Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, UCLA, qui, après une très belle saison derrière les exploits de Lonzo Ball et sa bande, devra reconstruire avec un effectif très jeune, et tout autant talentueux.

UCLA Bruins

  • 89.8 points de moyenne inscrits, 38.5 rebonds captés, 21.4 passes décisives délivrées et 75.5 points encaissés de moyenne ;
  • 11 titres NCAA en 18 apparitions au Final Four en 47 participations à la March Madness ;
  • #3 en saison régulière dans la conférence Pac-12 ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : T.J. Leaf avec 16.3 points de moyenne.

Retour sur la saison

31 victoires pour 5 défaites – 15 victoires pour 3 défaites en conférence

Enfin UCLA a retrouvé toutes ses lettres de noblesse. Portée par l’excellent duo de freshmen, Lonzo Ball et T.J. Leaf, la célèbre université californienne a proposé un jeu ultra-offensif, rappelant à ses heures les plus glorieuses. Entre l’artificier Bryce Alford et les passes magiques de Lonzo Ball, le public des Bruins a apprécié. D’autant que les résultats ont suivi : avec un bilan de 15 victoires pour 3 défaites, les hommes de Steve Alford ont terminé à la 3e place de leur conférence, enchaînant, durant la saison, les victoires de prestige.

Kentucky, California, Michigan, Arizona et Oregon sont tous tombés face aux bleus et or.

Résultat : UCLA hérite d’un seed 3 à la March Madness. Porté par un duo T.J. Leaf et Thomas Welsh à l’intérieur (39 points, 14 rebonds), alimenté par un Aaron Holiday de gala (15 points, 11 passes), les Bruins vont disposer de Kent State au premier tour. S’en suit une rencontre plus accrochée face à Cincinnati (victoire, 79-66) mais dont Steve Alford se sort grâce à son 5 de départ qui score 68 des 79 points de l’équipe.

Une belle victoire débouchant sur une revanche face à Kentucky. Cette dernière rencontre sera un véritable calvaire pour le meneur Lonzo Ball, complètement dominé par un DeAaron Fox en feu (39 points, 4 passes). Malgré leur meneur à la rue, les californiens se battront jusqu’au bout pour tenter d’arracher la victoire, en vain.

Les Wildcats repartent en s’imposent sur le score de 86-75. Violent clap de fin pour UCLA qui aura vécu une saison haute en couleur et fait vibrer le Pauley Pavilion grâce à son jeu up-tempo.


Les nouveaux visages

Steve Alford a très bien recruté pour cette nouvelle promotion, une des meilleures de tout le pays. Il fallait bien cela pour compenser les départs entre autre d’Isaac Hamilton, Lonzo Ball, Bryce Alford ou encore T.J. Leaf.

Mais la saison commence très mal pour une partie d’entre eux : Jalen Hill, Cody Riley et LiAngelo Ball ont été arrêtés en Chine, accusés de vol à l’étalage dans un magasin Louis Vuitton. Si les faits sont avérés, et s’ils parviennent à échapper à la prison (dont les peines peuvent aller de 3 à 10 selon ESPN), ces trois joueurs pourraient bien se voir sanctionner par UCLA, et par la NCAA. Une double peine pour l’Université dont la réputation est déjà entachée et qui devra se passer de trois gros potentiels.

Comme en 2016, la star du recrutement est un meneur et comme en 2016, celui-ci est californien. Jaylen Hands, meneur 5-étoiles, arrive avec une très grosse cote après sa belle année du côté du lycée de Foothills Christian. Formidable attaquant, il surgit vers le cercle comme personne. Il est ainsi capable de percer les meilleures défenses même s’il manque encore d’un shoot régulier pour varier son jeu.

Cela ne l’a pas empêché de marquer plus de 29 points par match, tout en distribuant 5.7 passes et en récupérant 8 rebonds. S’il a un instinct pour marquer, ses prises de décisions laissent parfois à désirer, en témoigne ses 3.8 pertes de balles par matchs cette saison. Défenseur encore léger, il devra prendre un peu de poids (79 kilos pour 1m91), pour rivaliser à plus haut niveau. Mais une chose est certaine, il va enflammer les matchs d’UCLA.

L’autre star est un ailier, Kris Wilkes. Le natif d’Indianapolis sera sans doute l’une des premières options offensives de l’équipe aux côtés de Prince Ali et d’Aaron Holiday. Joueur de 2m06, le jeune freshman des Bruins a un instinct d’attaquant. Moins connu que le meneur Jaylen Hands dont les mixtapes ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, il sera toutefois le freshman le plus attendu par le head coach de UCLA, Steve Alford. Il faudra cependant qu’il lève les yeux et ne fonce pas tête baissée dans les défenses adverses qui seront bien plus rudes que celles rencontrées en High School. Son shoot laisse également à désirer, tout comme son dribble. Mais nul doute qu’il saura rapidement corriger ces défauts.

L’intérieur pourra être renforcer avec un certain Cody Riley. Coéquipier de Marvin Bagley à Sierra Canyon, ce massif intérieur auteur de 16.3 points, 8 rebonds et 1 contre par match sera un joueur important à suivre dans une raquette assez peu garnie. Très puissant, doté de bonnes mains, il pourrait être capable de s’imposer rapidement dans la rotation.

Toujours dans la raquette, Steve Alford a fait fort en engageant Jalen Hill (2m07, 100 kilos). Ce prospect 4-étoiles, membre du Top 100 de sa promotion, est encore un peu frêle pour le poste de pivot. Ses qualités athlétiques lui permettront cependant de s’adapter rapidement et de profiter abondement des passes de ses meneurs.

A l’aile, Chris Smith renforce le banc des Bruins. Ce projet sur le long terme pour Steve Alford ne devrait pas être des plus performants dès sa première saison, mais il pourrait bien se montrer lors de certaines rencontres.

Enfin, après Lonzo Ball et avant LaMelo Ball, LiAngelo Ball vient apporter son shoot à un effectif qui en aura cruellement besoin. Ce serial shooteur sera une véritable plus-value pour écarter le jeu de son équipe. Sans cela, il ne devrait pas beaucoup fouler le terrain tant son jeu semble unidimensionnel mais nul doute qu’il saura enquiller les tirs de loin.


Le joueur à suivre de très près

Aaron Holiday (junior) : 12.3 points et 4.4 passes et 2.9 rebonds de moyenne la saison dernière.

Après s’être entrainé tout l’été avec ses frères Justin et Jrue, tous deux en NBA, Aaron se doit d’exploser et de devenir le leader de cette équipe en manque d’expérience. Comme l’an passé il se retrouve concurrencé par un très fort prospect (Jaylen Hands) mais il a prouvé l’an passé que cela n’influait pas sur son niveau de jeu et qu’il savait se montrer indispensable. Capable de se décaler au poste 2 pour laisser la mène à Jaylen Hands, Aaron Holiday est un formidable joueur d’équipe.

Cette fois, il devra se muer en un véritable général pour diriger une équipe très jeune mais au combien talentueuse. Si ses qualités de playmaker ne sont plus à prouvées, il devra désormais montrer de véritables qualités de leader sur, et en dehors du parquet.


Le cinq majeur possible

Aaron Holiday (junior) : 12.3 points, 2.9 rebonds, 4.4 passes, 1.1 interceptions de moyenne

Prince Ali (redshirt junior) : 3.9 points, 1.1 rebonds lors de sa saison freshman

Kris Wilkes (freshman) : 22 points, 7 rebonds (High School)

Cody Riley (freshman) : 16.3 points, 8.3 rebonds (High School)

Thomas Welsh (senior) : 10.8 points, 8.7 rebonds, 1.3 contres


 Présentation de la saison

Difficile de juger cette équipe tant elle va dépendre des performances de ses freshmen.

Des freshmen au sein desquels trois sont, à l’heure actuelle, tout juste sortis prison et assignés à résidence en Chine comme expliqué auparavant. Si l’équipe reste au complet, Steve Alford pourra toutefois s’appuyer sur d’excellents joueurs d’expériences avec Aaron Holiday, Thomas Welsh et Prince Ali, qui signe son retour après une saison redshirt. A leurs côtés, peu de doutes subsistent sur la bonne adaptation à la NCAA de Jaylen Hands et de Kris Wilkes. Toutefois, leur manque d’expérience pourrait être décisif face aux très grosses écuries de la conférence comme Arizona ou USC.

D’autres joueurs pourraient également se révéler cette saison à commencer par le senior Gyorgy Goloman qui s’est entrainé cet été avec l’équipe hongroise. Limité à 11 minutes de temps de jeu l’an passé, il souhaitera sans doute montrer l’étendue de son talent pour sa dernière saison universitaire. Comme Prince Ali, Alex Olensiski n’a pas joué l’an passé mais l’ancien joueur du célèbre lycée La Lumiere possède du talent à revendre et ne se laissera pas facilement prendre sa place par les freshmen.

Offensivement, l’équipe a énormément de talent. Il faudra cependant parvenir à tenir défensivement face aux cadors de la conférence et à des équipes bien organisées. Malgré les incertitudes qui composent cette équipe, cette saison devrait être passionnante à suivre pour les Bruins.

Malheureusement, depuis ce 8 novembre, cette saison commence très mal avec ce séjour malheureux en Chine. L’issue de cette affaire aura probablement des répercussions, au moins psychologiques sur les joueurs et pourraient bien gâcher le début de championnat d’UCLA. A moins que les liens entre les joueurs n’en soient finalement plus que jamais renforcés.