Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Kansas Athletics)

F.B. What ? La belle semaine de Bill Self à Kansas

Le FBI est un peu le cadet des soucis de Bill Self, et pourtant, la NCAA a annoncé cette semaine qu’elle allait filer des punitions au cours de l’été (sans doute que Kansas fera partie de la tournée).

Après l’éclatement et la propagation de l’affaire de corruption en basketball universitaire, Kansas s’était un peu fait oublier… pour mieux frapper deux grands coups en une semaine de ce mois de juin !

Ces deux énormes additions permettent de consolider le statut de #1 de la pré-saison des Jayhawks.

 

La dernière recrue du Top-50 non-engagé à Kansas

 

La belle semaine a commencé avec le recrutement du prospect 4-étoiles, Jalen Wilson.

Le Texan, qui avait dans un premier temps donné son accord à Michigan, était revenu sur sa décision de rejoindre les Wolverines après le départ de l’emblématique entraîneur John Beilein. Évidemment, le talentueux prospect a reçu une ribambelle d’offres une fois son processus de recrutement ré-ouvert, et notamment Kansas, qui s’était déjà manifesté auparavant (pendant la saison senior du joueur).

“J’ai choisi Kansas parce que c’est un programme réputé, qui joue le titre national chaque année. Je peux tellement apporter à cette équipe et je peux réellement m’épanouir là-bas. Rejoindre un programme que vous aimez depuis tout petit, c’est comme un accomplissement dans votre vie. Je suis heureux”.

Classé #50 de la classe de recrutement 2019 (247 Sports), Jalen Wilson devient ainsi la meilleure recrue de la promotion pour les Jayhawks, juste devant Tristan Enaruna (#61).

Jalen Wilson peut défendre sur plusieurs positions, possède un tir fiable et n’hésite pas à agresser le cercle. Toutefois, un passage à la salle de musculation va lui faire le plus grand bien car on sait bien que la différence physique des intérieurs entre le High School et la NCAA est immense. Mais il reste une excellente addition pour Kansas, lui qui briguera une place de titulaire assez rapidement dès sa saison de freshman.

 

 

Mais avant, Kansas avait récupéré un transfert de poids

 

Quelques jours avant le recrutement de Jalen Wilson, le transfert de Isaiah Moss, la gâchette d’Iowa, vers Kansas avait été officialisé.

Là-aussi, les Jayhawks piquent un prospect qui venait juste de revenir sur sa décision d’aller à Arkansas, une belle habitude (ou le hasard). Gros shooteur, l’ailier tournait à 9.2 points et 2.9 rebonds de moyenne la saison dernière chez les Hawkeyes, avec 42% de réussite à longue distance (4ème meilleur joueur de la Big Ten).

Il ne reste à Isaiah Moss qu’une seule année d’éligibilité en basketball universitaire et pourra donc jouer dès la saison qui se profile, grâce à son statut de “grad transfer”.

Il est vrai qu’il manquait un véritable shooteur à Kansas. Isaiah Moss est donc le chaînon manquant dans le groupe de Bill Self. Ce dernier se réjouit de récupérer à la fois un pur shooteur mais aussi un joueur d’expérience.

“Il est vrai que notre priorité numéro 1 au cours de cette intersaison était de trouver un joueur capable d’étirer les défenses avec son tir extérieur. C’est chose faite avec Isaiah et je suis très content. Quand il sera sur le parquet, on adoptera un jeu différent pour le mettre dans les meilleures conditions. On sera redoutable.”

Cette addition au roster de Kansas est extrêmement intéressante, tant le joueur apportera un vent de fraîcheur dans le jeu stéréotypé des Jayhawks.

Kansas semble armé comme jamais pour viser le titre national, avec un savoureux mélange entre expérience et jeunesse, malgré des départs importants pendant l’intersaison (Dedric Lawson en direction de la NBA Draft, Charlie Moore, Quentin Grimes et K.J. Lawson en instance de transfert).

Une nouvelle fois, une lourde pression pèse sur les épaules de Bill Self, qui ne devra pas se louper comme il en a l’habitude (surtout avec les jeunes joueurs). En tout cas, l’affaire du FBI n’a pas tant redistribué les cartes au sein du paysage universitaire.

The rich get richer, as always.”

 

Plus de lecture ?
Sam Cunliffe Evansville
“A day with Evansville” : Sam Cunliffe prêt à rebondir avec les Purple Aces