Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Geoff Burke, USA TODAY Sports)

Flashback et perspectives pour les équipes qualifiées de la conférence Big Ten

Le coup de tonnerre de Michigan pour un tournoi haletant

L’édition 2017 du tournoi de la Big Ten promettait des surprises après une saison particulières pendant laquelle plusieurs équipes, à l’image de Minnesota, ont connu une trajectoire en dents de scie. Ainsi, comme à son habitude, le tournoi de la Big Ten paraissait à priori très ouvert malgré un groupe de favoris. Dans l’histoire du tournoi, quel que soit le seed de l’équipe du #1 au #11, tous sont allés au moins une fois en finale. 10 programmes différents dans l’histoire ont participé à ce match pour le titre, et seulement 3 finales (2004, 2006, 2007) ont opposé le #1 au #2.

Cette année, pour ajouter encore à l’incertitude du tournoi, des équipes non-habituées des sommets ont dominé la saison, à l’image de Northwestern.

Purdue a abordé le tournoi en favori après avoir été sacré champion de saison régulière pour la 23e fois (record de la conférence) avec 25 victoires et 7 défaites (14-4 en conférence). Menés par le joueur de l’année en Big Ten Caleb Swanigan, impressionnant tout au fil de la saison (18,5 points, 12,6 rebonds et 2,9 passes), les Boilermakers étaient favoris pour le titre devant Maryland, Wisconsin et Minnesota qui s’est relevé de sa série de 5 défaites en milieu de saison en gagnant 9 de ses 10 derniers matchs en patron.

Des surprises au programme

Dès le tour préliminaire, le premier upset du tournoi survient avec la victoire de Rutgers, auteur d’une saison catastrophique, sur les Buckeyes d’Ohio State qui, bien qu’ils aient eu beaucoup de difficultés cette saison et depuis les départs d’Aaron Craft puis D’Angelo Russell plus généralement, auraient du être de l’aventure plus longtemps que cela

Le deuxième jour du tournoi est plus calme avec les victoires logiques de Northwestern (sur Rutgers), Michigan State (sur Penn State) et Michigan (sur Illinois, dont le coach John Groce a été viré suite à cette bévue). Seule la défaite d’Indiana, seed 10, sur Iowa, est une demi-surprise.

Les quarts de finale ont véritablement marqué le tournant de la semaine avec la défaite de #1 Purdue contre #8 Michigan dans un match étouffant que D.J. Wilson (26 points) et les siens ont finalement terminé sans trembler. Northwestern, équipe solide tout au long de la saison, a également surpris #3 Minnesota en s’imposant avec 8 point d’avance pour rejoindre Wisconsin, logique tombeur d’Indiana, en demi finale.

Non satisfaits de leur épopée déjà magnifique, les Wolverines n’ont fait qu’une bouchée des Terrapins pourtant en grande forme sur cette fin de saison. Michigan a mené la rencontre de bout en bout, avec un D. Walton Jr. (29 points) des grands soirs à la baguette.

Dans l’autre demi-finale, les Badgers ont mis fin à la belle saison de Northwestern, en Big Ten en tout cas puisque les Wildcats participeront au tournoi finale pour la première fois de leur histoire avec l’espoir d’y faire plus que de la figuration.

Une finale au sommet entre les Badgers, dominant toute la saison malgré une fin d’exercice difficile et les Wolverines, irréguliers mais capables de belles performances parfois. Si le score final, 71-56, ne le laisse pas percevoir, la rencontre fut intense et serrée pendant plus de 35 minutes. Avec une défense très appliquée et dure sur l’homme, Michigan a pu rapidement prendre l’avantage et se battre de l’autre côté du terrain pour le conserver, avec succès. Sur un nuage, ils ont shooté à 56,3% de réussite contre 39,3% seulement concédés à Wisconsin. Le momentum était clairement pour Michigan et ils ne l’ont pas laissé filer.

Ils s’imposent finalement pour le premier titre de conférence de l’histoire de la fac. Emu, le coach John Beilein s’adressait à ses joueurs avant de couper les filets :

« Vous allez revenir dans 20 ans et ce trophée sera toujours là, et vous parlerez de ces cinq jours à vos petits-enfants et ce qu’il s’est passé. Vous l’aimerez pour toujours. »

Une semaine aussi magique qu’incroyable pour les joueurs de Michigan qui repartent avec des souvenirs dans la tête mais aussi autour du cou. Ils doivent vite se reconcentrer, comme les Badgers, pour aborder le tournoi final avec la même hargne qui leur a permis de chercher cette magnifique victoire.

Les équipes qualifiés pour la March Madness

Wisconsin Badgers, #8, EAST. 25v-9d (12v-6d en conférence).

 Les Badgers ont connu une petite baisse de régime en fin de saison mais cela n’enlève rien à la performance livrée depuis novembre. Derrière le duo brillant Ethan Happ (14 points de moyenne à 58% de réussite et des performances de patron) – Bronson Koenig (14 points de moyenne) et sous les ordre de Greg Gard, ils seront une équipe très difficile à jouer qui pourrait bien jouer les poils à gratter dans cette région est. Leur fin de saison compliquée (6 défaites en 10 matchs) a fait baisser leur côte mais ils ont le calibre nécessaire pour réagir et revenir fort pour ce tournoi final. Forts de leur secteur intérieur prolifique et de lignes extérieures adroites de manière générale, ils devraient passer le premier tour contre Virginia Tech à priori. Si le deuxième tour, avec une potentielle rencontre contre #1 Villanova pourrait bien marquer la fin de leur aventure, il ne faut pas les enterrer trop vite : ils sont capables, sur une soirée, de sortir le match qu’il faut pour continuer leur route…

Prédiction : 2e tour.

Michigan State Spartans, #9, MIDWEST. 19v-14d (10v-8d en conférence).

Les Spartans version 2016-2017 sont compliqués à cerner… De la même façon que leurs adversaires au premier tour, Miami, ils ont connu un parcours en dents de scie tout au long de la saison, pouvant enchaîner des petites séries de victoires comme des petites séries de défaites, sans jamais réussir à être régulier. Favoris la saison dernière, les Spartans ont probablement encore en tête l’upset qui a brisé leurs rêves. Ils étaient prédestinés à revenir cette saison pour une nouvelle chance, mais les blessures ont une nouvelle fois cassé leur dynamique. Dans ce contexte particulièrement compliqué, Michigan State aura fort à faire pour rester en vie dans cette March Madness 2017. 

Prédiction : 1er tour.

Purdue Boilermakers, #4, MIDWEST. 25v-7d (14v-4d en conférence)

Purdue a gagné la saison régulière contre toute attente. Purdue a craqué dans le tournoi de la Big Ten contre une équipe de Michigan lancée à pleine vitesse. Mais Purdue va revenir fort pour la March Madness. Les Boilermakers n’ont en aucun cas rendu les armes malgré la déception du tournoi de la Big Ten. Avec l’un des meilleurs pourcentages de passes décisives et l’un des secteurs intérieurs les plus dominants à l’image de Caleb Swanigan, le tout sous la houlette de excellent Matt Painter, Purdue ne vient pas pour jouer les seconds rôles. Si le premier tour contre Vermont devrait être une formalité, même si la March Madness n’est jamais si certaine, le second tour probable contre Iowa State promet une opposition de style entre le jeu posé des Boilers et le jeu de transition des Cyclones. Purdue pourra-t-elle résister au jeu rapide qui leur fait défaut ? Tout dépend de leur capacité à imposer leur rythme sur demi-terrain et à trouver leurs intérieurs.

Prédiction : Sweet Sixteen.

Michigan Wolverines, #7, MIDWEST. 24v-11d (10v-8d en conférence).

Forts de leur épopée victorieuse lors du tournoi de la Big Ten, les Wolverines abordent le tournoi gonflés à bloc et sur la meilleure des dynamiques. Attention cependant à ne pas se faire surprendre par excès de confiance. Les Wolverines savent qu’ils ne sont pas la meilleure équipe de la ligue, mais ils connaissent leurs forces et leurs faiblesses et savent, comme ils l’ont montré lors de la Championship week, jouer en fonction d’elles. La fin de saison en trombe des Maize and Blue ne doit pas faire oublier leurs difficultés de début d’exercice. Michigan est capable de gagner son premier match contre Oklahoma State, mais la suite s’avère compliquée avec une potentielle rencontre face à Louisville. Même avec le momentum du moment, les Wolverines paraissent trop faibles pour aller plus loin.

Prédiction : deuxième tour.

Northwestern Wildcats, #8, WEST. 23v-11d (10v-8d en conférence). 

Après une première partie de saison très réussie, Northwestern a abordé la phase de conférence en contender. Pendant un temps, ils ont même dépassé ce rôle en tenant tête aux cadors de la conférence. En fin de saison, ils se sont finalement un peu affaissés, n’enlevant rien à leur performance des premiers mois de la saison (premier bilan d conférence positif en 49 ans). Pour leur première March Madness de l’histoire (seule université du Power Five qui n’y avait encore jamais participé), les Wildcats auront à cœur de faire briller leurs couleurs. Cependant, l’équipe de Vanderbilt qui se dresse sur leur chemin au premier tour est également bien armée pour ce tournoi. La rencontre est assez indécise mais les Wildcats ne sont pas forcément les favoris pour ce premier tour. Si ils parviennent à éliminer les Commodores, leur histoire ne devrait pas continuer de s’écrire après le premier tour puisque le potentiel match contre Gonzaga dans le Round of 32 paraît extrêmement compliqué.

Prédiction : éliminés dès le premier tour

Maryland Terrapins, #6, WEST. 24v-8d (12v-6d en conférence).

Quelle saison pour Maryland. 20 victoires sur les 22 premiers matchs avec certes un calendrier sans trop d’embûches, mais les Terrapins ont été chercher chacune de ces victoires. Malgré un bilan moins enthousiasmant (4v-6d) sur la fin de saison avec un calendrier plus corsé, Maryland a prouvé l’étendue de son talent. 2e de la Big Ten en saison régulière, ils ont pu s’appuyer sur un excellent Melo Trimble (17 points, 3,7 rebonds et 3,7 passes de moyenne) pour imposer leur jeu chaque soir. Leur défaite anticipée dans le tournoi de la Big Ten leur a certes assené un coup au moral, mais leur a laissé le temps de se remobiliser et de s’entraîner pour la grande danse finale. Les Terrapins seront des adversaires revanchards et redoutables.Souvent plus performants à l’extérieur qu’à domicile, ils devraient se plaire dans la salle d’Orlando pour leurs deux premiers matchs. Xavier semble plus faible, mais les Terps pourront ils faire plier la défense de Florida State qui devrait, à priori, les rejoindre au second tour ? Signeront-ils leur deuxième Sweet Sixteen consécutif ? Rien n’est moins sûr, mais ils en ont en tout cas la capacité.

Prédiction (audacieuse) : Sweet Sixteen.

Minnesota Golden Gophers, #5, SOUTH. 24v-9d (11v-7d en conférence).

Difficile de prévoir ce que nous réservent les hommes de Richard Pitino, coach de l’année en Big Ten, pour cette March Madness. Après une saison surprenante (5 défaites consécutives en milieu puis 9 victoires sur les 10 derniers matchs), les Golden Gophers sont capables du meilleur comme du pire dans ce tournoi. Le travail de Pitino et de ses joueurs a payé et Minnesota se retrouve avec un seed 5 presque inespéré en début de saison. Attention toutefois à Middle Tennesse qui se plait bien contre les adversaires de Big Ten en March Madness, Michigan State peut en témoigner. Un rencontre dangereuse pour Minnesota qui est peut-être en sur-régime après cette saison pleine de rebondissements.

Prédiction : deuxième tour.

Plus de lecture ?
“A day with USC” : comment les recrues sont devenues des Trojans