On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

Aujourd’hui, Radford, qui a réussi à nous faire vibrer lors du match de qualification à la March Madness avec un incroyable buzzer beater, mais qui ne se résume pas qu’à cela.

 

Radford Highlanders

 

  • 67.3 points de moyenne inscrits, 34.6 rebonds captés, 12.3 passes décisives délivrées et 64.9 points encaissés de moyenne ;
  • 2 apparitions en March Madness, 2 lors des tournois d’après-saison pour un record d’une victoire pour deux défaites ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence Big South, victoire en finale du tournoi de la conférence face à Liberty (55-52) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Ed Polite Jr avec 13.3 points de moyenne.

 

Retour sur la saison :

23 victoires pour 13 défaites – 12 victoires pour 6 défaites en conférence.

 

Je crois que l’on peut résumer la saison de Radford avec ce magnifique buzzer beater, qui envoie le programme à la March Madness pour la deuxième fois de son histoire après un passages éclair en 2009.

 

 

Mais ce n’est pas le style de la maison de se contenter que du strict minimum.

Le début de saison de nos petits poulains de Radford ressemble à un véritable chemin de croix. Des déplacements chez des grosses écuries des Power Six (Ohio State, Vanderbilt et Virginia Tech) sans oublier de se frotter à du costaud chez les Mid Majors (Nevada).

Même si les matchs n’ont pas la même physionomie, hormis le blowout reçu contre les Hokies (95-68), Radford se bat bien mais échoue souvent en deuxième période et plus particulièrement dès le retour des vestiaires. Cela se termine par une dizaine de points d’écart. Rien de véritablement inquiétant, bien au contraire, c’est une préparation idéale pour les grosses échéances (sans tuer le suspense, on peut dire que ce fut une tactique payante).

Les matchs de conférences commencent plutôt bien avec quatre beaux succès, qui permettent de continuer une série de six victoires consécutives. C’est au mois de février que le programme perdra le titre de saison régulière, avec quatre défaites en cinq matchs. Mais les quatre matchs restants sont solides et se soldent par une victoire à chaque fois.

Les Highlanders commencent le tournoi de conférence et avec le seed 2 et le chemin semble très abordable jusqu’à la finale. Mais à l’image de la saison, rien n’est facile et les deux premiers matchs sont serrés.

C’est à l’expérience que Radford s’impose et se retrouve en finale face à Liberty, finaliste inattendu avec un seed 5. Lors des deux rencontres en saison régulière, ce fut deux beaux matchs intenses et indécis. Même chose en finale en conférence, avec le dénouement heureux que l’on connaît et un tir de la gagne qui restera comme l’un des buzzers beaters de la saison.

Direction le First Four, face à la sensation de la conférence NEC, LIU-Brooklyn. Sur le papier, ces derniers partent favoris mais Radford reste sur un nuage depuis le buzzer beater de la finale de conférence. C’est une victoire, loin sans trembler, sur le score de 71 à 61 et avec le seed 16, le petit programme affrontera la meilleure équipe de l’univers (et futur champion), Villanova.

Bon, pas la peine de décrire le match, Villanova remporte avec 26 points d’écart en faisant tourner mais l’essentiel est ailleurs : cette saison fut une vraie réussite pour le programme.

 

Les nouveaux visages

 

Cinq nouveaux visages sur le campus de Radford cette saison.

La tête d’affiche se nomme John Caldwell. Combo guard, il vient de passer une saison en Division II avec Roanoke, où il a explosé les compteurs offensifs, avec plus de 16 points et 3 passes de moyenne. Il vient de passer une saison blanche sur le campus à cause de son transfert, en côtoyant ses futurs coéquipiers.

 

 

L’autre transfert arrive de Kansas State. Il s’agit de Mawdo Sallah qui va connaître une troisième école dans son cursus universitaire. Après une saison de sophomore intéressante à Mount St Mary’s, le joueur tente sa chance à Kansas State mais barré par la concurrence, il joue très peu (7 minutes en moyenne). Il apportera son expérience et évoluera normalement au poste de pivot titulaire.

Un joueur arrive de Junior College et c’est l’arrière Devin Hutchinson. Joueur polyvalent, il sort de deux bonnes saisons en JUCO. Capable de jouer aux trois postes extérieurs, c’est un profil intéressant pour le coaching staff.

 

 

Enfin, deux freshmen arrivent et deux joueurs évoluant au poste 1-2, Cle’Von Greene et Josiah Jeffers. Deux options supplémentaires en sortie de banc, mais qui sont surtout des paris pour l’avenir.

 

Le joueur à suivre de très près :

Ed Polite Jr (senior) : 13.3 points et 7.9 rebonds de moyenne.

 

Efficacité, sobriété, simplicité, voilà comment résumer le profil de Ed Polite Jr.

Tout d’abord, il est le meilleur rebondeur de la conférence Big South, connue pour avoir des intérieurs de qualités au sein des Mid-Majors. Il est également devenu le premier joueur de l’histoire de Radford à dépasser la barre des 500 rebonds… lors de sa saison de sophomore !

Et à savoir qu’il lui manque seulement 195 unités pour franchir la barre des 1000 rebonds captés durant sa carrière universitaire. Oui, c’est indécent.

Offensivement, il fait tout. Que ce soit au poste (où il excelle) ou alors à mi-distance, c’est du costaud. Ed Polite Jr. développe même un petit tir à trois points ; ce n’est pas Kyle Korver mais il sera interessant de voir sa progression sur cet aspect de son jeu.

Mais surtout, Ed Polite Jr est un capitaine exemplaire, toujours le sourire, un vrai relais entre le vestiaire et le coaching staff. Dans un jeune groupe comme celui de la saison dernière, cela produit une réelle différence dans la vie de groupe. Et plus important, c’est un joueur collectif. Il possède les qualités pour sortir un 17/9 de moyenne sans forcer mais il a l’intelligence de mettre aussi ses coéquipiers en lumières.

Une grande partie du groupe revient, du recrutement a été effectué aux postes intérieurs, ce qui laissera encore plus de liberté au joueur. Direction la March Madness pour sa dernière saison en basketball universitaire ?

 

 

Le cinq majeur possible :

 

Carlik Jones (sophomore) : 11.8 points, 3.9 rebonds et 3.1 passes de moyenne la saison dernière ;

Travis Fields (junior) : 6.3 points, 2.2 passes et 2.1 rebonds de moyenne saison dernière ;

Donald Hicks (junior) : 8 points et 3.3 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Ed Polite Jr (senior) : 13.3 points et 7.9 rebonds de moyenne ;

Mawdo Sallah (senior) : 1.8 points et 1.9 rebonds de moyenne la saison dernière (Kansas State).

 

Présentation de la saison

 

Trois titulaires importants de retour ? Check.

Le meilleur intérieur de la conférence de retour ? Check.

Radford à nouveau présent lors de la March Madness ? C’est fortement possible.

A l’heure actuelle, après avoir étudié les mouvements et les groupes des autres équipes de la conférence Big South, je ne vois pas qui peut battre Radford sur le long terme cette saison. Une densité sur le banc en quantité et qualité, des joueurs qui connaissent les exigences d’une saison en Division I, une philosophie de jeu en adéquation avec les joueurs disponibles.

L’équation est simple : on attend un titre de conférence au terme de la saison régulière ainsi qu’une qualification à la March Madness à la suite du tournoi de Big South. Tout simplement. Inutile d’épiloguer.