Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Stephen Curry Davidson Wildcats vs Kansas Elite 8 March Madness 2008
(Crédit photo : Gregory Shamus - Getty Images)

“Midnight Throwback” : le replay (complet) de Kansas-Davidson à l’Elite 8 2008

La MoC Madness est off aujourd’hui. Un jour de repos pour nos joueurs. Mais, aucune inquiétude, on vous propose de revivre quelques matchs de légende de l’histoire de la March Madness. Septième arrêt : en 2008, pour un match de l’Elite 8 digne de Final Four, entre Kansas et Davidson.

Un “Retour vers le Futur”, édition Midnight on Campus.

30 mars 2008, Detroit.

Cette édition de la March Madness, en 2008, est rentrée dans la légende pour un bon nombre de raisons. Déjà, le premier tour a été émaillé par une série d’upsets. 4 équipes avec un seed supérieur à #10 se sont imposées (#12 Villanova, #13 Siena, #12 Western Kentucky et #13 San Diego) sur tous les matchs joués à Tampa.

Georgia, improbable vainqueur d’un tournoi de conférence SEC (touché par une tornade à Atlanta), s’est qualifié pour le NCAA Tournament avec un seed #14. Le seed le plus bas jamais attribué à une équipe majeure. Champion en MEAC, Coppin State est devenu la première équipe qualifiée avec plus de 20 défaites.

Mais, la plus belle histoire, celle que l’on se remémore encore aujourd’hui, est le run fabuleux de #10 Davidson jusqu’aux portes du Final Four.

Une course folle à la March Madness qui a atteint son paroxysme contre #1 Kansas, grand favori de la compétition, où Bill Self faisait face à son destin pour sa 5ème saison sur le campus des Jayhawks.

Davidson à 25-0… et avec Stephen Curry

Deux événements ont marqué la March Madness, en 2008, à tout jamais.

John Calipari est passé à un exploit près de remporter le titre national avec la “petite” équipe de Memphis. Davidson est entré au sein du paysage universitaire par la grande porte après une course effrénée et un leader effronté.

Les Wildcats ont endossé le rôle de “Cendrillon” cette année-là. Et cette équipe avait réellement tout pour plaire au grand public. Une petite école de 1.700 âmes pleine de charme, qui n’a pas remporté de matchs à la March Madness depuis 39 ans et qui meurtrit les géants de la ligue un à un. Le train de la hype se remplit vite, tour après tour, mais un seul homme cristallise toute l’attention.

Stephen Curry, meilleur marqueur du pays (25.9 points de moyenne) au cours de la saison régulière, porte les Wildcats sur ses épaules.

Le jeune homme, au faciès angélique et à la carrure plutôt frêle, a volé le coeur de la nation en l’espace de quelques semaines. Oui, en semaines. Parce que Davidson ne sort pas de nulle part : les Wildcats étaient (largement) meilleurs que leur seed #10.

Stephen Curry Davidson Wildcats vs Gonzaga First Round March Madness 2008
(Crédit photo : Chuck Burton – AP Photo)

Un record immaculé de 20-0 en SoCon. Un tournoi de conférence remporté haut la main. Une série de 22 victoires consécutives avant l’ouverture de la March Madness. Et, évidemment, le meilleur marqueur de la ligue.

Stephen Curry est le moteur incontesté et incontestable des Wildcats. Bien épaulé par le senior Jason Richards, il enchaine les performances à 30 ou 40 points tout au long de la saison, comme si de rien n’était. Mais ils ne sont pas qu’une étoile filante offensive. Les Wildcats se reposent aussi sur une défense extrêmement solide et agressive.

Davidson frôle la perfection et, dès l’ouverture du NCAA Tournament, continue de pousser vers l’avant grâce aux exploits du sophomore.

  • Les Wildcats renversent #7 Gonzaga dès le First Round. Stephen Curry marque 40 points (dont 30 unités après la pause).
  • Menés de 17 points en début de 2ème mi-temps, ils remontent et battent #2 Georgetown dans les derniers instants. Stephen Curry marque 30 points.
  • Ils enterrent les champions de conférence Big Ten, Wisconsin, au Sweet 16. Stephen Curry marque 33 points face à la meilleure défense de la ligue.

Et, il est seulement devenu le 4ème homme de l’histoire à marquer plus de 30 points lors de ses 4 premiers matchs à la March Madness (entre 2007 et 2008).

C’était le coming-out de Stephen Curry. Les gens dans le monde du basketball savait à quel point Steph était bon. Mais, [ces exploits] l’ont inscrit sur une carte, parce que tout le monde regarde le NCAA Tournament. On est devenus la coqueluche de l’année, avec Steph en tant que leader. Il a pris le pays d’assaut.

explique son ancien coéquipier, Jason Richards, 10 ans plus tard.

Et, puis, Kansas s’est retrouvé sur la route des 25 victoires consécutives des Wildcats.

Une nouvelle déception interdite à Kansas

Bill Self n’avait (déjà) plus le droit à l’erreur en 2008.

L’actuel head coach des Jayhawks avait gagné partout où il était passé dans sa carrière d’entraîneur. Oral Roberts, Tulsa et Illinois. Mais, après 4 saisons sur le campus, il n’avait toujours pas foulé les parquets du Final Four.

Pire, durant cette période, Kansas a subi un upset dès le premier tour face à #14 Bucknell puis face à #13 Bradley en 2 éditions consécutives du NCAA Tournament. Et son prédécesseur à Lawrence était sacré champion national au même moment. Roy Williams n’a eu besoin que de 2 ans pour remporter le gros lot à North Carolina.

En 2008, avec une des meilleures équipes du pays sous ses ordres, autant dire que la réputation de Bill Self était en jeu.

Mario Chalmers Celebration Kansas Jaykawhs March Madness 2008
(Crédit photo : Rich Sugg – Kansas City Star)

Avec un mélange de talent, d’expérience et de profondeur, Kansas accomplit une saison impressionnante.

Les Jayhawks ont dévasté la saison régulière et renversent tous leurs adversaires avec une moyenne de 20 points d’écart. Une foule de jeunes joueurs talentueux (qui écumeront la NBA par la suite) compose l’effectif : Cole Aldrich n’est que freshman, le sophomore Sherron Collins a été désigné meilleur 6ème homme en conférence Big 12 tandis que l’on recense Darrell Arthur, Darnell Jackson et Brandon Rush dans le 5 majeur.

Mais l’attraction de cette équipe s’appelle Mario Chalmers (12.8 points, 3.1 rebonds et 4.3 passes).

Le meneur junior a dirigé les siens à une saison conclue avec un titre de saison régulière, un titre au tournoi de conférence Big 12 et un record de 31-3. Il était difficile de trouver une faille à ces Jayhawks. Puis, lors des premiers tours de la March Madness, Kansas n’a fait qu’une bouchée de #16 Portland State (+24), #8 UNLV (+19) et #12 Villanova (+15).

Davidson ne devait être qu’une formalité supplémentaire pour accéder à leur premier Final Four depuis 2003.

Cependant, Mario Chalmers et Stephen Curry se sont livrés à une bataille transcendante jusque dans les ultimes instants.

Gametime !

Au terme d’une partie entre David et Goliath, entre la brillante “Cendrillon” de 2008 (qui n’en est pas réellement une) et l’une des superpuissances de la ligue, entre Davidson et Kansas, la March Madness a connu une nouvelle partie légendaire entre deux équipes aux antipodes l’une de l’autre.

Et, une nouvelle fois, Stephen Curry a endossé sa cape de super-héros.

Bon match !

Plus de lecture ?
Villanova Wildcats vs Georgetown Hoyas National Championship March Madness 1985
“Midnight Throwback” : le replay (complet) de Villanova-Georgetown au National Championship 1985