Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, Grand Canyon, qui s’annonce comme l’un des favoris au sein de la WAC et vise une première participation de son histoire à la March Madness.

Grand Canyon Antelopes

  • 73.6 points de moyenne inscrits, 37.6 rebonds captés, 13.6 passes décisives délivrées et 67.8 points encaissés de moyenne ;
  • Aucune apparition en March Madness, idem lors des tournois d’après-saison pour un record vierge ;
  • #3 en saison régulière dans la conférence WAC, pas de participation au tournoi de conférence ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : DeWayne Russell avec 21.2 points de moyenne.

Retour sur la saison

22 victoires pour 9 défaites – 11 victoires pour 3 défaites en conférence.

Grand Canyon, c’est le profil type de l’équipe à laquelle on s’attache rapidement. Cela fait quatre ans que le programme de basketball a atteint la Division I et après une période de transition délicate de deux ans, les résultats parlent d’eux-mêmes. Surtout la saison dernière.

Une saison à plus de 20 victoires, une troisième place dans la conférence WAC, trois rencontres compétitives face à des équipes classées au Top 25… Difficile de ne pas rester insensible aux Antelopes.

La première partie de saison a permis à Grand Canyon de se jauger face à diverses adversités. On passe du gratin avec #1 Duke (défaite 96 à 61), #19 Arizona (défaite 65-54), #14 Louisville (défaite 79-70) ou San Diego State (victoire 76-62) à des équipes beaucoup plus abordables telles que Mississippi Valley State (victoire 72-62) ou Coppin State (victoire 70 à 37). Au final, c’est un bilan équilibré de 10 victoires pour 6 défaites, dont trois face à des représentants du Top 25. Solide.

La deuxième partie de saison peut sembler anecdotique vu qu’elle compte encore une nouvelle fois pour rien. Le règlement universitaire oblige à un programme accédant à la Division I de suivre une transition de quatre ans où les tournois d’après-saison sont prohibés. Mais que l’on se le dise : Grand Canyon a marqué de son empreinte la conférence. Seulement trois défaites, à l’extérieur, et puis rideau ! Tous les cadors y sont passés et les Antelopes terminent la saison avec sept victoires consécutives.

Pour une équipe qui, je cite, « n’a pas cette pression de résultat par rapport à ses adversaires », c’est un pur régal qu’elle nous a offert match après match, en se positionnant comme un futur grand chez les mid-majors.


Les nouveaux visages

La perte de trois joueurs, dont deux titulaires, seront rapidement compensées avec une promotion de recrutement assez impressionnante en 2017, au même titre que les joueurs en provenance d’autres programmes.

On note surtout deux nouvelles têtes d’affiches et le premier est bien connu des fans de basketball universitaire : un certain Casey Benson. Celui qui a effectué trois années à Oregon, avec un vrai rôle dans la rotation, a préféré se rapprocher de sa ville natale de Phoenix et de jouer pour son frère, qui se trouve dans le coaching staff des Antelopes. Meneur de jeu titulaire lors de sa saison de sophomore, il a perdu sa place la saison dernière à cause d’une concurrence assez forte. En 20 minutes en sortie de banc, il affichait une moyenne de 4.9 points et 1.9 passes de moyenne.

Bon shooteur à trois points, avec plus de 40% de réussite dans ce domaine, Casey Benson est un vrai meneur de jeu qui sait faire briller ses coéquipiers. Une recrue primordiale pour Grand Canyon dans l’optique de connaître la March Madness.

Casey Benson sera également important dans le rôle de mentor pour la jeune pépite Damari Milstead, recrue 3-étoiles de la promotion 2017. Il a opté pour Grand Canyon, malgré des offres de prestigieux programmes de la conférence Pac-12. Il deviendra le meneur du futur pour Grand Canyon avec un profil identique à Casey Benson, en plus scoreur, toutefois. Damari Milstead est mon petit poulain dans cette promotion chez les prospects under-the-radar, une valeur sûre !

La deuxième belle addition au sein de cette classe de freshmen est un intérieur letton, en la personne de Roberts Blumbergs. Il possède un joli bagage technique propre à la formation lettone, lui qui a défendu les couleurs de son pays lors des équipes jeunes. Un peu frêle encore pour le jeu universitaire, il apportera quand même tout son potentiel dès sa première année, capable de très bien s’écarter pour sanctionner la défense, sans oublier le QI basket et les moves intérieurs.

Enfin, n’oublions pas le redshirt fresman Ibrahima Sankare, qui sera le troisième meneur dans la hiérarchie et le pivot Italien Alessandro Lever. Ils auront une année pour s’acclimater et grappilleront quelques minutes cette saison, avant d’avoir les clés du camion dans deux ans.


Le joueur à suivre de très près

Josh Braun (senior) : 17.5 points et4.6 rebonds de moyenne la saison dernière.

DeWayne Russell n’étant plus présent sur le campus, Josh Braun devient logiquement l’option numéro une de Grand Canyon cette saison pour son ultime année d’éligibilité universitaire. Avec 17.5 points de moyenne, il était le deuxième meilleur marqueur de son équipe lors du précédent exercice. Mais voilà, alors qu’il était un peu protégé par l’influence de DeWayne Russell, cette saison sera bien différence pour Josh Braun. Les défenses vont se concentrer sur lui et il aura un traitement spécial lors de chaque match, surtout lorsque l’on sait que les ailiers de la WAC sont très athlétiques.

Ce qui est un peu le contraire de Josh Braun. Shooteur à trois points, avec 41.6% de réussite la saison dernière, il a su améliorer son arsenal offensif pour être vraiment performant au plus haut niveau. Joueur très élégant sur un parquet, il devra endosser le rôle de patron dans une équipe assez jeune de Grand Canyon. La pression sera sur ses épaules et il doit avoir le même rendement au minimum pour permettre à son équipe d’entrevoir la March Madness.

Cependant, il sera bien entouré et cela devrait énormément l’aider dans sa nouvelle tâche.


Le cinq majeur possible

Casey Benson (senior) : 4.9 points, 1.9 passes et 1.7 rebonds de moyenne à Oregon ;

Josh Braun (senior) : 17.5 points, 4.6 rebonds de moyenne ;

Oscar Frayer (sophomore) : 7.9 points et 4.5 rebonds de moyenne ;

Gerard Martin (junior) : 5.1 points, 4.1 rebonds et 2.5 passes de moyenne ;

Keonta Vernon (senior) : 9.3 points et 7 rebonds de moyenne.


Présentation de la saison

Une promotion de freshmen très intéressante, des joueurs avec de l’expérience et même de l’expérience à très haut niveau. Tout est réuni pour que Grand Canyon atteigne le sommet de la conférence WAC. Cependant, il manque un joueur capable de prendre le jeu à son compte en vrai patron. C’est le plus gros défaut à l’heure actuelle pour les Antelopes. La vérité sur le parquet peut toutefois être autre chose une fois la saison commencée.

La saison dernière a été une belle surprise pour les Antelopes. Le statut de l’équipe a changé et maintenant, ils seront pris au sérieux par les autres programmes de la conférence. Le recrutement a été fait en sorte que l’équipe réponde à ce nouveau statut, avec les joueurs énoncés précédemment. On a hâte de voir Casey Benson distribuer des caviars en sortie d’écran à Josh Braun, ou encore servir ses intérieurs lors des situations de pick-and-roll. Casey Benson peut prendre le leadership sur le parquet et en dehors, ce qui laissera un peu plus de liberté à Josh Braun comme la saison passée.

Le banc est jeune mais avec un potentiel assez monstrueux. On pense notamment à Oscar Frayer (qui risque d’être titulaire si l’on se réfère au match de scrimmage de ce mois-ci), très athlétique et bon défenseur, qui joue à l’énergie et qui influe toujours une bonne onde à ses coéquipiers lorsqu’il est sur le parquet. De plus, le freshman Damari Milstead était un gros scoreur au lycée et il possède les qualités pour faire de même à l’échelon supérieur.

Le secteur intérieur reste encore un peu fragile outre la doublette Gerard Martin et Keonta Vernon. Le deux freshmen internationaux Roberts Blumbergs et Alessandro Lever auront des minutes et pourront se révéler comme de belles surprises car il y a de la place à se faire. Mais on le sait, la conférence WAC n’est pas réputée pour être une conférence avec des intérieurs très dominants, d’où la possible explosion des deux étrangers au QI basket bien supérieur à la normale.

Même si le leader et meilleur scoreur n’est plus là, on ne voit pas comment Grand Canyon ne peut pas remporter la saison régulière dans la WAC. Une participation à la March Madness, pour la première année d’éligibilité (on rappelle qu’un programme qui arrive de Division II possède 4 ans de transition, sans participation aux tournois) serait tout simplement grandiose.

Et vous savez quoi, c’est largement faisable.

Grand Canyon mérite que l’on s’attarde un peu sur eux. Le programme déboule à toute vitesse dans le paysage universitaire et la hype risque d’être assez grande au fil de la saison. Vous pourrez bientôt vous vanter d’avoir entendu parler de l’équipe ici, avant tout le monde. C’est cadeau.