Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, Notre Dame, une des équipes les plus embêtantes à jouer ces dernières saisons et qui pourraient remettre le couvert.

Notre Dame Fighting Irish

  • 77.3 points de moyenne inscrits (79ème), 33.7 rebonds captés (277ème), 15.7 passes décisives délivrées (43ème) et 69.3 points encaissés de moyenne (99ème) ;
  • 35 apparitions en March Madness (37 victoires pour 39 défaites) ;
  • #3 en saison régulière dans la conférence ACC, défaite en finale du tournoi ACC contre Duke (75-69) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Bonzie Colson avec 17.8 points de moyenne.


Retour sur la saison 

26 victoires pour 10 défaites – 12 victoires pour 6 défaites en conférence.

La saison écoulée s’est trouvé dans les standards du côté de Notre Dame, c’est-à-dire solide. Elle a débuté avec un calendrier hors conférence plus qu’abordable, amenant des scores assez fleuves (notamment 92-49 contre Seattle et 91-60 conte Chicago State), donc un bilan de 9 victoires pour aucune défaite afin de commencer la saison. Les deux premiers véritables tests pour le Fighting Irish ont été les rencontres coup sur coup contre #1 Villanova et #15 Purdue.

Contre les Wildcats, après une première mi-temps convaincante et une avance de 5 points, Notre Dame explose complètement après la pause et concède une défaite (66-74). Pour le match contre les Boilermakers, bis repetita mais dans de plus grandes largeur : après une première mi-temps dominée par le Fighting Irish (52-38), les hommes de Mike Brey se sont complétement écroulés en deuxième période et finissent avec un déficit de 19 points sur cette période (29-48). Ainsi, Notre Dame commence les matchs de conférence avec un bilan de 11 victoires pour 2 défaites.

Le Fighting Irish attaque son calendrier de conférence ACC avec 6 victoires en 7 matchs (dont une victoire contre #9 Louisville, 77-70) ; la seule défaite contre #10 Florida State sur le score serré de 83-80. S’en suivent 4 défaites d’affilée contre les favoris North Carolina, Duke, Virginia et même Georgia Tech. Ils se rattrapent pourtant avec 6 victoires en 7 matchs et finissent les matchs de conférence avec un bilan de 12 victoires pour 6 défaites et un seed #3 pour le tournoi de conférence.

En quart de finale, Notre Dame sort brillamment Virginia (71-58) puis Florida State en demis au terme d’un match où les Seminoles ont réalisé un come-back infructueux. Menés de 16 points en 1ère mi-temps, ils échouent à seulement 4 points (77-73). Le Fighting Irish se qualifie pour la finale et un choc contre Duke. Malheureusement, ils sont tombés sur un grand Jayson Tatum malgré le match de mammouth de Bonzie Colson avec 29 points et 9 rebonds (75-69 en faveur des Blue Devils).

On retrouve très logiquement Notre Dame à la March Madness. Au 1er tour, le Fighting Irish joue une solide équipe de Princeton… et se fait très peur avec une minuscule victoire (60-58). Les Tigers ont notamment eu l’occasion de l’emporter au buzzer avec un shoot ouvert à 3 points de Devin Cannady, finalement raté.

Le chemin de Notre Dame s’arrête au stade du deuxième tour. Ils sont tombés sur une belle équipe de West Virginia (83-71), avec un beau collectif, contrairement au Fighting Irish où seul Bonzie Colson a surnagé avec 27 points et 8 rebonds.


Les nouveaux visages

Peu d’arrivées sont à répertorier du côté de Notre Dame, seulement Juwan Durham et D.J. Harvey.

Le premier, Juwan Durham, arrive de UConn sur transfert… mais il ne sera pas disponible sur le terrain cette saison à cause du règlement universitaire. C’est un poste 4 de 2m08 avec des bras tentaculaires, très mobile et capable de se créer son shoot. En espérant qu’il utilise cette saison blanche pour bosser son jeu dos au panier.

A l’inverse, le second joueur, D.J. Harvey, est issu de la dernière classe de recrutement de Notre Dame. C’est un poste 2 voire 3 capable d’amener du scoring rapidement et une bonne présence au rebond pour son poste. Il aura sa chance en tant que 6ème ou 7ème homme.


Le joueur à suivre de très près

Bonzie Colson (senior) : 17.8 points, 10.1 rebonds, 1.6 passes décisives.

En voilà un qui fera une tournée d’adieu comme il se doit pour une ultime saison de senior ! Les départs de deux des meilleurs scoreurs de l’année dernière (V.J. Beachem et Steve Vasturia) vont permettre aux stats de Bonzie Colson d’exploser d’autant plus, puisqu’il aura encore plus de responsabilités. Leader vocal, leader du vestiaire et leader au scoring, l’ailier fort vedette de Notre Dame sera toujours le cœur du Fighting Irish. Attention aux dégâts !


Le cinq majeur possible

  • Temple Gibbs (sophomore): 4.5 points, 1.5 rebonds, 1.7 passes décisives ;
  • Matt Farell (senior): 14.1 points, 2 rebonds, 5.4 passes décisives ;
  • Rex Pflueger (junior): 4.7 points, 2.7 rebonds, 1.5 passes décisives ;
  • Bonzie Colson (senior): 17.8 points, 10.1 rebonds, 1.6 passes décisives ;
  • Martinas Geben (senior): 3.1 points, 3.4 rebonds, 0.7 passes décisives.

Présentation de la saison

Un seul mot pour décrire la saison de Notre Dame : transition.

Les départs des dernières idoles de la maison V.J. Beachem et Steve Vasturia, et en attendant les arrivées de la prometteuse cuvée de freshmen 2018, cette saison peut être plus compliquée que ces dernières années. Beaucoup de joueurs n’ayant pas eu beaucoup de temps de jeu l’an passé vont être propulsés sur le devant de la scène à l’instar de Martinas Geben ou Rex Pflueger, si ce n’est le rookie D.J. Harvey dès sa première saison.

Mais la réussite ou non de la saison du Fighting Irish reposera sur les épaules du duo composé par Matt Farell et Bonzie Colson, qui devraient encadrer tout ce beau monde. Le head coach Mike Brey devra encore compter sur une rotation limitée (7-8 joueurs) mais faisons lui confiance pour faire tourner tout ce petit monde. Il a concocté un calendrier hors-conférence plutôt clément avec comme seul gros morceau, Indiana, qui se trouve à leur portée.

Ils devraient se pointer à l’ouverture du calendrier de conférence avec un bilan aussi bon que la saison dernière. Cela pourrait tout de même se compliquer contre les favoris Duke, Virginia Tech, Miami et Florida State, sans compter sur les incertitudes de North Carolina et Louisville.

On ne sait pas trop bien où situer le Fighting Irish au milieu de toutes ces équipes mais une chose est sûre, Notre Dame sera encore le poil à gratter de la conférence ACC.