre, Saint Louis choque le paysage universitaire avec une victoire face à Virginia Tech (77-71). Mais s’en suit quatre revers, dont deux blowouts face à Butler (75-45) et Providence (90-63). Il y aura deux défaites supplémentaires au cours de la première partie de saison, à domicile, face à Houston (77-58) et Oregon State (63-60). Le reste se résume à des victoires face à des programmes plus accessibles et les Billikens terminent avec un bilan de 7 victoires et 6 défaites lors des matchs hors-conférence.

Saint Louis termine tout de même les matchs de l’Atlantic-10 avec un bilan équilibré de 9 victoires pour autant de défaites. En effet, le programme a enchainé une seule fois trois victoires consécutives et c’était face aux cancres de la conférence (bon, Dayton était dans le lot…). C’est dommage car le programme se porte mieux fin janvier, sans toutefois capitaliser sur cette bonne forme.

Malgré tout, Saint Louis se qualifie pour le tournoi de conférence et sort un beau match au 1er tour face à George Washington. Une victoire convaincante sur le score de 70 à 63 et direction les 1/4 de finale face à Davidson.

Malheureusement, c’était la saison des Wildcats et ces derniers s’imposent sur le score de 78 à 60, mettant fin à un exercice 2017-18 en forme de montagne russe pour les Billikens.

 

Les nouveaux visages

 

Seulement quatre joueurs seront de retour sur le campus cette année.

Du coup, il fallait du monde pour combler l’effectif et le moins que l’on puisse dire c’est que le coaching staff n’a pas chômé. Neuf arrivés sur le campus, avec un savoureux mélange de freshmen, de prospects en provenance de Junior College et d’autres programmes.

Trois joueurs arrivent via le marché des transferts. 

Tramaine Isabell Jr. arrive de Drexel après une seule saison au sein du programme. L’ancien de Missouri sort d’une année exceptionnelle avec 21 points, 7.5 rebonds et 3.4 passes de moyenne. Arrière athlétique, doué offensivement, il sera l’une des options en attaque pour Saint Louis cette saison.

 

 

Luis Santos n’a pas connu la gloire à USF avec un petit rôle en sortie de banc. Il espère avoir un peu plus de responsabilités au poste d’ailier-fort. Joueur de l’ombre, qui se sacrifie  pour le collectif, il sera important pour le groupe. Il lui restera deux années d’éligibilité universitaire, afin de pouvoir enfin lancer sa carrière.

 

 

Le troisième larron se nomme Dion Wiley. Après trois saisons discrètes du côté de Maryland, l’arrière apportera son expérience et son aspect défensif son nouveau programme. Un bien beau pari pour sa dernière pige en NCAA.

 

 

Au niveau de la promotion de freshmen, la tête d’affiche n’est autre que Carte’Are Gordon.

Prospect 4-étoiles, #75 de la promotion et 19ème meilleur ailier-fort de sa classe, il aura un impact immédiat dans la rotation des Billikens. Intérieur athlétique, il est attiré naturellement par le cercle. Très efficace près du panier, c’est un joueur énergique qui risque de prendre des minutes très rapidement, voir viser une place de titulaire.

 

 

Un trio d’arrière arrive aussi, tous classés avec 2-étoiles.

Fred Thatch Jr. (qui est devenu un prospect 3-étoiles récemment) est un prospect athlétique, dur au mal, qui est partout sur le parquet. Ingvi Guðmundsson est un prospect icelandais, international chez les jeunes et qui est le futur de son pays. Enfin, Demarius Jacobs est un joueur flashy et showtime, qui sur sa saison de senior a développé un tir à trois points qui lui permettra d’être moins prévisible pour ses adversaires. 

Enfin, pour terminer la classe de freshmen, l’intérieur K.C. Hankton. Intérieur avec le jeu d’un extérieur, il peut aussi jouer au poste 3 et sera une option intéressante en sortie de banc. Enfin, Jack Raboin arrive de Junior College après deux années très délicates. Un énorme pari.

 

Le joueur à suivre de très près :

Jordan Goodwin (sophomore) : 11.5 points, 7.5 rebonds et 4 passes de moyenne.

 

Monsieur Basketball de l’Etat de l’Illinois en 2016, Jordan Goodwin a refusé des offres de programme du Power Six pour rejoindre Saint Louis, avec à la clé un rôle de leader. Le moins que l’on puisse dire c’est que le joueur n’a pas déçu pour sa première saison en basketball universitaire.

Arrière « high motor », c’est un joueur qui a pris une autre dimension dès ses débuts universitaires. Il a développé un tir à trois points qui, au fil de la saison, s’est avéré terriblement efficace, devenant même l’un des meilleurs scoreurs de la conférence. Offensivement, il lui reste encore du travail pour être productif au niveau de son tir mais le gamin évolue mois après mois et surtout, c’est un gros bosseur. Donc, forcément, il progressera durant son cursus universitaire.

Sa marge de progression reste énorme et avec plus de responsabilités cette saison, il risque d’exploser aux yeux du grand public. Possiblement le joueur de l’année dans la conférence Atlantic-10, vous l’aurez lu en premier ici.

 

Le cinq majeur possible :

 

Tremaine Isabell Jr (senior) : 21 points, 7.5 rebonds et 3.4 passes de moyenne la saison dernière ;

Jordan Goodwin (sophomore) : 11.5 points, 7.5 rebonds et 4 passes de moyenne la saison dernière ;

Javon Bess (senior) : 13.3 points et 7.4 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Hasahn French (sophomore) : 9.3 points et 7.1 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Carte’Are Gordon (freshman) : D.N.P, High School.

 

Présentation de la saison

 

Saint Louis est le favori dans la conférence Atlantic 10 en cette pré-saison, ceci est un fait.

Il faut dire que Davidson, Dayton ou encore Rhode Island entrent chacun dans des périodes de reconstruction et même si les Billikens ont remanié les trois-quarts de leur effectif, sur le papier, cela semble solide et surtout cohérent.

Jordan Goodwin et Javon Bess, les deux meilleurs scoreurs de l’an passé, sont de retour. Les recrues, que ce soit au niveau des marché des transferts ou encore sur la classe de freshmen, auront quasiment toutes des responsabilités dès le début de saison ; ce qui reste quand même un point d’interrogation quant à l’adaptation de ces derniers au niveau universitaire.

Le calendrier sur la première partie de saison comporte des confrontations idéales pour se préparer aux échéances de fin de saison. Du Florida State, Oregon State, Butler, Houston ou bien Pittsburgh, c’est costaud.

Le mot de la fin concernant Saint Louis

Le talent est présent. La taille, aussi. La densité de banc est immense. Tout est réuni pour que Saint Louis soit de retour à la March Madness cette saison, quatre ans après sa dernière participation.

Et si finalement, les Bilikens étaient le plus grand rival de Gonzaga au sein des Mid-Majors ? La question se pose.