Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Micah Peavy Texas Tech Red Raiders vs Northwestern State Week 1 2020
(Crédit photo : John E. Moore III - Getty Images)

On attendait Nimari Burnett à Texas Tech, on profite (aussi) de Micah Peavy

Texas Tech réalise un très bon début de saison de basketball universitaire en 2020-21. Les hommes de Chris Beard, qui a signé samedi sa 100ème victoire à la tête des Red Raiders, présentent un beau bilan de 6-1.

Une seule petite défaite face à Houston (classé #17 au moment de la rencontre), au terme d’un match plus que plaisant, où les Cougars se sont imposés 64 à 53. Mais, cela a été l’occasion (pour moi) de découvrir un jeune joueur très talentueux.

Le freshman Micah Peavy, ce soir-là, a réalisé un excellent match en scorant 12 points (6/8 au tir).

Il m’a sauté aux yeux par son côté facile et smooth.

Au scoring, notamment, mais pas que.

Au nom du père et de l’entraineur

Micah Peavy est natif de l’Etat du Texas et plus précisément de Cibolo, dans les environs de San Antonio.

Son père, David, baigne et le fait baigner dans le monde du basketball depuis qu’il est petit. Un papa qui remplit aussi le rôle d’entraineur. Micah Peavy joue effectivement sous ses ordres durant ses années au prestigieux lycée de Duncanville, dans la banlieue de Dallas. Là-bas, il remporte le titre de champion d’Etat du Texas en 2019, avec Jahmi’us Ramsey, ancienne star de Texas Tech aujourd’hui en NBA.

Pour la petite histoire : Micah Peavy glane le titre honorifique de MVP du State Championship Game en posant 22 points et 13 rebonds.

Courtisé par plusieurs universités de renom telles que Tennessee, Michigan, Florida, LSU et bien d’autres, Micah Peavy opte finalement pour Texas Tech à quelques centaines de kilomètres de son domicile, dans la ville de Lubbock.

La présence de Chris Beard n’est pas étranger à cette décision.

En effet, le père de Micah Peavy, David, le connaît plutôt bien.

Je suis ami avec Chris Beard depuis 25 ans, depuis que nous avons 21 ans. C’était mon année de senior à UIW (University of Incarnate Word) et il était grad assistant.

déclare le paternel à Inside the Red Raiders.

On comprend un peu mieux comment et pourquoi Micah Peavy a atterri sur le campus de l’université de Texas Tech.

Même si c’est loin d’être la seule raison de sa venue à Lubbock.

Micah Peavy Jahmi'us Ramsey Champion Etat Texas Duncanville 2019
(Crédit photo : Ron Cortes)

Derrière les recrues phares à Texas Tech, une surprise en Micah Peavy

Micah Peavy est classé #43 de la promotion de freshmen en 2020, avec un statut de 4-étoiles, à sa sortie du lycée de Duncanville.

Il est en réalité la 3ème meilleure recrue de l’histoire de Texas Tech, juste derrière son ancien coéquipier au lycée Jahmi’us Ramsey (#32, 2019) et son actuel coéquipier Nimari Burnett (#34, 2020). Donc, une très bonne classe de freshmen pour des Red Raiders qui se veulent ambitieux et entourent au mieux Mac McClung, qui est arrivé de Georgetown sur transfert à l’intersaison.

Si le grand public plaçait beaucoup d’attentes en Nimari Burnett (à l’instar de Hugo dans la rédaction), c’est bien Micah Peavy qui surprend tout son monde en début de saison.

L’athlète de 19 ans a débuté chacune des 7 rencontres disputées par les troupes de Chris Beard et s’est trouvé un vrai rôle dans le collectif des Red Raiders. Cette belle marque de confiance se traduit par 6.9 points, 2.7 rebonds et 2.0 assists en quelques 22.6 minutes.

Une ligne de statistiques très correcte pour un première année, qui plus est dans le système bien huilé de Chris Beard.

Ses coups de chaud face à Northwestern State (14 points), en ouverture de saison, mais aussi contre Houston (12 points) ou Texas A&M-CC (12 points) témoignent bien des bon débuts du garçon en NCAA.

Micah Peavy possède un immense talent, c’est certain.

Mais il doit aussi faire face à de gros axes de progression.

Versatile, il peut être utilisé entre les postes 2 et 4 à Texas Tech et peut presque tout faire sur un terrain, en attaque comme en défense. Pourtant, il peut et doit aussi progresser partout, dans toutes les facettes du jeu, lui qui reste très brut.

Scoreur ultra smooth, il impressionne par son shoot à mi-distance, que l’on ne voit que trop peu souvent dans le basketball moderne. Le freshman tourne d’ailleurs à 50% au tir. Un tir qu’il doit, cependant, continuer à travailler dur. L’ailier n’a pris qu’un tir derrière l’arc (manqué), mais, il tourne surtout à un triste 2/12 sur la ligne des lancers francs.

Il ne faut, pour autant, pas tirer de conclusions hâtives à ce sujet.

La mécanique est là et les lancers finiront par rentrer. D’autant plus qu’on en est qu’au début de la saison et que ce n’est que peu représentatif. Il faut toujours un temps pour s’adapter aux parquets et à la pression du basketball universitaire, même sans fans présents dans les salles.

De plus, le #5 de Texas Tech a l’air bosseur, volontaire et déclare qu’il travaille sur son tir extérieur depuis l’été passé.

On ne demande qu’à voir.

C’est prometteur, d’autant plus dans un programme qui a vu éclore des pépites comme Zhaire Smith, Jarrett Culver ou autre Jahmi’us Ramsey durant l’ère de Chris Beard. Micah Peavy pourrait être le successeur de ces 3 joueurs avec lesquels il partage quelques similitudes évidentes. 

J’ai l’impression que Texas Tech va me préparer pour ce que je veux faire, qui est de jouer en NBA.

annonçait Micah Peavy au moment de son recrutement à Texas Tech.

C’est tout le mal que l’on peut lui souhaiter.

Des Red Raiders très ambitieux en Big 12

Les Red Raiders sont, depuis quelques années, considérés comme un programme fort en conférence Big 12. 

Cette saison ne fait pas exception.

Avec un effectif complet, profond et mené par Mac McClung, Texas Tech ne déçoit pas. Les freshmen Nimari Burnett et Micah Peavy sont présents pour l’entourer ; mais pas que. Les guards Terrence Shannon Jr., Kyler Edwards et Jamarius Burton, ainsi que l’intérieur Marcus Santos-Silva sont des éléments plus qu’importants du système mis en place par Chris Beard.

Et le système impressionne particulièrement en défense en cette fin d’année. Texas Tech fait partie des meilleures défenses du pays et n’accorde, après 7 matchs, que 51.6 points à l’équipe adverse. 

Chris Beard espère tirer le maximum d’un groupe homogène et ambitieux afin de connaître les joies d’une nouvelle belle aventure au March Madness. En espérant aller aussi loin, si ce n’est plus qu’en 2018 (Elite Eight) ou 2019 (Championship Game).

En tout cas, jusqu’ici, tout se passe bien pour Texas Tech.

Les Red Raiders sont tout de même classés 14e au AP Top 25 et continuent de nourrir de grandes ambitions pour la suite de la saison. Il faudra confirmer en cours de saison, pour Micah Peavy et pour le reste de l’équipe.

Prochaine étape : jeudi soir contre #5 Kansas (à 1h heure française).

Plus de lecture ?
Nah'Shon Bones Hyland Guard VCU Rams Célébration 2021
March Madness : nos pépites des Mid-Majors prêtes à exploser en mars