Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Zavier Simpson Michigan Wolverines vs Purdue 2020
(Crédit photo : Michigan Athletics)

First Round : #8 Michigan surclasse l’équipe de 3×3 de #9 Oklahoma

La MoC Madness débute avec le First Round, où 8 rencontres seront résumées par les soins de la rédaction (avec l’aide de “faits alternatifs”) sur 2 jours consécutifs. Huitième épisode du tournoi : #8 Michigan contre #9 Oklahoma.

Vous cherchez le bracket de notre compétition ? Un seul clic.

Vous ne comprenez pas le principe de la MoC Madness ? Les indications juste ci-contre.

Qu’est-ce que la MoC Madness ?

La March Madness a succombé à la pression du COVID-19. Mais, la rédaction de Midnight on Campus a sorti l’artillerie lourde pour conclure la saison de basketball universitaire sur une note (folle) digne du mois de mars : la MoC Madness.

Lors des 3 prochaines semaines, la MoC Madness reprend le flambeau du NCAA Tournament pour couronner un champion national… à notre propre sauce. Du First Round au Final Four, nous mettrons la main à la pâte afin de poursuivre la folie du mois de mars (au sens propre comme au sens figuré). 4 résumés plus ou moins plausibles par jour de compétition et 1 bracket rempli par nos soins.

Et, surtout, aux grandes occasions les grands moyens. 

Bastien a gentiment réquisitionné son chat, Mopti, pour désigner les vainqueurs de nos résumés originaux. Oui, sans blague. Vous souvenez-vous de Paul Le Poulpe ? Et bien, c’est le même concept (en beaucoup plus mignon). Notre plume s’occupe du reste en construisant des faits alternatifs et des scénarios selon les préférences initiales de Mopti.

Impartialité garantie. 

A la recherche de résultats à l’objectivité pure ? La MoC Madness n’est pas pour vous. En quête d’événements fictifs dans le simple but de se distraire ? Vous allez adorer. 

La préférence de Mopti : Michigan


Selon notre très cher ami Wikipédia, “le basket-ball ou basketball, fréquemment désigné en français par son abréviation basket, est un sport collectif opposant deux équipes de cinq joueurs“.

Que nenni !

#9 Oklahoma l’a prouvé ce soir en jouant à 3 contre 5. Pour la première fois de l’histoire du tournoi final, seulement 3 joueurs ont inscrit la totalité des points d’une équipe.

Kristian Doolittle (28 points), Austin Reaves (23 points) et Brady Manek (19 points).

Alors dans ce contexte, difficile de ne pas s’imposer pour #8 Michigan. Pas moins de six joueurs ont inscrit 10 points ou plus pour les Wolverines. Victoire 82 à 70. A chacun sa stratégie.

Michigan, jaune et bleu comme les Warriors

Dans une conférence Big Ten très dense, les Wolverines peuvent être considérés comme une équipe moyenne. Le bilan de 10-10 en matchs de conférence n’est pas flatteur et les quelques déroutes durant la saison sont le simple reflet d’une équipe inconstante.

Mais, la MoC Madness lancée, Michigan semble être au top de sa forme. Capable du pire comme du meilleur, les hommes de Juwan Howard répètent leur partition à la perfection en début de match (18-6).

Oklahoma ne peut pas faire grand chose. Les tirs sont forcés et les 5 pertes de balle en cinq minutes sont fatales. En face, on retrouve la magnifique équipe de décembre. Celle qui avait battu coup sur coup North Carolina (alors classé dans le Top-10) et Gonzaga. Celle qui avait eu l’honneur d’avoir son article sur le site.

Le jeu moderne des Wolverines, alternant une belle réussite à l’intérieur et un jeu extérieur, paie. Les Golden State Wolverines sont on fire.

Isaiah Livers (15 points à 4/8 à 3-pts) envoie quelques bombes, bien accompagné par Zavier Simpson. Alors que les Sooners réussissent à recoller peu à peu grâce à Kristian Doolittle (31-25), il inscrit cinq 3-points de suite à cinq minutes de la mi-temps. Le meneur de jeu est intenable.

Zavier Simpson, direction la ligne des lancers

Michigan prend le large (46-30).

Lon Kruger décide alors de lancer le Plan B (ou C, voire D). Personne n’y avait pensé. Aucun spécialiste outre-Atlantique ne l’avait mentionné en avant-match. Pourtant, il le fait. Le head coach des Sooners décide de mettre en place un hacking sur l’homme en forme de Michigan.

“Mais il est fou”, diriez-vous ? Et bien non.

Bien qu’il soit plutôt précis derrière la ligne à 3-pts (36%), Zavier Simpson est catastrophique sur la ligne des lancers-francs : 57.4% durant la saison.

Le plan marche.

Le meneur est victime de fautes intentionnelles presque à chaque possession. A 10 minutes du buzzer, il affiche un terrible 9/25 sur la ligne. Zavier Simpson est aussi précis que Milhouse des Simpson.

Et évidemment, personne n’aime Milhouse… euh, Zavier, dans ces moments.

From Doolittle to Dolittle

Oklahoma en profite pour revenir à 5 petits points des Wolverines (65-60). Mais le hacking commence à peser. Jalen Hill (10.9 minutes de moyenne cette saison) et Kur Kuath (10.6) sont exclus pour 5 fautes.

Toutes effectuées sur Zavier Simpson.

Brady Manek, membre de l’équipe de 3×3 d’Oklahoma est également exclu. Il finit le match avec 19 points et 7 rebonds. Kristian Doolittle est désormais seul (avec Austin Reaves, quand même) pour tenter de qualifier son équipe.

Malgré ses 26 points au compteur à 8 minutes de la fin, il craque complètement. Shoots forcés pour éviter les prises à quatre de Michigan, pertes de balle en transition et dunk raté. Plus rien ne rentre.

Kristian Doolittle n’est plus.

Comparé à Iron Man par les fans du programme, il devient Dolittle. Une lettre en moins, qui coûte cher.

Franz Wagner (15 points et 11 rebonds) et Eli Brooks (13 points et 4 passes) terminent le travail pour Michigan. Les Wolverines s’imposent 82 à 70 et se qualifient pour le Second Round de la MoC Madness.

Zavier Simpson possède 48h pour travailler ses lancers, au risque de ruiner les espoirs de toute une université lors du tour suivant.

Malgré un beau parcours en conférence Big 12, la marche était trop haute pour Oklahoma. En conférence de presse, Kristian Doolittle a voulu rassurer les fans.

L’objectif de la saison est bien les Jeux Olympiques de Basketball 3×3. La discipline sera présente à Tokyo pour la première fois de l’histoire. Avec le trio Doolittle-Reaves-Manek, les Sooners ont des chances de médaille.

Si les JO sont maintenus…

Plus de lecture ?
K.J. Feagin Santa Clara Broncos Basketball 2018
“A la recherche de Cendrillon” : l’apprentissage à la dure pour Santa Clara (WCC)