Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Austin Peay Governors vs Murray State Celebration 2020
(Crédit photo : Henry Taylor - The Leaf-Chronicle)

“Road to March” : la situation (actuelle) en OVC… avec un fauteuil pour trois

Le mois de mars est lancé et les derniers instants de la saison régulière en basketball universitaire ont débuté. Alors que la plupart des conférences connaissent plus ou moins leur futur champion, d’autres conférences sont beaucoup plus indécises… et le tournoi de conférence OVC s’annonce incroyable.

Certes, la conférence a perdu gros à l’intersaison avec le départ de ses 2 têtes d’affiche, Dylan Windler et Ja Morant. Alors que l’on prévoyait une saison de transition pour la plupart des cadors, la saison régulière a été digne des derniers exercices avec une lutte intense à 3.

Belmont, le favori, a tenu son rang mais a partagé le titre de saison régulière avec Murray State, qui a bien digéré l’après Ja Morant. Austin Peay suit derrière à une seule victoire du duo. Une nouvelle fois, le mois de février a été difficile et il met fin à un possible couronnement au sommet de l’OVC. Ah, les vieux démons.

Le classement final en Ohio Valley Conference à l’issue de la saison régulière :

Le tournoi de conférence a débuté ce mercredi avec le premier tour, qui honnêtement, ne sera pas un must-see. Par contre, le possible match entre Murray State et Austin Peay en 1/2 finale, c’est du pain béni.

La composition complète du tournoi en OVC :

Le favori : Belmont Bruins (24-7, 15-3 en OVC)

Désigné favori en pré-saison, Belmont assume son statut de nouveau patron en OVC avec un titre de conférence. Mais, que la compétition a été rude.

Sans Dylan Windler et sans son emblématique head coach, Rick Byrd, parti à la retraite, les Bruins avaient déjà anticipé cette rude transition avec un effectif assez jeune. Il fallait tout de même un nouveau patron. Alors qu’on attendait le pivot sophomore Nick Muszynski ou le senior Tyler Scannion (transfuge de Boston U), un autre visage a émergé.

Adam Kunkel a explosé cette saison après une saison de freshman assez pauvre (moins de 10 minutes de jeu), barré par Dylan Windler. Et il en a profité pour devenir le meilleur marqueur de Belmont avec 16.6 points de moyenne.

Adam Kunkel Belmont Bruins vs Boston College 2019
(Crédit photo : M. Anthony Nesmith – Icon Sportswire via Getty Images)

Vous vous souvenez du profil de Dylan Windler ? Un scoreur élégant qui sanctionne la défense dans n’importe quelle position sur le parquet ? Adam Kunkel est la copie conforme de son ainé, tout simplement.

Le secteur intérieur, composé de Tyler Scannion (qui apporte expérience et polyvalence) et du bon vieux Nick Muszynski (qui terrasse les raquettes adverses), porte Belmont. Une mention au sophomore Grayson Murphy, quatrième option offensive, qui a progressé de manière assez incroyable à l’image de Adam Kunkel.

L’avenir est si prometteur pour Belmont. Ce qui est assez indécent en sachant que les Bruins tournent déjà bien en 2019-20.

L’outsider n°1 : Austin Peay Governors (20-11, 14-4 en OVC)

La saison dernière, Austin Peay se présentait comme le quatrième larron dans la course effréné au titre dans la conférence. Mais les Governors ont terminé leur saison régulière en eau de boudin, avec une 4ème place finale et un seed moins facile lors du tournoi.

Les fans étaient quand même optimistes en vue de cette saison.

C’était le moment pour Austin Peay de se montrer et d’être crédible pour le titre en OVC. Malgré un énième mois de février délicat, les Governors terminent à seulement 1 victoire du duo de tête à cause d’un non-match total pour finir à Murray State (75-61).

Le mot “frustration” est celui qui me revient immédiatement dès que je parle de Austin Peay. Là aussi, une génération a tiré ses adieux en 2019. Heureusement, un nouveau duo de leaders a vu le jour.

Terry Taylor Austin Peay Governors vs Tennessee State 2020
(Crédit photo : Henry Taylor – The Leaf-Chronicle)

Terry Taylor (21.4 points, 10.8 rebonds) et surtout le freshman Jordyn Adams (17.8 points, 3.3 rebonds et 2 passes) sont primordiaux pour leur équipe. Ce sont les deux seuls vrais apports offensifs. Austin Peay joue small ball avec Terry Taylor au poste 4 (alors qu’il est plutôt ailier), ce qui est délicat contre des équipes avec un fort secteur intérieur. Mais cela laisse aussi un petit avantage sur le plan de l’attaque lorsque Terry Taylor prend prendre l’avantage face à un joueur plus lent.

Le seul problème concernant Austin Peay réside sur le plan défensif. Et on sait pertinemment que sans une défense productive, le tournoi peut rapidement se terminer. Surtout que les Governors sont jeunes avec un backcourt de freshman (Carlos Paez et Alec Woodard). Pour un total de 3 freshmen dans le cinq majeur.

Le tournoi est un bon test pour la suite, mais en tout cas, c’est prometteur.

L’autre outsider : Murray State Racers (22-8, 15-3 en OVC)

L’ancien patron de la conférence OVC, Murray State, a tourné l’une de ses plus belles pages de son histoire avec Ja Morant. Celui-ci a mis en lumière les Racers, qui attirent dorénavant les prospects de talent dans ses rangs.

Mais, à l’instar de Belmont, le programme avait anticipé en couvant une nouvelle pépite : Tevin Brown.

Il était déjà à son aise avec Ja Morant au cours de son année de freshman. Presque 12 points de moyenne, malgré des gros doutes sur le fait qu’il puisse récupérer le leadership de l’équipe. Mais qu’on était naïf. Tevin Brown noircit la feuille de match comme son mentor avec 17.7 points, 4.6 rebonds et 3.6 passes de moyenne en tant que sophomore.

Et, avec une marge de progression visible, on ne se fait pas de souci pour la pérennité des Racers.

Tevin Brown Murray State Racers 2020
(Crédit photo : David Butler II – USA TODAY Sports)

Avec une belle équipe, des joueurs qui apportent dans leur domaine respectif et un banc qui s’ouvre plus facilement, il faut dorénavant compter sur Mmurray State en OVC.

Après 2 ans en JUCO, Darnell Cowart avait bien réalisé la transition en Division I et on attendait l’intérieur encore plus dominant et avec plus de responsabilités. Malheureusement, une blessure l’a tenue éloignée des parquets pendant la première partie de saison. Il revient petit à petit mais il a tout de même perdu sa place de titulaire.

En son absence, le sophomore K.J. Williams a pris sa chance et est devenu une solution de remplacement plus que viable. Il forme une doublette d’intérieurs complémentaire avec le travailleur de l’ombre, le senior Anthony Smith. Williams et Cowart se partage le temps de jeu et l’on sait que c’est un avantage d’avoir un intérieur dominant en sortie du banc.

Murray State peut clairement jouer une place à la March Madness cette saison. Assez inespérée quand même après la perte de sa superstar à l’été.

Les paris de Julien : Eastern Kentucky Colonels (15-16, 12-6) et Eastern Illinois Panthers (16-14, 9-9)

Pour être honnête avec vous, je ne vois pas un autre programme créer la surprise en OVC. Le trio de tête est au-dessus de toute concurrence. Mais, nous sommes en mars et la magie du tournoi de conférence opère toujours.

Eastern Kentucky a terminé 4ème de la conférence avec un bilan plus qu’honorable. Cela contraste un peu avec une première partie de saison horrible. 2 blowouts subis contre Kentucky et Louisville et seulement 3 victoires globales. Toutefois, le calendrier difficile a fait du bien au programme, qui a repris sa marche en avant, sans pour autant battre un seul représentant du Top-3 en OVC.

Il faudra surveiller le sophomore Jomaru Brown, qui affiche plus de 18 points de moyenne avec les Colonels.

Pour Eastern Illinois, même son de cloche. Mais les Panthers ont un petit avantage par rapport à Eastern Kentucky : le programme a battu Murray State puis Belmont à domicile, en deux matchs, à la mi-février.

Du coup, on se pose la question d’un possible remake d’un upset lors du tournoi. De l’expérience au sein de l’effectif, une équipe qui prend des risques défensivements, toujours dans la recherche de l’interception, cela peut être la bonne formule pour des upsets.

Du coup, on pose un “all-in” sur qui ?

C’est vraiment difficile d’émettre un quelconque pronostic sur qui gagnera le tournoi de conférence. Belmont semble au-dessus, Murray State est imprévisible et Austin Peay, bien qu’inexpérimenté, possède l’insouciance de la jeunesse.

Bon, au final, Belmont remporte le tournoi. Murray State et Austin Peay se rendent au NIT, et tout le monde est content.

Plus de lecture ?
Devin Vassell Florida State 2020
“Zooming On” : Devin Vassell (Florida State), l’art de défendre