Quion Williams AAU Southern Assault 2021
(Crédit photo : Gray Lion Media @graylionmedia_ - Southern Assault Basketball)

L’été studieux de Quion Williams en AAU, avec de belles universités en ligne de mire

Au coeur de la saison de basketball universitaire ou pendant l’intersaison, Midnight on Campus aborde les (potentielles) stars de demain : nos “Diamants Bruts”.  De futurs talents qui ont connu une saison de freshman intéressante et qui tentent de (re)lancer leur cursus dans une nouvelle école. Des prospects de Junior College qui arrivent en NCAA. Ou, plus osé, des joueurs inconnus qui méritent la lumière.

L’intersaison est un moment de repos (mérité) où la NBA Draft occupe les esprits.

Cependant, qui dit “été” dit aussi début du circuit AAU. Véritable vitrine (et machine à highlights) pour les meilleurs prospects lycéens, des talents méconnus émergent bien souvent lors de ces tournois… et c’est ce qui fait la beauté du AAU.

Pour ce premier épisode estival, on tourne le regard vers la talentueuse équipe texane de Southern Assault pour y découvrir Quion Williams. Le prospect 3-étoiles de la classe de recrutement de 2022 commence à se faire un nom au sein des plus prestigieux programmes du championnat universitaire.

(Et, pour la petite précision, ce ne sera pas le seul joueur de cette équipe de AAU à avoir le droit à sa chronique. #Teasing).

Un futur dans une grande université ?

Quion Williams est un prospect qui émerge du Texas, à Mansfield, pour être précis. Il évolue dans son lycée local de Mansfield Legacy où il excelle sur le parquet. On parle d’un poste 3 avec un profil physique bien atypique pour un tel poste : 1m93 pour 83 kilos.

Vous allez me dire : avec ces mensurations, ce n’est pas un extérieur plutôt frêle qui doit se faire bouger par ses adversaires directs ?

En High School ? Non.

Et en AAU ? Très peu.

La raison est qu’il est taillé physiquement. C’est un joueur robuste et athlétique sur le haut du corps, ce qui lui permet de prendre l’ascendant sur ses adversaires.

A date du 10 juillet 2021, Quion Williams est un prospect 3-étoiles selon 247 Sports et il vient de faire son apparition dans le Top-150 national (#137) au sein de la promotion en 2022 (ainsi que le 33ème rang au niveau des ailiers). Avec son début d’été assez studieux, le nombre d’offres universitaires qu’il possède actuellement est assez important. On compte, notamment, des écoles telles que Houston, Kansas State, Ole Miss, Saint Louis, TCU, Texas A&M ou Tulsa.

Récemment, Texas Tech et Oklahoma State sont entrés dans la danse avec des offres concrètes, alors que Gonzaga commence à se renseigner sur le profil du joueur.

Certaines grandes écuries (et Oklahoma State, S/O au bro @TheLonesomeCB) du Power Six se renseignent et se positionnent sur le joueur, qui est en train de prendre un nouveau statut.

D’ailleurs, Quion Williams a exposé un état des lieux chez nos confrères de Zagsblog concernant ses récentes visites.

Les infrastructures à Oklahoma State sont incroyables. Je ne vais pas dire que Cade Cunningham a donné une notoriété au programme de basketball, mais, c’est vraiment une université de football. Du coup, on s’attend à ce que les installations soient moins importantes pour le basketball mais pas du tout. Ce fut une agréable visite.

Lors de ma visite à Oral Roberts, j’ai été étonné par Paul Mills (head coach des Golden Eagles ; ndlr). La plupart du temps, le discours d’un entraineur lors d’une visite, c’est mettre en valeur leur programme et ce que l’on apportera à l’équipe. Avec Paul Mills, c’est le côté humain qui est mis en avant. Il m’a demandé quelles classes j’allais prendre et mon projet à l’université sur le plan scolaire. Il n’y a pas eu de discussion sur mon possible “fit” avec l’équipe, mais surtout ce que je vais faire en tant que personne et étudiant.

J’ai une bonne relation avec Phil Forte (entraineur assistant des Billikens de Saint Louis ; ndlr). Vous savez, une fois que vous avez fait la visite d’un campus, les entraineurs pensent que c’est acquis et vous laisse un peu en plan. Il m’envoie régulièrement des SMS, me demandant si ma journée s’est bien déroulée. Il y a une vraie volonté de me recruter et c’est toujours appréciable cette façon de faire.

Les offres s’accumulent pour Quion Williams.

Mais, dans sa tête, il a déjà dressé un projet clair concernant son annonce pour son futur en basketball universitaire.

Je vais devoir prendre une décision rapidement et une décision intelligente. Je souhaite finir avec ce processus de recrutement avant que ma saison de senior ne commence, histoire d’avoir les idées claires.

Un jeune joueur qui a la tête sur les épaules et qui sait ce qu’il veut ?

Pour un head coach, c’est toujours appréciable un tel comportement et une telle mentalité. Et c’est comme cela que l’on progresse. Aucune surprise si son début d’été a été tonitruant.

Se replacer au poste de meneur, loin d’une aberration pour Quion Williams

Alors, sur le papier, c’est un ailier.

Mais si l’on est honnête, il devrait se replacer aux postes 1 et 2 en NCAA et même dans le monde professionnel. Cela tombe bien. Il possède les caractéristiques pour évoluer dans ces positions extérieures, tout du moins en tant que meneur.

Pourquoi en tant que meneur ?

A la position d’arrière, vous devez représenter une menace offensive avec votre tir. Et le tir est l’un des points sur lesquels doit travailler Quion Williams.

Oui, il peut sanctionner une défense un peu laxiste sur du catch-and-shoot ou à 3-points. Mais ce n’est clairement pas sa force (et il ne forcera pas). Cependant, on le sait, le tir se travaille et Quion Williams semble être un joueur qui ne rechigne pas à travailler. Cela se remarque sur le circuit en AAU où il est plus à l’aise pour prendre des tirs. Il lui reste une saison entière pour développer sa mécanique et être adroit. Pas d’inquiétude, même s’il faut le souligner.

Son tir reste perfectible ; mais, le reste, c’est vraiment intéressant.

Sa défense sur l’homme, notamment. Il est proactif sur chaque possession, il joue à l’énergie ainsi qu’avec son physique et il fatigue ses adverses directs. Il reste tout de même à voir ce que cela peut donner à l’échelon supérieur. Mais il existe déjà une bonne base de travail.

Le plus gros point fort du joueur, c’est lorsqu’il agresse le cercle.

Quinn Williams est un formidable attaquant / slasher qui n’a pas peur de se frotter aux intérieurs adverses et qui absorbe bien souvent le contact pour finir près du cercle. C’est aussi un joueur qui aime faire le show… sans pour autant en faire de trop et qui ne cherche pas le dunk sur chaque action. On le sait, les vidéos highlights sont importantes pour les joueurs en AAU, et certains forcent un peu trop…

Ce n’est pas le cas de Quion Williams.

Il sait rester sobre et finir avec un petit lay-up pour assurer le panier. Il commence bien souvent ses un-contre-un de son côté fort lorsqu’il attaque le cercle. Petit bonus : il peut finir des deux mains (ce qui est une bonne chose).

Bon, je vous rassure, il sait aussi faire le show…

Son activité sur le parquet lui permet d’être efficace lors des situations de rebonds. Que ce soit un rebond offensif lorsqu’il essaie de gratter un ballon aux intérieurs adverses avec une petite claquette, ou alors, que ce soit un rebond défensif lorsqu’il apporte de l’aide à son équipe (avant de remonter le parquet et attaquer le cercle).

Quinn Williams aide aussi à la création, ce qui est une obligation en vue de son cursus universitaire, et on peut entrevoir une certaine vision de jeu et une qualité de passe qui reste perfectible, mais qui est présente.

Quion Williams devrait rendre heureux le staff de sa future université

Le circuit de basketball en AAU prône bien souvent l’aspect individuel des joueurs, qui veulent se montrer (et c’est normal). Quion Williams est pourtant un joueur capable de prendre les choses en mains quand il le souhaite. Mais, il pense à aider son équipe avec un travail de l’ombre avant de se mettre en avant par la suite.

Oui. En AAU.

Cela montre que Quion Williams est un joueur d’équipe. Un leader dans l’âme. Une personne qui s’intégrera dans n’importe quelle équipe en Division I. Et ce n’est pas un avantage négligeable dans un processus de recrutement.

Ma mentalité est simple : je veux gagner, peu importe le prix à payer. Les gens pensent que dès que vous avez une offre, le joueur ne fait plus les efforts et se désintéresse. Pas moi. je déteste perdre. Je m’en fiche que ce soit du “kickball”. Je veux gagner, point.

Quion Williams est un véritable coup de coeur. On voit qu’il possède une bonne mentalité et qu’il bosse dur pour atteindre son objectif. Ces efforts commencent à payer avec la multitude d’offres qui s’enchainent depuis quelques temps ; et c’est une juste récompense.

Il est vrai qu’il n’est pas encore prêt à 100% pour les exigences de la Division I en NCAA, notamment en prévision d’une possible transition au poste 1/2. D’autant plus qu’il lui faut un tir et un handle moins approximatifs.

Quion Williams reste un junior en High School.

Heureusement qu’il lui reste une marge de progression !

Je ne sais vraiment pas où il décidera de se joindre pour débuter son cursus universitaire. Mais, une chose est sûre : le staff qui l’aura sous ses ordres obtiendra une chance incroyable. Un prospect doué sur le parquet, qui peut devenir un leader dans le vestiaire, capable de s’effacer au profit de ses coéquipiers.

Je comprends mieux pourquoi Gonzaga s’intéresse à lui !