Retour sur les 40 premiers jours de compétition en baseball, déjà riches en spectacle et avec Louisville proche de la perfection.

Cela fait désormais plus d’un mois que les lanceurs et batteurs universitaires en Division I s’affrontent sur les terrains de baseball. Un laps de temps suffisant pour permettre à certains favoris d’assumer leur statut et à des “petits” de créer des jolis upsets, sinon mieux.

La sensation : Louisville Cardinals et Missouri Tigers

Nous vous en avions parlé dans notre preview de la conférence ACC, il était incontestable que les Cardinals (19-2, 6-1 ACC) allaient être des prétendants très sérieux au titre. D’ici à imaginer une série de 19 victoires de suite ? Pas vraiment ! Et pourtant Louisville a réalisé ce début de saison parfait.

Cette série, la plus longue dans l’histoire de l’Université, a inclus deux sweeps contre des rivaux de conférence, Boston College et Pittsburgh. Les Cards ont pu s’appuyer sur un Brendan McKay très bon à la batte (.466 BA , le 7ème meilleur total du pays, 4 HRs et 17 RBIs), mais aussi au lancer (0.36 ERA en 4 starts et 25 IP). Une nouvelle saison sensationnelle est en cours pour celui qui a été élu joueur du mois et devrait être un des tout premiers choix de draft.

Malheureusement, Louisville n’a pas réussi à atteindre les 20 victoires de rang après une défaite contre Cincinnati. Avec ce formidable début de saison, les Cardinals placés #7 en pré-saison sont passés #1 au classement Baseball America, chipant la tête à TCU, favori incontesté pour tous les analystes au début de l’année. Les texans ont basculé au rang #3 après un bon début de saison (14-5) mais rien ne semble pouvoir résister aux joueurs du Kentucky lors de ce printemps.

A Missouri, on arrive à faire mieux que Louisville. Et même s’ils n’ont pas rencontré une équipe très sérieuse jusqu’à présent, les 20 victoires d’affilée sont impressionnantes (la meilleure à égalité avec South Florida). Suffisante même pour intégrer le Top 25, après leur sweep contre Alabama dans une rencontre de SEC. Avec un record de 20-2 (3-1 SEC), et avant leur défaite d’hier contre Arkansas, Missouri était à une victoire d’égaler la meilleure série de l’histoire du programme.

Portés par une attaque de feu (.318, 18ème du pays) et des lanceurs bien meilleurs que l’an passé (ERA à 2.68 contre 4.34), les #18 Tigers vont pouvoir se tester très prochainement contre les Gators de #13 Florida. Un excellent début de saison plutôt inattendu pour cette équipe qui a connu ses dernières heures de gloire en 2012 en remportant la conférence SEC.

Trey Harris, l’infielder et outfielder de Missouri, a de quoi exulter. Les Tigers connaissent un excellent début d’année.

Les désillusions : East Carolina Pirates et Vanderbilt Commodores

Pour l’instant, quatre équipes sont sorties du Top 25 de pré-saison : #6 East Carolina, #11 Vanderbilt, #15 Coastal Carolina et #20 Texas A&M.

Si les difficultés de ces deux dernières formations ne sont pas une immense surprise, on a de quoi s’inquiéter pour Vanderbilt (15-8, 2-2 SEC) et East Carolina (15-8, 0-0 American). Les Commodores ont gagné 10 matchs sur 15 à domicile, contre des équipes de seconde zone et dans leur première série contre un adversaire de conférence, #18 Ole Miss, ils ont perdu 2 matchs sur 3. Leur mauvais début de saison est principalement le fait d’une moyenne au bâton d’équipe extrêmement faible (.269, 122ème du pays) et d’un Kyle Wright, lanceur partant très estimé qui passe à coté de son sujet pour l’heure (27 IP, 4.33 ERA et 1.41 WHIP).

Du côté des Pirates, c’est plutôt l’ERA de l’équipe qui fait défaut (4.14, 105ème du pays). De plus, ils n’ont pas encore eu de confrontations directes avec des adversaires de conférence et ont été sweepés deux fois cette saison dont une fois à domicile. Leurs bourreaux de cette série, Mercer, tapent clairement à la porte du Top 25 après un retentissant début de saison (19-4). Toujours est-il que pour une formation confirmée qui vise clairement une place à Omaha, ce départ est bien trop timoré et un sweep à la maison n’est jamais bon signe.

On aurait pu aussi évoquer Florida State (17-7, 5-3 ACC) passé de #2 à #14 (même si les Seminoles viennent d’enregistrer deux succès contre Notre Dame) et Florida, #3 en pré-saison (15-8, 1-3 SEC) qui a chuté jusqu’en #13.

Les surprises : Florida Gulf Coast Eagles, Auburn Tigers, South Florida Bulls et Baylor Bears

En revanche pour ces équipes, on se rêve en Coastal Carolina version 2016. Peu ou pas citées dans les Tops 100 de pré-saison, ces formations ont fait pour leur entrée dans le Top 25.

Depuis leur départ en 1995 de la Conférence Metro qu’ils ont dominé pendant des années, South Florida n’a jamais été champion de conférence. Et même si l’université a goutté après plus de 13 ans d’absence aux joies du tournoi final de la NCAA en 2015, cette année, elle est bien partie pour une saison record.

Les Bulls ont enchaîné plus de 20 victoires consécutives dont une très significative contre #2 Florida State lors du 4ème match de la saison. Pendant cette série d’un mois, ils ont frappé 17 homeruns (la moitié de leur total de la saison 2016) avec un pitching staff qui a tourné à un ERA à 1.82. Les matchs de conférence n’ont pas encore débuté en AAC mais le record des floridiens (21-2) peuvent leur permettre de nourrir des légitimes ambitions.

L’attaque des Bulls fait des ravages en ce moment, avec la 27ème meilleure moyenne au bâton du pays (.310).

Au rang des départs canons, on peut aussi évoquer Florida Gulf Coast, qui a réalisé le meilleur début de l’histoire du programme. Ils détiennent un record de 20-3 avec notamment un sweep dans un série de deux matchs contre les Gators de #3 Florida et une victoire contre #2 Florida State à la mi-mars. Pas mal pour cette formation qui vient de vivre deux saisons très compliquées.

Classés désormais #12 par Baseball America (jamais dans leur histoire ils n’avaient été autant estimés), ils ne leur restent plus qu’à assumer leur tout nouveau statut lors des matchs de conférence. Pour cela ils pourront s’appuyer sur une rotation de lanceurs de bouillante (3.18 ERA) emmenée par leur SP junior, Kutter Crawford (26 IP, 1.04 ERA).

Dans la très relevée conférence SEC, évoquer Auburn n’aurait pas été une de nos priorités en début d’année même s’ils étaient de sérieux outsiders. Près de 20 ans après avoir gagné leur dernier tournoi de conférence, les Tigers frappent fort d’entrée. Ils restent sur une série de 8 victoires dont un sweep infligé à #5 Florida la semaine dernière. Classé #20 par D1baseball.com, ils ont fait leur retour dans le Top 25 pour la première fois depuis 2015. Leur record général de 19-5, agrémenté par un 4-0 en SEC, est d’excellente augure pour cette formation emmenée par deux très bons SP, Casey Mize (0.3 ERA) et Keegan Thompson (0.78 ERA).

Auburn a mis les Gators au tapis !

Enfin Baylor se rappelle à notre bon souvenir. Les Bears, 12 ans après avoir atteint Omaha pour la dernière fois, sont revenus sur le devant de la scène. Même pas cités par les spécialistes en début d’année, ils affichent désormais un record de 17-4 (1-2 Big 12) et sont classés #22. Ils ont commencé par une série de dix victoires avec notamment des succès début mars contre #20 Ole Miss et #25 Texas A&M. Néanmoins leur récente série perdue dans le cadre du Big 12 contre West Virginia met un sérieux bémol à des Bears fringants à l’image de leur lanceur freshman Cody Bradford (34 IP, 2.38 ERA).

On aurait pu parler aussi de #19 Kentucky (17-7, 4-1 SEC) et #25 Oklahoma (21-4).

Où en sont les champions en titre ?

Nous vous en parlions brièvement plus haut, Coastal Carolina fait clairement partie des petites désillusions de ce début d’année. Passés de la petite Big South Conference à la plus relevée Sun Belt à l’intersaison et bien plus attendus après leur sacre surprise, les Chanticleers possèdent un record général de 13-9 et 2-2 en Sun Belt après leur série perdue (une première depuis 2015 !) contre Texas State.

Un mauvais départ explicable par un ERA très médiocre (4.90, 167ème overall) symbolisé par les mauvaises performances (4 starts, 6 matchs, 6.83 ERA) du senior Andrew Beckwith, All-American de pré-saison, d’habitude fer de lance de la rotation des lanceurs. Leur série contre #16 UL Lafayette, qui se jouera du 7 au 9 avril sera déjà cruciale.

Les grosses performances de ce premier mois de compétition :

Matt Kent, le releveur de Xavier (12-10) est complètement irresistible, il a lancé 21.2 manches avec un ERA à 0 et 14 strikeouts à la clé. Le sophomore de l’Etat du Cincinnati continue sur sa bonne dynamique de la saison dernières (13 matchs, 8 starts, ERA 3.20).

Erik Ostberg, catcher et DH d’Hartford (3-10, 1-1 AEC) est en plein boom après une grosse saison de sophomore, il a la deuxième meilleure moyenne au bâton du pays (.523), un slugging % à 1.000 et 4 homeruns. En bonus, une interview de cette pépite en exclusivité pour Midnight on Campus…

On termine par Quincy Nieporte, 1B de Florida State (17-7, 5-3 ACC), non drafté l’an passé après une année de junior assez médiocre eut égard à son niveau lors de sa saison de sophomore semble plus en forme que jamais. En 20 matchs, il fait aussi bien que sur l’ensemble de la saison 2016 en terme de homeruns (6 contre 5) et de RBIs (34, meilleur total du pays contre 38).