Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Marcus Sasser Houston Cougars vs Cincinnati Week 17 2020
(Crédit photo : AP Photo - Michael Wyke)

“Road to March” : la situation (actuelle) en AAC… et une lutte acharnée pour le titre

Le mois de mars est lancé et les derniers instants de la saison régulière en basketball universitaire ont débuté. Alors que la plupart des conférence connaissent plus ou moins leur futur champion, d’autres conférences sont beaucoup plus indécises… et c’est le cas en AAC.

Une lutte à 4 universités se dessinent après les matchs du week-end dernier. Qui obtiendra le titre de conférence, et mieux, son ticket pour la March Madness ? On donne un début de réponse (mais c’est dur).

Un premier tournant dans la course au titre en AAC s’est déroulé au cours du week-end. Les confrontations directes entre équipes briguant le titre permettent d’y voir un petit peu plus clair (même si cela reste difficile de prédire quoi que ce soit tant le niveau entre les 6 premiers est homogène).

La classement complet en conférence AAC à l’heure actuelle :

Le grand favori : #21 Houston Cougars (22-7, 12-4 en AAC)

Doit encore affronter : @ UConn (6/03), vs Memphis (08/03)

Bien que favori pour le podium lors de la pré-saison, on n’attendait pas Houston aussi dominant en 2019-20.

Les Cougars se sont imposés dimanche soir contre un concurrent direct, Cincinnati (68-55), avec une réelle maîtrise. L’équipe excelle dans le domaine du rebond, où, c’est simple, elle a pris plus de rebonds offensifs (22) que défensifs (21) durant cette rencontre.

Mais, Houston est surtout une équipe portée sur l’offensive et qui défend plutôt bien dans le secteur intérieur et près du cercle (les Cougars ont des aficionados de la défense laxiste chez les extérieurs mais ils peuvent défendre dur quand il le faut sur certaines séquences).

Le sophomore et transfuge de Kansas, Quentin Grimes, a rapidement pris ses marques et a porté Houston en début de saison. Mais, depuis quelques temps, il est gêné par une petite blessure à la hanche qui réduit considérablement son apport et son temps de jeu.

Quentin Grimes Houston Cougars vs Texas State 2020
(Crédit photo : Houston Athletics)

Mais, en son absence, c’est le freshman Marcus Sasser qui a augmenté son niveau.

Gros scoreur au lycée et très adroit à longue distance, il n’hésite pas à dégainer rapidement en catch-and-shoot ou après un dribble. Face à Cincinnati, il a montré l’entendue de son talent avec 21 points (5/12 à trois points) et 6 rebonds.

Toutefois, la grande force de Houston réside dans la profondeur de son banc. Une rotation de 9 joueurs avec de la jeunesse et de l’expérience. Le +30 contre Tulsa montre que les Cougars semblent au-dessus. Et puis, ils perdent de 1 point contre Memphis ou encore SMU (après 2 OTs).

Au complet et avec Quentin Grimes à 100%, je ne vois pas qui peut contester la suprématie de Houston. La March Madness se profile pour les Cougars. Attention, ils sont l’équipe piège par excellence.

La surprise du chef : Tulsa Golden Hurricane (20-9, 12-4 en AAC)

Doit encore affronter : @ Temple (05/03), @Wichita State (08/03)

S’il y a bien un programme que l’on attendait pas aussi haut en AAC, c’est bien Tulsa. Mais force est de constater que le Golden Hurricane a répondu présent et possède ce petit plus qui risque de faire la différence : l’expérience.

En effet, l’effectif est composé d’un noyau dur de juniors et de seniors, où très peu de sophomores et de freshmen obtiennent des minutes. Tulsa n’a pas vu son effectif renouvelé depuis 2 ans, et c’est donc logique qu’il joue les premiers rôles. Les cadres connaissent les exigences des matchs de conférence.

Ce qui frappe quand on regarde les matchs du Golden Hurricane, c’est la prestation défensive de haut niveau.

Cela défend de manière très disciplinée, les joueurs savent opérer des rotations efficaces et une bonne communication règne entre les protagonistes. Tulsa limite au maximum l’apport à 3-points de l’adversaire avec moins de 30% de réussite en moyenne, soit la 25ème meilleure défense du pays dans ce domaine. Sans oublier de la bonne agressivité qui provoque des pertes de ballon en masse.

Isaiah Hill Tulsa Golden Hurricane vs Memphis 2020

Défensivement, les joueurs sont au point. Cependant, c’est un peu plus difficile sur le plan offensif. Le différentiel entre l’apport du cinq majeur et du banc est surtout criant.

Oui, Tulsa ouvre son banc mais celui-ci manque réellement d’impact. Après, le cinq majeur réalise un tel travail des deux côtés du parquet que cela compense un peu.

Dernier point et c’est celui qui m’inquiète le plus : l’équipe se met au niveau de son adversaire. Contre les cadors, rien à signaler. Sauf que Tulsa a perdu des matchs “cadeau” contre UConn, UCF et n’était pas loin de se faire surprendre contre USF et Tulane.

Sur un tournoi de conférence, le Golden Hurricane est dangereux. Mais il manque cruellement un joueur capable de prendre une partie en main.

L’outsider n°1 : Cincinnati Bearcats (18-10, 11-5 en AAC)

Doit encore affronter : @ USF (04/03), vs Temple (08/03)

Cincinnati vit sur le fil du rasoir depuis quelques semaines : les Bearcars ont enchaîné 4 matchs terminés sur une prolongation en février. Et, avec un effectif moins fourni que ses principaux concurrents, cette série a infligé un énorme coup au physique des joueurs.

Ils ont tout de même répondu présents avec un succès contre Wichita State. Cependant, ils se sont inclinés dans la foulée, ce dimanche, à Houston.

Un motif permet de croire au titre en AAC : Jarron Cumberland.

Jarron Cumberland Cincinnati Bearcats vs Wichita State 2020
(Crédit photo : Albert Cesare – The Enquirer)

Le senior est en mission pour retrouver la March Madness pour sa dernière saison en NCAA aux côtés de son frère jumeau Jaevin. Très agressif vers le cercle, il attire naturellement les coups de sifflet des arbitres (ce qui peut être très frustrant pour l’adversaire). Contre les Shockers ? Il a tiré 22 lancers-francs… soit 5 de plus que toute l’équipe de Wichita State.

Jarron Cumberland reste un leader exemplaire qui n’hésite pas à prendre ses responsabilités, surtout dans le money time. C’est un prospect incroyable qui doit obtenir une chance en NBA.

Il est entouré par une armée de juniors et notamment un secteur intérieur très sous-estimé, avec Chris Vogt (11.4 points, 6.1 rebonds et 1.6 contres) et la machine à double-double Tre Scott (11.3 points et 10.5 rebonds).

Cincinnati est une équipe taillée pour les tournois avec une défense productive et un leader capable de se sublimer en cas de besoin. Le tout avec des lieutenants à son service.

Voilà pourquoi les Bearcats font partie des outsiders sérieux aux Cougars.

Le pari de Julien : Wichita State Shockers (22-7, 10-6 en AAC)

Doit encore affronter : @ Memphis (06/03), vs Tulsa (08/03)

Évidemment, il est impossible que je ne parle pas de mon université de cœur. (Je reste impartial sur les Shockers, mais, j’ai beaucoup à dire et je me retiens un peu pour ne pas porter l’oeil).

Clairement, Wichita State connait une saison de transition. Les derniers éléments de la génération dorée sont partis… mais les grandes attentes demeurent. Pourquoi ? Gregg Marshall.

On sait pertinemment que même si le niveau global au sein de l’effectif est plus faible (c’est faux) que les saisons précédentes, les joueurs restent morts de faims, se battent sur chaque ballon et jouent à 300%. C’est l’identité des Shockers. Mais, le problème, cette mentalité agressive ne se montre que par intermittence.

Il existe beaucoup de jeunesse, surtout sur les postes extérieurs.

Le deux meneurs sont freshman (Noah Fernandes et Tyson Etienne) et les deux leaders supposés, Erik Stevenson et Dexter Dennis, sont sophomores. Seul le pivot Jaime Echenique apporte réellement son expérience (et son jeu poste bas).

Dexter Dennis Jaime Echenique Wichita State vs SMU 2020
(Crédit photo : Ryan Michalesko – The Dallas Morning News)

Du coup, deux visages apparaissent parfois dans le même match : l’un d’une équipe agressive, qui joue ensemble et qui défend dur, et l’autre d’une équipe de cadets, qui perd des ballons bêtement, prend des tirs forcés et défend par intermittence.

Toutefois, malgré la frustration qu’engendre les matchs de conférence, Wichita State est capable de battre n’importe qui et n’importe quand.

L’aura de Gregg Marshall sublime ses joueurs dès que le mois de mars s’ouvre. Les deux prochains matchs contre Memphis et Tulsa seront joués contre deux concurrents directs. Les Shockers peuvent toujours croire au titre de conférence AAC : 2 victoires et c’est potentiellement un partage du titre de saison régulière (Houston doit perdre ses deux matchs et Cincinnati au moins un).

Mission impossible ? Quand on voit le match contre SMU, avec un comeback de 24 points en 15 minutes (avec un run final de 40-12 et une équipe qui joue enfin à son vrai niveau) et un banc plus concerné, on ne doit pas être serein chez la concurrence. Petite mention à Dexter Dennis, qui a connu une période très délicate avec des soucis de santé mentale et qui est revenu encore plus fort.

Oh, vous savez quoi ? Wichita State remportera le tournoi de conférence AAC et ira a minima eu Sweet 16. C’est annoncé.

Plus de lecture ?
NCAA Logo March Madness Ole Miss vs Xavier 2015
La NCAA se rapproche d’une rémunération pour l’image des athlètes-étudiants