Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Providence Friars vs Creighton Big East 2020

Second Round : l’emprise de David Duke aide #7 Providence à dominer #2 Maryland

La MoC Madness continue avec le Second Round, où 8 rencontres seront résumées par les soins de la rédaction (avec l’aide de “faits alternatifs”) sur 2 jours consécutifs. 13ème épisode du tournoi : #2 Maryland contre #7 Providence.

Vous cherchez le bracket de notre compétition ? Un seul clic.

Vous ne comprenez pas le principe de la MoC Madness ? Les indications juste ci-contre.

Qu’est-ce que la MoC Madness ?

La March Madness a succombé à la pression du COVID-19. Mais, la rédaction de Midnight on Campus a sorti l’artillerie lourde pour conclure la saison de basketball universitaire sur une note (folle) digne du mois de mars : la MoC Madness.

Lors des 3 prochaines semaines, la MoC Madness reprend le flambeau du NCAA Tournament pour couronner un champion national… à notre propre sauce. Du First Round au Final Four, nous mettrons la main à la pâte afin de poursuivre la folie du mois de mars (au sens propre comme au sens figuré). 4 résumés plus ou moins plausibles par jour de compétition et 1 bracket rempli par nos soins.

Et, surtout, aux grandes occasions les grands moyens. 

Bastien a gentiment réquisitionné son chat, Mopti, pour désigner les vainqueurs de nos résumés originaux. Oui, sans blague. Vous souvenez-vous de Paul Le Poulpe ? Et bien, c’est le même concept (en beaucoup plus mignon). Notre plume s’occupe du reste en construisant des faits alternatifs et des scénarios selon les préférences initiales de Mopti.

Impartialité garantie. 

A la recherche de résultats à l’objectivité pure ? La MoC Madness n’est pas pour vous. En quête d’événements fictifs dans le simple but de se distraire ? Vous allez adorer. 

Le choix de Mopti : Providence


Si #2 Maryland partait favori au début du match, on savait que #7 Providence pouvait jouer des tours à n’importe quelle équipe lors de cette MoC Madness.

Les outsiders, venus de la côte Est des Etats-Unis, sortent d’une bien belle saison. Une saison où ils ont terminé à la 4ème place de la conférence Big East avec un bilan de 12-6 (malgré un record général de 19-12). Le bilan peut paraître moyen, mais, les hommes du charismatique Ed Cooley peuvent battre n’importe qui.

Des équipes comme Butler (#16), Creighton (#21), Seton Hall (#10) ou Villanova (#12) en ont déjà fait les frais lors des matchs de conférence.

Et, Providence a une nouvelle fois prouvé que les Friars étaient capables de tout face à Maryland.

Jalen Smith, trop esseulé, n’a pas pu résister à la performance collective de folie des Friars. Providence réussit un bel upset, mérité, face à Maryland (79-65) grâce à son envie, son courage et à la profondeur de son effectif. Oui, la petite université catholique a dominé la quasi-totalité du match.

Après une première mi-temps serrée (48-43), les Friars ont fait la différence en seconde mi-temps. En distançant vite les Terrapins, puis en maintenant l’écart, Providence s’est assuré une place au Sweet Sixteen.

La densité de Providence a eu raison de Jalen Smith

Maryland n’a pas montré son vrai visage dans ce match.

Peut-être tendue par la pression, la plupart de l’équipe n’a pas joué à son véritable niveau. La ligne arrière, pourtant performante sur la saison régulière, n’a pas su faire de véritable différence. Anthony Cowan Jr. (11 points), Aaron Wiggins (8 points), Darryl Morsell (6 points) et Eric Ayala (7 points) n’ont pas sorti un grand match.

Mais, un tel résultat final est aussi dû à l’excellente défense des guards de Providence tout au long du match.

Un seul joueur a réussi à tirer son épingle du jeu pour les Terrapins : Jalen Smith.

Jalen Smith Dunk Maryland Terrapins 2020
(Crédit photo : USA TODAY Sports)

Très bon sur la saison régulière (15.5 points, 10.5 rebonds, 2.4 blocks de moyenne), le sophomore a longtemps tenu son équipe à flot avant de craquer face à la profondeur de Maryland. Trop esseulé, le pivot a tout de même conclu le match avec 21 points, 13 rebonds et 4 blocks.

Une magnifique performance individuelle qui n’a pas suffit face à la force collective des Friars.

Le collectif des Friars a fait la différence

Avec 8 joueurs scorant au moins 5 points, Providence a démontré une profondeur immense et une densité de niveau assez dingue.

Alors que l’on attendait Alpha Diallo (14.1 points de moyenne) au scoring, le senior est passé quelque peu à côté de son match de ce côté là. Un vilain 3/12 aux tirs, (0/4) à 3-points, qu’il a tout de même bien compensé par son activité sur le terrain. Intelligent, l’ailier ne s’est pas frustré et a contribué sur les autres aspects du jeu pour terminer avec 9 points, 8 rebonds, 4 passes et 3 interceptions.

Du coup, c’est le reste de l’équipe qui a pris le dessus.

Tout le monde travaille pour tout le monde et ces efforts sont récompensés.

David Duke Dunk Providence Friars 2020
(Crédit photo : Ryan Feeney)

La ligne extérieure de Providence a accompli un superbe travail. David Duke (20 points), Luwane Pipkins (10 points), Maliek White (8 points) et A.J. Reeves (11 points) sont arrivés à faire oublier le match moyen du leader Alpha Diallo.

La rotation intérieure des Friars est également à féliciter.

Nate Watson (11 points, 7 rebonds), Kalif Young (6 points, 8 rebonds) et Emmitt Holt (5 points, 5 rebonds) ont réalisé de l’excellent travail dans la raquette. Un bon boulot qui a fatigué Jalen Smith et l’ensemble des Terrapins sur la durée.

David Duke, grand sorcier de Providence

Une jolie performance individuelle est tout de même à relever.

Elle est l’oeuvre de l’arrière David Duke. Un tel nom doit vous rappeller (peut-être) une autre personne, étrangère au basketball. Il est, effectivement, l’homonyme de l’horrible David Duke, “Grand Wizard” du Ku Klux Klan. Un personnage à découvrir dans “BlacKkKlansman” (que je vous conseille).

A défaut (et heureusement) d’occuper le même rôle, notre David Duke s’est transformé en grand sorcier de Providence.

Le sophomore des Friars a sorti une performance très propre et a rappelé qu’il était un joueur sur lequel il faudrait compter dans le futur. Sur son nuage, il a inscrit 20 points (5/7 dont 3/4 à 3-points) sans rien forcer.

Il a magnifié l’attaque des siens et a ébloui le public. Cette performance n’est pas sans rappeler ses 36 points lors de la victoire sur Creighton, en janvier dernier.

Mais ce n’est pas qu’en attaque que David Duke s’est distingué.

En effet, le jeune arrière a accompagné ses 20 points par 5 rebonds, 5 passes décisives et 5 interceptions. Une feuille de stats all-around, en 20-5-5-5, qui montre que David Duke sait tout faire, en attaque comme en défense.

On se languit déjà de le voir au prochain tour, prêt à martyriser la défense des Blue Devils. David Duke est-il prêt à renverser Duke ?

Plus de lecture ?
Makur Maker Hillcrest Prep High School 2019
Makur Maker (#17, 2020) à Howard : la vague des HBCUs est-elle lancée ?