Alors que nous sommes encore dans l’intersaison et que certaines équipes s’affûtent aux quatre coins du monde, c’est l’heure de reprendre les bonnes habitudes avec les CBB Preview. Présentation des cadors du championnat, sans oublier de vous faire découvrir des mid-majors méconnues, le tout 100% à la sauce Midnight On Campus. Aujourd’hui, Arizona présente un effectif ultra talentueux, combinant expérience et jeunesse qui devrait la mener vers le titre de conférence, et peut-être plus encore.

Arizona Wildcats

  • 76.6 points marqués, 36.7 rebonds captés, 13.5 passes effectuées et 65.9 points encaissés en moyenne par matchs ;
  • 4 apparitions au Final Four pour une victoire (1997) en 33 participations à la March Madness ;
  • Champion de la Pac-12, seed 2 lors de la March Madness ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Allonzo Trier avec 17,2 points de moyenne.

Retour sur la saison

32 victoires pour 5 défaites – 16 victoires pour 2 défaites en conférence.

Champion de la conférence Pac-12 l’an passé, Arizona a signé une très belle saison régulière, portée par Lauri Markannen (15,6 points, 7.2 rebonds), devenu international finlandais dans la foulée. La star désignée Allonzo Trier (17,2 points, 5 rebonds, 2,7 passes) a effectivement été forcé à manquer près de la moitié de la saison à cause d’une suspension pour avoir consommé des substances interdites par la NCAA. Mais son absence a toutefois été compensée par un bon collectif. Rawle Alkins et Dusan Ristic (22 points, 10,4 rebonds en combiné par matchs) se sont ainsi imposés comme des membres importants dans la rotation.

Sous l’impulsion de ses jeunes stars, Arizona a battu tous les rivaux de sa conférence. #3 UCLA et #5 Oregon ne sont pas parvenus à empêcher les Wildcats de remporter le titre de champion de la conférence Pac-12 et d’hériter d’un seed 2 lors de la March Madness.

Après une victoire relativement tranquille face à North Dakota, les hommes de Sean Miller ont dû batailler pour éliminer Saint Mary’s (60-69) mais au final, le seed 11 Xavier s’est interposé pour sortir Arizona du tournoi de fin d’année. Une cruelle désillusion pour le champion de la conférence Pac-12, éliminé prématurément de la March Madness, une nouvelle fois.


Les nouveaux visages

A la manière de Kentucky ou de Duke, les Wildcats présentent une incroyable promotion de freshmen afin de renforcer une armada déjà effrayante.

La recrue la plus célèbre ? DeAndre Ayton. Un temps considéré comme le meilleur prospect de sa génération, cet ailier-fort 5-étoiles de 7 pieds (2m13) devrait faire des dégâts dès sa première saison. Athlétique (1m10 de détente !), doté de bonnes mains, capable de défendre aussi bien que d’attaquer, DeAndre Ayton sait tout faire et rentre dans le moule des intérieurs modernes pouvant s’écarter et dribbler. Pourquoi a-t-il alors perdu sa première place de la classe 2017 ? A cause de sa maturité. Certains scouts lui reprochent en effet de trop souvent s’écarter alors qu’il pourrait dominer dans la raquette, ou de vouloir faire le show avant de chercher à être le plus efficace possible. Une mentalité à changer mais qui ne devrait pas l’empêcher de faire de gros dégâts dès sa première (et seule ?) saison.

Autre prospect 5-étoiles, l’ailier Emmanuel Akot sera également à suivre absolument. Recruté récemment, il est un excellent finisseur, particulièrement doué dans l’attaque du cercle. Il a décidé de gagner un an et de rejoindre la NCAA dès cette année (initialement membre de la classe de 2018), et c’est une bonne nouvelle pour les fans de la fac de Tucson. Si son rôle sera peut-être de défendre dur d’abord, avant de jouer un grand rôle offensivement, ses qualités d’attaquants devraient lui permettre de se mettre en valeur durant la saison.

Pour compléter la raquette, Sean Miller est allé chercher un autre joueur aux qualités athlétiques impressionnantes. Ancien joueur des Oakland Soldiers en AAU (Lebron James, Aaron Gordon, Kyle Wiljter), Ira Lee pourra profiter des passes de Parker Jackson-Cartwright pour écraser la balle dans le cercle. Intérieur de 2m08 très athlétique, Ira Lee manque encore d’un vrai jeu dos au panier pour dominer en NCAA. Toutefois, il parvient à compenser ce manque par une grosse intensité et une vitesse rare pour un joueur de sa taille. Projet sur le long terme, l’ancien coéquipier de Shareef O’Neal au lycée devrait vraisemblablement retrouver son compère dans la raquette en 2018.

Autre joueur et autre position : Brandon Randolph. L’arrière de 2m01 apportera une nouvelle dimension par rapport à ses deux coéquipiers cités précédemment. Serial shooteur (plus de 40% de réussite à 3-points lors de sa dernière participation au Nike EYBL), Brandon Randolph profite de sa grande taille au poste d’arrière pour prendre l’avantage sur les défenseurs et dégainer sans gêne. Encore frêle (seulement 80 kilos selon ESPN), il devra toutefois s’épaissir et améliorer son dribble pour devenir un excellent joueur à l’université. S’il semble être un pari sur plusieurs années pour Arizona, nul doute qu’il peut être un véritable poison pour les défenses adverses dès sa première saison.

Enfin pour compléter l’impressionnante promotion de freshmen d’Arizona, un meneur rejoint l’équipe en la personne d’Alex Barcello. Comparé parfois à T.J. McConnell, actuel meneur de Philadelphie en NBA et ancien d’Arizona, il est destiné à prendre les reines de l’équipe. Capable de scorer ou d’organiser le jeu, le jeune meneur sait tout faire sur un terrain. Membre du Top 100 des meilleurs basketteurs de sa génération, il devrait avoir du temps de jeu en relais de Parker Jackson-Cartwright avant de prendre sa place la saison suivante.


Le joueur à suivre de très près :

Allonzo Trier (junior) : 17.2 points, 5.3 rebonds de moyenne la saison dernière.

Après avoir manqué les 19 premières rencontres de sa saison sophomore, Allonzo Trier aura soif de revanche. Le prospect NBA aura soif de revanche après une défaite prématurée lors de la dernière March Madness. Egalement favori pour le titre de MVP de la conférence, il a les capacités pour tout écraser sur son passage.

Joueur complet mais fort attaquant avant tout, il peut dominer la conférence Pac-12 au scoring si son équipe en a besoin. Allonzo Trier peut profiter d’un effectif monstrueux à ses côtés bien qu’il soit encore un peu jeune. C’est pour cela qu’il devra jouer le rôle de leader sur le parquet mais aussi dans les vestiaires pour mener cette équipe vers les sommets.


Le cinq majeur possible

  • Parker Jackson-Cartwirght (senior) : 5.9 points, 4.1 passes et 2.5 rebonds de moyenne ;
  • Rawle Alkins (sophomore) : 10.9 points, 4.9 rebonds et 2.1 passes de moyenne ;
  • Allonzo Trier (junior) : 17.2 points et 5.3 rebonds de moyenne ;
  • DeAndre Ayton (freshman) : High school
  • Dusan Ristic (senior) : 10.9 points et 5.5 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison

La bataille sera très rude dans la conférence Pac-12 entre les freshmen d’UCLA et d’Arizona. L’avantage semble cependant se diriger vers les Wildcats qui disposent d’une équipe très expérimentée menée par les seniors Parker Jackson-Cartwright et Dusan Ristic. Sur les ailes, le sophomore Rawle Alkins et le junior Allonzo Trier seront en quête de revanche après une saison trop courte par rapport au potentiel de l’équipe. Avec de tels adversaires à l’entrainement, les freshmen devraient rapidement prendre du plomb dans l’aile et s’adapter facilement au niveau universitaire.

En temps normal, Arizona devrait donc être le favori logique et naturel de la conférence Pac-12. Cependant, les récentes accusations du FBI à propos de recrutements illicites exercés par Arizona pourraient bien plomber la vie de l’équipe toute la saison. Il faudra suivre de près cette affaire qui pourrait faire bouger beaucoup de cartes cette année dans la conférence.

Sean Miller devra produire de gros efforts pour protéger son équipe des scandales et des rumeurs qui ébranleront la saison des Wildcats. S’il parvient à maintenir toute son équipe concentrée vers la victoire, Arizona pourrait aller loin, notamment lors de la March Madness. Ils semblent en tout cas être les plus forts dans la conférence, devant USC, UCLA ou Oregon.

Si l’incertitude règne forcément lorsque l’on s’appuie sur un grand nombre de freshmen, Arizona présente un tel combo expérience-talent que cela serait un échec de ne pas remporter de titre de conférence, et de ne pas réaliser un joli parcours lors de la March Madness.