Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, Mercer, qui se positionne comme l’un des grands favoris dans la Southern Conference, avec un effectif très expérimenté.

Mercer Bears

  • 70.9 points de moyenne inscrits, 36.7 rebonds captés, 13.5 passes décisives délivrées et 68.3 points encaissés de moyenne ;
  • 3 apparitions en March Madness, 4 lors des tournois d’après-saison pour un record d’une petite victoire contre trois défaites ;
  • #6 en saison régulière dans la conférence Southern, défaite en quart de finale du tournoi de la conférence face à East Tennessee State (73-66) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Ria’n Holland avec 17.2 points de moyenne.

Retour sur la saison

15 victoires pour 17 défaites – 9 victoires pour 9 défaites en conférence.

(Crédit photo : Mercer Basketball)

La conférence Southern est l’une des conférences émergentes, cela ne fait aucun doute. Rien que sur la saison dernière, on pouvait potentiellement sortir cinq équipes à 20 victoires ou plus. East Tennessee State, avec son nouveau coaching staff, a été étincelant, tout comme UNC Greensboro et Furman. Les trois formations ont terminé ex-acquo à la première place en fin de saison régulière. Le tout sans Chattanooga, le patron incontesté depuis des années, qui se reconstruit petit à petit.

Difficile d’exister derrière ces formations. Pourtant, Mercer termine avec un bilan de 9 victoires pour 9 défaites, qui est assez encourageant. La première partie de saison reste délicate, avec notamment un calendrier hors-conférence dantesque. Au programme, Florida (défaite 76-54), Davidson (défaite 78-57), Clemson (défaite 90-47) ou encore Auburn (défaite 76-74)… La mise en route est difficile pour ce groupe qui se connaît bien mais qui n’arrive pas à passer ce fameux palier qui pourrait permettre d’exister sur le plan national.

Le début de la deuxième partie de saison est de même facture, avec trois défaites sur les quatre premières rencontres de conférence. Il faut dire que le calendrier fut salé, avec ETSU, Furman et Wofford. Malgré tout, ce mois de janvier se termine plutôt bien avec trois victoires consécutives face à des adversaires plus abordables.

Cependant, cela ne durera pas longtemps et Mercer n’arrive plus à enchaîner les succès. La victoire sur le parquet de Chattanooga en fin de saison (64-54) est la plus belle de la saison, avec un match abouti face à un adversaire de même calibre (si ce n’est un peu plus huppé).

Le quart de finale du tournoi de conférence face à East Tennessee State a été un beau match entre deux équipes se rendant coup pour coup. Le secteur intérieur des Buccaneers a fait la différence (38 points contre 22, 11 contres au total), sans oublier l’adresse insolente de Desonta Bradford. C’était trop pour les Bears, qui doivent s’incliner de peu. Une fin de saison prématurée pour un vrai groupe d’amis, avec ce sentiment d’inachevé.


Les nouveaux visages

Ils seront quatre (enfin, trois) à arriver sur le campus de Mercer pour cette nouvelle saison, tous des freshmen.

La plus belle attraction de cette classe est le meneur de jeu Mitch Prendergast. Classé 2-étoiles, certains sites de scouting osent lui mettre 3-étoiles, mais le prospect n’a rien à envier à d’autres prospects 3-étoiles de sa promotion, loin de là. Gros QI basket, excellent shooteur, c’est un leader naturel qui n’aura pas besoin de temps d’adaptation au niveau universitaire. Mercer tient là son meneur de jeu pour les quatre prochaines années, avec une année d’apprentissage prévue la saison prochaine.

Mitch Prendergast formera le backcourt du futur avec son ami Marcus Cohen, classé 2-étoiles. Il est complémentaire de son futur coéquipier, lui qui adore attaquer le panier et possède aussi un potentiel offensif assez intéressant. Il risque de fracasser quelques arceaux dès son année de freshmen !

Attention, Marcus Cohen est un joueur que l’on retrouvera sur Sportcenter le week-end…

Mason Greene, intérieur lui aussi 2-étoiles, est ce genre de big man new look, très athlétique, bon défenseur dans la raquette. On sait bien que la transition entre le High School et basketball universitaire pour ce genre de profil est souvent délicate la première année. Le temps d’adaptation est plus long que pour les extérieurs mais il risque tout de même de grappiller quelques minutes en sortie de banc, sans avoir réellement un rôle prépondérant.

Enfin, un autre intérieur, cette fois-ci mieux connu sur le campus, Mac Brydon. Redshirt la saison dernière, le walk-on sera éligible cette saison et sera la troisième rotation au poste 5. Avec en ligne de mire une possible offre de bourse de Mercer dans les prochaines semaines si aucun nouveau recrutement.


Le joueur à suivre de très près

Ria’n Holland (senior) : 17.2 points, 3.3 rebonds et 1.9 passes de moyenne la saison dernière.

En voilà un qui est en train de renaître de ses cendres après un début de carrière universitaire assez délicat. Ria’n Holland a commencé son cursus à Wichita State, mais lors de sa saison de freshman, il n’a pas eu sa chance. Il faut dire qu’à son poste, Ron Baker prenait pas mal de place. Du coup, il a décidé de partir se relancer du côté de Mercer et ce fut une excellente décision au regard de sa saison dernière !

Ria’n Holland est un fort shooteur, notamment à trois points. Meilleure option dans ce domaine pour son équipe, il a inscrit pas moins de 77 tirs primés sur le dernier exercice. Son pourcentage reste quand même assez bas, avec 37.7%, mais mettons cela sur le dos de son adaptation à une nouvelle conférence et à de nouveaux coéquipiers. Formé brièvement à l’école Gregg Marshall, il a passé un cap au niveau de son jeu mais aussi au niveau mental. On sait que le head coach des Shockers aime bien avoir des joueurs de caractère et ce n’était pas la première qualité du prospect à sa sortie du lycée. Mais il a progressé et c’est Mercer qui en tire tous les avantages dorénavant.

Passant de joueur de l’ombre à cadre chez les Bears, avec une étiquette de « meilleur joueur de la conférence SoCon », Ria’n Holland vit un rêve éveillé. Cette saison, pour sa dernière au niveau universitaire, on attend qu’il lâche vraiment les chevaux et guide son équipe vers le haut du tableau dans sa conférence. Fort heureusement, le groupe reste quasiment intact et son duo avec Jordan Strewberry s’annonce encore une fois explosif sur le backcourt !


Le cinq majeur possible

Jordan Strawberry (senior) : 12.2 points, 4.3 passes et 3.3 rebonds de moyenne ;

Ria’n Holland (senior) : 17.2 points, 3.3 rebonds et 1.9 passes de moyenne ;

Demetre Rivers (senior) : 11.2 points, 3 rebonds et 1.3 passes de moyenne ;

Stephon Jelks (senior) : 7.3 points, 6.7 rebonds et 1.8 passes de moyenne ;

Desmond Ringer (senior) : 7.6 points et 5.8 rebonds de moyenne.


Présentation de la saison

On prend les mêmes et on recommence. Voilà comment présenter cette nouvelle saison pour les Bears de Mercer. Le cinq majeur, tous des seniors, est le même que l’an dernier. Mieux encore, si l’on creuse un peu plus, 10 des 11 meilleurs marqueurs de l’équipe sont dans le groupe pour cette saison.

L’expérience sera au rendez-vous lors de cette ultime saison pour le noyau dur des Bears. Si l’on ajoute de la jeunesse qui arrive grâce à la promotion 2017, qui va pouvoir apprendre des meilleurs, c’est tout bénéfique pour Mercer. Malgré tout, un air de « now or never » flotte autour de l’équipe pour cet exercice. Ce groupe mérite de connaître (enfin, de pouvoir goûter à nouveau) aux joies d’un tournoi d’après-saison comme le NIT ou mieux, la March Madness (cela rappelle forcément des choses, coucou les fans de Duke).

Mercer est une équipe atypique, qui joue essentiellement sur demi-terrain. C’est assez rare, surtout au niveau du basketball moderne, universitaire ou non. La plupart des équipes de la SoCon ont perdu gros en cette intersaison, les Bears doivent en profiter.

On surveillera l’état de santé d’Ethan Stair. Le sophomore vient de connaître une saison blanche après une saison de freshman prometteuse. S’il retrouve son niveau, l’ailier pourra apporter un plus offensivement en qualité de 6ème homme. Avec l’expérience et une profondeur de banc conséquente, on ne voit pas pourquoi Mercer ne pourrait pas accrocher une place sur le podium de la SoCon. Le tout avec l’un des secteurs intérieurs les moins influents de la conférence. Ce serait beau en tout pour l’histoire de ce groupe.