Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. On commence fort avec l’une des déceptions de la conférence MEAC la saison dernière, Norfolk State, qui se doit de retrouver la March Madness cette saison.

Norfolk State Spartans

  • 69.8 points de moyenne inscrits, 38.5 rebonds captés, 11 passes décisives délivrées et 71.5 points encaissés de moyenne ;
  • 1 apparition en March Madness, 2 lors des tournois d’après-saison pour un record de une victoire pour une défaite ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence MEAC, défaite en finale du tournoi de la conférence face à NC Central (67-59) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Jonathan Wade avec 19.4 points de moyenne.

Retour sur la saison

17 victoires pour 17 défaites – 12 victoires pour 4 défaites en conférence MEAC.

Cela devait être l’année de la consécration pour Norfolk State, avec un retour en patron au sein de la conférence et une participation à la March Madness. C’était en tout cas l’objectif du head coach Robert Jones, qui avait prévu le coup avec un calendrier hors conférence d’une adversité tout simplement terrible.

Au programme : Mississippi State (défaite 78-74), Vanderbilt (défaite 75-52), Butler (défaite 91-55), Evansville (défaite 85-66) ou encore #15 Purdue (défaite 91-45) pour un bilan de 3 victoires et 10 défaites… Niveau moral, ce fut une période délicate pour les joueurs mais c’était voulu par le coaching staff, afin de prendre de l’expérience pour les matchs qui comptent réellement, ceux de la MEAC.

Mais voilà, la mauvaise dynamique continue dès les premiers matchs de conférence. Trois défaites lors des quatre premiers matchs, dont un sur son parquet face à l’autre cador de la MEAC, NC Central, de 15 points. Cette défaite sera un premier tournant dans la saison des Spartans, qui vont enchaîner 10 victoires consécutives après cela, tout en contrôle lors des rencontres. Comme si l’électrochoc voulu par le coaching staff arrivait enfin. Pas forcément des cartons niveau écart (plus ou moins 10-15 points) mais Norfolk State maîtrise complètement son sujet avec une certaine sérénité. Comme quoi, le début de saison délicat porte enfin ses fruits !

C’est donc avec une seule victoire de différence que NC Central termine la saison régulière en tête. Les deux défaites surprises des Spartans face à Bethune-Cookman n’ont pas aidé, face à une équipe plus athlétique et très adroite. C’est avec le seed #2 qu’arrive Norfolk State au tournoi de conférence MEAC, le plein de confiance.

Mais voilà, le quart de finale face à SC State n’a pas été de tout repos, à l’image des deux rencontres en saison régulière. Il aura fallu une prolongation et un Jonathan Wade de gala pour se sortir du piège et filer en deme-finale. Là, pas de pitié pour Howard, avec une victoire de 15 unités, ce qui nous donnera la finale tant espérée, face à NC Central, avec la suite que l’on connaît malheureusement pour le programme.

Dans un match où l’on voyait bien que les deux équipes étaient cramées, c’est à l’expérience que NC Central va s’imposer, loin sans mal. Il faut dire que pour les Spartans, Jonathan Wade, qui affichait quasiment 20 points de moyenne sur la saison, est passé à côté de son match, avec seulement 5 points à 2/10. Difficile de gagner sans son leader. Toutefois, Norfolk State n’a pas abandonné si facilement et on se demande encore comment l’équipe n’a pas remporté ce match, c’est pour dire. C’était la saison des Eagles, tout simplement.

Reversé au CIT, Liberty était au programme du 1er tour de Norfolk State. Là, les Spartans sont tombés face à une équipe très adroite à trois points (12/28) et a vu sa saison s’arrêter brusquement avec une défaite de 9 points. Rageant.


Les nouveaux visages

Robert Jones a misé énormément sur les prospects en provenance du Junior College pour cette promotion. En effet, trois recrues arrivent de ce circuit : Derrik Jamerson Jr, Nic Thomas et Tre’ Maloney.

Jamerson est un joueur assez grand pour son poste, un shooteur qui peut marquer dans n’importe quelle position et qui évolue en qualité d’arrière. Il vient garnir un poste où Norfolk State possède déjà de la profondeur, mais pas spécialement avec ce genre de profil. Il aura donc sa carte à jouer.

Thomas n’a passé qu’une petite saison en JUCO avant d’avoir une multitude d’offres provenant de divers programmes. Le natif du Texas a décidé de venir à Norfolk State, qui va en faire un pari sur l’avenir, lui à qui il restera trois années d’éligibilité universitaire. C’est un joueur polyvalent, capable d’être productif sur les deux côtés du parquet, que ce soit offensivement ou défensivement. Il trouvera rapidement son utilité au sein de l’effectif.

Enfin, Maloney apportera son physique dans le secteur intérieur. Pas flashy mais indispensable dans un groupe, il lui restera lui aussi trois années à tirer en basketball universitaire. Un autre pari sur l’avenir.

La plus grosse attraction reste Steven Whitley, ancien joueur de George Washington. Barré par la concurrence, le freshman qui affichait une moyenne de 3.3 points, 1.8 rebonds et 1.2 passes a décidé de rejoindre Norfolk State l’année dernière. Il sera enfin éligible cette saison et compte bien exploser dès cette saison. Arrière athlétique, dur au mal, excellent défenseur, c’est le profil type que recherche Robert Jones.

Norfolk State comptera aussi deux freshmen, les deux classés 2-étoiles par les sites de scoutings. Le meneur de jeu Mastadi Pitt sera, sur le papier, le deuxième meneur de jeu mais on sait que des joueurs comme Jamerson ou d’autres peuvent prendre le relais à ce poste. C.J. Kelly est pour sa part la signature qu’il fallait à l’équipe. Gros scoreur, possédant des qualités physiques indéniables, c’est un leader dans l’âme et nul doute qu’il aura des responsabilités dès ses premiers pas.

Le joueur à suivre de très près

Zaynah Robinson (junior) : 13.5 points, 4.5 passes et 3.4 rebonds de moyenne la saison dernière

En voilà un qui ne cesse de progresser saison après saison, au point de devenir le leader de Norfolk State dès sa saison de junior. Couvé lors de sa première saison universitaire, avec moins de 13 minutes de moyenne sur le parquet, le coaching staff lui a donné plus de responsabilités la saison suivante. Résultat ? 6.2 points, 2.9 passes et 2.2 rebonds en 26 minutes.

A l’aube de sa saison de junior, les attentes liées à Zaynah Robinson étaient immenses. Il devait devenir le patron sur le parquet avec à la clé le poste de meneur titulaire. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu, mais on pouvait s’attendre à un peu mieux. Alors si l’on regarde ses statistiques, vous allez me dire que je suis dur (13.5 points, 4.5 passes et 3.4 rebonds de moyenne). Mais ces propos proviennent directement du joueur, lui-même :

“Je sais que je dois encore m’améliorer en tant que patron. Je suis de nature timide et le fait d’avoir ce genre de responsabilités m’a énormément aidé dans ma vie de tous les jours. Je vais faire en sorte d’être encore meilleur cette saison.”

Il doit franchir un nouveau palier, surtout avec le nombre conséquent de nouveaux visages pour cette nouvelle saison. Les bons résultats de son équipe en dépendent. En tout cas, la pression est sur ses épaules et cela sent la saison de référence pour le prospect !


Le cinq majeur possible

Zaynah Robinson (senior) : 13.5 points, 4.5 passes et 3.4 rebonds de moyenne

Nic Thomas (sophomore) : DNP (JUCO)

Derrick Jamerson Jr. (junior) : DNP (JUCO)

Jordan Butler (senior) : 7.2 points, 6.7 rebonds et 1.9 contres de moyenne

Alex Long (junior) : 7.5 points, 5.4 rebonds et 1.2 contres de moyenne


 

Présentation de la saison

Difficile de prédire ce que présentera Norfolk State sur ce nouvel exercice. La perte du leader et meilleur scoreur, Jonathan Wade (quasiment 20 points de moyenne, avec 61 réussites à trois points) est un énorme manque.

Robert Jones a décidé de se tourner vers le JUCO et sur la promotion de freshmen pour combler ce manque. A priori, Nic Thomas et Derrick Jamerson Jr seront titulaires, avec Steven Whitley en 6ème homme (et C.J. Kelly en 7ème homme). La transition entre le Junior College et le basketball universitaire est moins délicate que celle avec le lycée mais il reste quand même des incertitudes concernant les deux premiers intéressés.

La profondeur de banc, surtout sur les postes extérieurs, sera un véritable atout pour le coaching staff, qui pourra s’adapter à l’adversité. Des profils similaires, avec du scoreur, du prospect athlétique, il y a vraiment de quoi faire.

Robert Jones pourra jouer aussi grand qu’il le souhaite. Bryan Gellineau et Dan Robinson peuvent gratter des minutes à la doublette Jordan Butler et Alex Long. Mais ces derniers semblent indéboulonnables lorsque l’on voit les récents scrimmages. Long sort d’une saison de sophomore excellente et risque de faire encore mieux cette année avec un peu plus de ballons à négocier. Butler est un monstre de travail de l’ombre. Il se décale au poste 4 aujourd’hui en étant un poil undersized pour jouer 5, formant une raquette imposante et ô combien redoutable dans l’effort.

Norfolk State se positionne comme le favori au sein de la MEAC avec autant d’options à son actif. L’objectif est simple : revenir à la March Madness.

Si les nouveaux s’intègrent parfaitement et que Robinson prend le relais de Wade, il ne fera aucun doute que l’objectif sera atteint. Surtout que maintenant, le ballon va vivre un peu plus qu’auparavant avec plusieurs options en attaque. Cela changera des deux années précédentes où l’individualisme était trop souvent de rigueur.