On y est enfin ! Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les #CBBPreviews en basketball universitaire  Comme d’habitude, nous allons vous parler des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des équipes méconnues, le tout à la sauce Midnight On Campus.

 

Aujourd’hui, East Tennessee State, une équipe que, personnellement, j’apprécie et qui sera un outsider de choix au sein de la SoCon malgré une période de reconstruction.

 

East Tennessee State Buccaneers

 

  • 75.2 points de moyenne inscrits, 37.1 rebonds captés, 14.7 passes décisives délivrées et 65.9 points encaissés de moyenne ;
  • 10 apparitions en March Madness, 13 lors des tournois d’après-saison pour un record de deux victoires pour onze défaites ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence SoCon, défaite en finale du tournoi de la conférence face à UNC Greensboro (62-47) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Desonta Bradford avec 15.4 points de moyenne.

 

Retour sur la saison

25 victoires pour 9 défaites – 14 victoires pour 4 défaites en conférence.

 

Le travail de Steve Forbes afin de pérenniser le programme de East Tennessee State est tout simplement exceptionnel. Pour la troisième saison consécutive, les Buccaneers ont terminé l’exercice avec un bilan de 14 victoires pour 4 défaites au sein de la conférence. Une belle performance lorsque l’on sait que la SoCon est de plus en plus dense en terme d’adversité, avec au moins cinq équipes (voire six) capables de lutter pour le titre.

La saison dernière, pour la fin d’un cycle pour une partie du noyau dur du vestiaire, l’objectif était simple : atteindre la finale du tournoi de conférence et avoir une chance de revenir à la March Madness. L’objectif n’a pas été atteint, mais on y reviendra un peu plus tard.

La première partie de saison était assez tranquille, avec un bilan de 9 victoires pour 4 défaites. Bon, sur les quatre revers, il y avait celui sur le parquet de Kentucky (78-61) et sur le parquet de Xavier (68-66)… Il y a pire comme défaites.

La défaite contre Troy fut surprenant, face à une équipe jeune, fougueuse et sur une autre planète ce soir-là. Au final, il s’agissait de la première défaite à domicile de la saison (73-65), qui clôt un mois de novembre dantesque et assez délicat sur le plan comptable.

La suite ? Ce sont des succès probants face à des formations prenables, pas de quoi s’extasier, même s’il y avait des programmes connus au sein du paysage des Mid-Majors. On passe directement aux matchs de conférence et cela va être une véritable démonstration de East Tennessee State.

C’est simple : sur les 13 premiers matchs de cette deuxième partie de saison, 13 victoires.

On assiste à des blowouts, des victoires convaincantes face aux autres favoris. Bref, East Tennessee State roule sur la conférence sans forcer.

Mais le 12 février a sonné comme un premier véritable coup d’arrêt pour l’équipe, avec une correction reçue sur le parquet de UNC Greensboro (74-56), l’autre programme au sommet dans la conférence. Le match suivant était aux antipodes de la saison. Un match délicat, rugueux et une victoire étriquée sur le parquet de Western Carolina (72-61).

Et puis, le drame.

Plus rien ne va, la machine de guerre manque de souffle. Trois défaites pour terminer la saison, avec, à chaque fois, un match qui se joue sur une ou deux possessions. Le doute s’installe peu à peu dans les têtes.

Bon, l’équipe a douté juste l’instant de dix jours. East Tennessee State commence son tournoi de conférence sereinement face à Chattanooga puis face à Furman, même si ce dernier match fut serré, on savait que les Bucs allaient l’emporter tellement la maîtrise était présente.

Direction la finale pour le programme, face au premier de la saison régulière, UNC Greensboro. Le même programme qui, 20 jours plus tôt, a infligé une cinglante défaite à East Tennessee State. Pas la peine de créer du suspense, il n’y en a pas eu : la même physionomie que le dernier match, comme si UNCG était la kryptonite des Buccaneers…

Et c’est sur cette défaite que la saison se termine.

Il existe énormément de frustration sur ce mois de février qui ne reflète en aucun cas le potentiel de ce groupe. C’est une page qui se tourne pour le noyau dur de l’équipe, qui a connu la gloire sur le campus. Maintenant, place à la reconstruction !

 

Les nouveaux visages

 

On compte sept nouveaux visages sur le campus de East Tennessee State en cette saison.

C’est surtout parmi les rangs du Junior College que Steve Forbes a fait son marché. La tête d’affiche se nomme Isaiah Tisdale, classé #15 dans la promotion JUCO. Bon potentiel athlétique malgré sa petite taille, handle très correct, bonne vision du jeu et scoreur inné, il possède les qualités d’un meneur de jeu titulaire en puissance.

 

 

Le deuxième excellent recrutement en provenance de JUCO se nomme Octavius Corley, un pivot extrêmement talentueux mais qui vient de connaître une saison quasi-blanche à cause d’une blessure au genou. S’il reste en forme et loin des blessures, il sera un point d’ancrage non-négligeable à l’intérieur, sur un poste où il manque de la densité et du talent. Parfaite addition.

 

 

Avec ceci, East Tennessee State empoche également le meilleur shooteur à trois points de Junior College la saison dernière, Tray Boyd III. 15 points de moyenne, avec plus de 45% à longue distance, un joueur parfait en sortie de banc.

 

 

On ajoute qui plus est l’un des meilleurs scoreurs du championnat, Kevon Tucker, qui connaît un petit peu le niveau en Division I, lors d’un passage à Wofford avant de se blesser et de rejoindre le JUCO. Plus de 20 points de moyenne, capable de marquer dans n’importe quelle position, c’est un joueur incroyable qui aura rapidement des responsabilités cette saison.

 

 

Enfin, dernière recrue d’expérience avec un autre intérieur, D’Andre Bernard. Le canadien n’a pas obtenu sa chance à North Florida en prenant un redshirt dès sa saison de freshman. Le joueur a décidé de partir en JUCO par la suite ; une bonne idée puisque l’année dernière, il affichait une moyenne de 14.6 points, 3.1 rebonds 2.1 contres. Là aussi, un titulaire en puissance.

 

 

Au niveau des freshmen lycées, il y a ura deux combo guards supplémentaires. Daivien Williamson est un profil plus athlétique, fort défenseur (très recherché chez les mid-majors vu le nombre d’offres) alors que Carlos Curtis est plus scoreur ainsi que créateur. Deux prospects pour le futur, qui auront un peu de temps de jeu cette saison (davantage pour le premier).

 

Le joueur à suivre de très près :

Bo Hodges (freshman) : 9 points et 3.5 rebonds en 21 minutes la saison dernière.

 

Après un début de carrière délicat (enfin, six matchs), Bo Hodges est devenu une option viable au poste d’arrière au sein de l’effectif.

Il a confirmé tout le bien qu’on disait de lui, montrant aux yeux de tous son potentiel offensif qui est assez développé pour un aussi jeune joueur. Mais voilà, lorsque l’on pose la question aux fans des Buccaaneers, ils sont unanimes : Bo Hodges est certes talentueux, mais il n’en demeure pas moins assez inconstant. 

Inconstance, voici ce qui peut résumer la saison de freshman du joueur. Capable de prendre feu en passant aisément (vraiment aisément même) la barre des 15 points, comme de passer au travers le match suivant avec aucune réussite aux tirs. Vous allez me dire que c’est normal pour un freshman et c’est vrai. Mais les attentes étaient grandes le concernant et il se devait de répondre rapidement présent.

La preuve sur son tournoi de conférence : 12 points face à Chattanooga, 6 face à Furman et 2 en finale face à UNC Greensboro. Ce n’est pas terrible.

Pour la saison qui arrive, East Tennessee State perd ses deux arrières scoreurs, Desonta Bradford (15.4 points) et Jalan McCloud (11.8 points) et il faut que quelqu’un prenne la relève. Et oui, vous l’avez, Bo Hodges récupère une place de titulaire mais aussi une place de leader offensif.

Une telle pression pour un joueur qui n’est pas encore à son potentiel maximum ? Pari risqué. Mais le joueur a bossé dur dès la fin de saison et a connu un été très rude, entre entraînement et préparation physique. Il est prêt et nous aussi. Attention, pépite.

 

Le cinq majeur possible :

 

Isaiah Tisdale (junior) : DNP, transfert en provenance de Junior College ;

Bo Hodges (sophomore) : 9 points et 3.5 rebonds de moyenne la saison dernière ;

Kevon Tucker (junior) : DNP, transfert en provenance de Junior College ;

D’Andre Bernard (junior) : DNP, transfert en provenance de Junior College ;

Octavius Corley (junior) : DNP, transfert en provenance de Junior College.

 

Présentation de la saison

 

Ce n’est pas un secret de Polichinelle : East Tennessee State est en pleine période de reconstruction. C’est pour cela que Steve Forbes a opté pour un recrutement très orienté vers le Junior College afin de jouer les premiers rôles au sein de la conférence.

C’est terriblement difficile de prédire quoi que ce soit pour les Buccaneers cette saison. Si l’adaptation des transferts de JUCO se passe bien, cela peut dérouler outrageusement (n’ayons pas peur des mots). Si cela se passe moins bien, ce sera une saison de transition, pour être prêt dans deux saisons.

Malgré tout, sur le papier, c’est extrêmement prometteur, surtout au niveau des postes extérieurs. Mais comme à son habitude, l’équipe n’aura pas 36 solutions sur les postes intérieurs. On croise les doigts pour éviter les grosses blessures car cela risque de devenir problématique assez rapidement.

Le mot de la fin concernant East Tennessee State :

J’y crois dur comme fer.

East Tennesseee State sera dans la lutte pour la March Madness. Avec une telle culture de la gagne et un coaching staff qui fait un boulot monstrueux, tout est réuni pour avoir un cadre de vie excellent et un groupe qui s’épanouit. Espérons que cela se ressente sur le parquet.