Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Don Haskins Texas Western Miners National Championship 1966

“Midnight Throwback” : le replay (complet) de Texas Western-Kentucky au National Championship 1966

La MoC Madness est off aujourd’hui. Un jour de repos pour nos joueurs. Mais, aucune inquiétude, on vous propose de revivre quelques matchs de légende de l’histoire de la March Madness. Huitième arrêt : en 1966, pour un National Championship pas comme les autres, entre Texas Western et Kentucky.

Un “Retour vers le Futur”, édition Midnight on Campus.

19 mars 1966, College Park.

#3 Texas Western se présente à la Cole Field House pour y affronter #1 Kentucky. Le premier cinq majeur entièrement composé d’afro-américains s’apprête à affronter la meilleur équipe du pays, Kentucky. Un programme aussi connu pour être réservé aux blancs, et ce, jusqu’en 1969.

Une opposition drastique dans une Amérique qui souffre encore de ségrégation.

En 1966, cette finale du NCAA Tournament est l’un des tournants du mouvement pour les droits civiques afro-américains. Un match important pour le basketball, certes, mais surtout important pour la lutte vers l’égalité, à une époque où celle-ci était loin d’être acquise.

Quand on sait qu’elle ne l’est toujours pas en 2020, on peut s’imaginer la situation en 1966.

Kentucky en tant que grand favori

Entrainés par le grand Adolph Rupp, les Wildcats ont dominé la saison régulière et se présentent avec le statut de grand favori.

Avec un record de 24-1, Kentucky est l’ogre de la ligue en 1965-66. L’équipe menée par Pat Riley bat chacun de ses adversaires et est classée premier du pays pour le NCAA Tournament. Exemptés du premier tour, ils battent par la suite Dayton, puis Michigan et remportent la région Mideast.

Adolph Rupp Kentucky Wildcats NCAA Tournament 1966

Duke se dresse face aux Wildcats lors du Final Four, mais, après une lutte acharnée, Kentucky l’emporte (83-79) avec l’aide d’un Louie Dampier des grands soirs.

Un nouveau titre de champion national semble tendre les bras à l’université de Kentucky, après ceux acquis en 1948, 1949, 1951 et 1958. Mais, face à eux se dresse Texas Western, une équipe historique.

Texas Western, l’outsider

Texas Western (aujourd’hui connu sous le nom de UTEP) s’affiche clairement en tant qu’outsider. En même temps, les Miners ne connaissent que leur deuxième participation à la March Madness, après 1963 et 1964.

Ils ne partent pas favoris face à une équipe de Kentucky habituée aux feux de la rampe. Mais, cette équipe de Texas Western est particulière.

Déjà, parce que c’est la première fois dans l’histoire qu’une équipe composée d’un cinq majeur entièrement afro-américain arrive à un tel stade de la compétition. Mais, aussi, parce que les joueurs et le head coach cassent tous les stéréotypes. Les Miners jouent un jeu intelligent et posé, aux antipodes des préceptes de l’époque.

Texas Western est classé troisième du pays après la saison régulière et se hisse jusqu’en finale du NCAA Tournament.

La “Glory Road” pour accéder jusqu’au National Championship n’a pas été simple, mais les hommes de Don Haskins l’ont fait.

Avec un succès contre Kansas en finale régionale (81-80 en 2OT), les Miners valident leur qualification pour le Final Four et rencontrent la superbe équipe de Utah. Jerry Chambers score 38 points pour les Utes ; mais, trop peu face à la force collective de Texas Western. Orsten Artis, Bobby Joe Hill et Willie Worsley combinent leurs efforts pour 52 points et terrassent Utah (85-78).

Don Haskins et les siens vont se battre pour le titre.

Un titre qui récompenserait le travail et le culot du génie Don Haskins (Hall of Famer). Un entraineur qui a osé aligner un cinq entièrement afro-américain dans une Amérique encore trop blanche. L’opposition face à Kentucky est grande et est un combat symbolique dans la lutte pour les droits civiques.

Un match de basketball qui résume bien l’esprit des Etats-Unis à cette époque. Plus qu’un match, même, comme une représentation de cette société américaine ségrégué. Une opposition qui a contribué à changer les points de vue et à commencer à améliorer la condition des afro-américains aux Etats-Unis.

Le genre de rencontre qui crée la légende et la beauté du sport.

Gametime !

Rien que pour la résonance de cette finale, on ne peut passer à côté.

Avant d’être la finale du NCAA Tournament, cette rencontre marque un tournant dans l’histoire. Il voit s’affronter un programme de Kentucky réservé aux blancs face à une équipe de Texas Western avec 5 afro-américains dans le cinq de départ.

Un épisode important de l’histoire qui montre que le sport n’est que le reflet de notre société, mais qu’il peut aussi influencer cette dernière. Un match d’un autre temps… à jamais dans l’histoire.

Bon match !

Plus de lecture ?
Bill Self Kansas Jayhawks Head Coach Notice of Allegations NCAA 2019
Kansas poursuit une guerre de tranchées dangereuse avec la NCAA