On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

 

Aujourd’hui, NC Central, le représentant de la MEAC à la March Madness en 2017.

 

North Carolina Central Eagles

 

  • 72 points de moyenne inscrits, 38.2 rebonds captés, 15.6 passes décisives délivrées et 69.3 points encaissés de moyenne ;
  • 2 apparitions en March Madness, 2 lors des tournois d’après-saison pour un record de zéro  victoire pour deux défaites ;
  • #6 en saison régulière dans la conférence MEAC, victoire en finale du tournoi de la conférence face à Hampton (71-63) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Raasean Davis avec 15.1 points de moyenne.

 

Retour sur la saison :

19 victoires pour 16 défaites – 9 victoires pour 7 défaites en conférence.

 

Que l’on mette les choses aux claires dès le début : oui, NC Central est une purge à regarder sur le plan offensif. Pour illustrer mes propos, le tableau des statistiques de la saison pour les Eagles, mouillage de nuque nécessaire avant de regarder.

Le pire est passé, concentrons-nous sur la saison du représentant de la MEAC à la grande danse.

La première partie de saison est un supplice, trois défaites pour ouvrir ce nouvel exercice face à des équipes un peu supérieure sur le papier il faut le dire, enfin sauf pour le troisième adversaire (Illinois Chicago, Evansville et Tennessee Martin). Le problème du calendrier de NC State, c’est qu’il n’y a pas une très grande adversité.

Et une tendance se dégage toutefois : l’équipe voyage mal (7 défaites sur les 8 déplacements)…

C’est avec un bilan négatif (6 victoires pour 8 défaites) que le programme entre dans son championnat. NC State fait partie des cadres de la MEAC mais cette saison, la concurrence était féroce. Pourtant, le programme débutera par quatre succès de rang, loin sans mal, toutefois. Mais l’essentiel est assuré et on pense alors que la machine de guerre est en route.

Mais en quelques semaines, le défaut majeur qui était les matchs à l’extérieur n’a pas été gommé. L’équipe perd des matchs abordables et se tire une (voire même plusieurs) balle dans le pied. Les saisons précédentes, NC Central faisait la différence avec ses adversaires directs lors du mois de février. Ce fut le contraire cette année, avec notamment trois revers consécutifs.

Décidément, la saison est délicate pour les Eagles.

C’est avec une sixième place que se termine la saison régulière, avec une pointe de frustration pour les fans. Mais on le sait, les grandes équipes se révèlent lors du tournoi de conférence et ce fut le cas pour nos petits Eagles.

Un premier tour sans trop de soucis face à Coppin State (60-48) puis c’est au tour de Savannah State de s’y coller, vous savez l’équipe très offensive, les chouchous de nos amis d’Envergure. Les Eagles mettent prématurément fin à l’épopée de l’équipe surprise de la saison au sein de la conférence, avec une victoire sur le score de 58 à 56. La clé du match ? La défense de NC Central, toujours aussi efficace, qui limite une super attaque à seulement 56 points inscrits. C’est fort.

D’ailleurs, pour le complément d’information : heureusement que la défense a haussé son niveau lors du tournoi de conférence. C’est la marque de fabrique du programme et elle était en perdition cette saison.

Le tournoi continue pour les Eagles avec une demi-finale face à Morgan State, qui venait d’éliminer le premier de la saison régulière, Bethune-Cookman, au tour précédent. Mais voilà, NC Central est en mission et s’impose sans trop forcer de neuf points et direction la finale.

Ce sera Hampton comme dernière marche, un adversaire qui ne réussit pas trop aux Eagles. Après une première période pas bien fameuse, normal après un tournoi long et éprouvant, le retour des vestiaires est bien plus cohérent pour les deux formations. Sous l’impulsion d’un Pablo Rivas on fire (22 points), NC State creuse un écart et peut gérer la fin de match. Victoire sur le score de 71 à 63, direction la Macrh Madness !

Comme quoi, malgré une saison régulière décevante, le contrat est rempli pour le programme.

Le programme jouera le First Four, avec un seed 16, face à Texas Southern, équipe bien plus complète que nos valeureux Eagles. Et ce fut un non-match total de NC State, n’arrivant jamais a jouer son jeu, une défense trop perméable. Le tout avec une attaque encore une fois peu inspirée et c’est le blowout (64-46). Terrible désillusion.

Le programme revient quand même de loin et manquait cruellement de fraîcheur lors du First Four. Le manque de banc et une attaque terriblement suspecte ont eu raison de NC State, mais c’est une nouvelle apparition à la March Madness. Il existe quand même du positif.

 

Les nouveaux visages

 

Il n’y aura que deux nouveaux visages sur le campus pour cette nouvelle saison. Deux joueurs d’expériences, un senior et un junior, en provenance d’autres programmes de Division I.

Tout d’abord, la première recrue se nomme Rashann London, ancien de la maison de Drexel. Apres deux saisons frustrantes (malgré un temps de jeu conséquent de 30 minutes de moyenne), l’arrière est en quête d’un nouveau projet dans lequel il aura (enfin) des responsabilités. Fort défenseur, plutôt attiré par le cercle offensivement, il affichait une moyenne de 7.5 points et 2.3 rebonds lors de sa saison de sophomore.

Il est enfin éligible avec NC Central, lui qui vient de passer une saison blanche suite à son transfert. Nul doute que l’année sur le campus avec ses futurs coéquipiers lui à fait du bien moralement.

 

 

La deuxième recrue vient de Cleveland State, et il s’agit de Jibri Blount. Il n’a pas connu le succès avec son ancienne équipe, qui ne savait pas s’en servir comme il le fallait. Joueur doué dos au panier, avec un bon footwork, il sait aussi bien se montrer dangereux en s’écartant un peu du cercle. C’est une excellente addition pour NC Central sur un poste (ailier fort) où le manque de talent est assez criant.

 

 

Le joueur à suivre de très près :

Raasean Davis (senior) : 15.1 points et 8.4 rebonds la saison dernière.

 

En voilà un qui a eu le nez fin en demandant un transfert du côté de NC Central. Raasean Davis venait de passer deux premières saisons en basketball universitaire assez fantomatique à Kent State. Que du garbage time pour lui, aucune chance de faire ses preuves, il n’avait aucun avenir dans ce projet.

En rejoignant NC Central, il a explosé la saison dernière. Plus de 15 points et 8 rebonds de moyenne, le point d’ancrage du système offensif des Eagles. Il a enfin eu sa chance elle moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas hésité une seule seconde pour la saisir.

Outre avoir un prénom un peu original, Raasean Davis possède surtout des qualités indéniable quand il joue au poste. Il sait prendre l’ascendant face à son adversaire direct, usant de son physique un peu « pataud ». Mais sa principale qualité c’est bien ses mains en or : un touché exceptionnel pour un joueur de son profil.

Un joueur avec ce genre de qualité c’est rare, surtout au sein d’une équipe Mid-Majors et NC State l’a bien compris, en faisant de lui la pierre angulaire de son système offensif. Avec des départs notables, il aura encore plus de responsabilités. Si vous voulez une raison pour voir NC Central cette saison, c’est bien Raasean Davis. Et de loin.

 

Le cinq majeur possible :

 

Jordan Perkins (sophomore) : 8.3 points et 7 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Reggie Gardner (sophomore) : 10.8 points, 1.8 rebonds et 1.6 passes de moyenne la saison dernière ;

Josh Guerra (senior) 3.2 points et 1.6 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Zacarry Douglas (senior) : 4 points et 4.2 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Raasean Davis (senior) : 15.1 points et 8.1 rebonds de moyenne la saison dernière.

 

Présentation de la saison

 

NC State a été pénalisé juste après la saison pour des problèmes d’éligibilité sur les programmes de baseball, football et basketball. Du coup, avec aucune bourse pour cette saison (voire la saison suivante), cela posera un gros problème pour le futur du programme.

Mais outre cela, NC State a réalisé une saison excellente l’an passé grâce a un homme : LeVelle Moton. Pour sa première année à la tête du programme, il a ramené sa nouvelle équipe à la March Madness alors que le programme n’était pas favori en début de saison. Son approche très old school avec une pincette de new school, un savoureux mélange qui a plu aux joueurs.

Cette saison, le groupe perd quatre joueurs dont le deuxième meilleur marqueur Pablo Rivas. Du coup, sans recrutement possible (les deux arrivées datent d’avant la sanction, donc avant avril), l’effectif est amoindri. Une grande majorité du groupe est composé de senior qui plus est, ce qui limite les perspectives pour le futur. Mais concernant cette saison, malgré les départs, il faudra compter sur les Eagles pour se mêler à la lutte pour la March Madness. Il faudra que certains joueurs émergent rapidement par contre, le duo de Perkins et Davis ne pouvant pas tout faire.

Et puis, même si la saison régulière ne se passe pas comme prévue, on sait que le programme sera au rendez-vous lors du tournoi de conférence. Assurément.