Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Lamar Butler Celebration George Mason Patriots UConn Elite 8 2006
(Crédit photo : H. Darr Beiser / USA TODAY Sports)

“Midnight Throwback” : le replay (complet) de George Mason-UConn à l’Elite 8 2006

La MoC Madness est off aujourd’hui. Un jour de repos pour nos joueurs. Mais, aucune inquiétude, on vous propose de revivre quelques matchs de légende de l’histoire de la March Madness. Neuvième arrêt : en 2006, pour un Elite 8 digne d’une rencontre du Final Four, entre George Mason et UConn.

Un “Retour vers le Futur”, édition Midnight on Campus.

26 mars 2006, Washington D.C.

Tout le monde aime les contes de fées. Les fans de basketball universitaire ont leur préféré : Cendrillon. Chaque année, les fans écument les différentes équipes pour trouver leur Prince Charmant ; oui, un programme qui peut créer la surprise à la March Madness jusqu’à se hisser au Final Four.

En 2006, le Prince Charmant s’appelait George Mason.

À première vue, les Patriots n’ont aucune chance (ou presque) de se hisser parmi les 4 meilleures équipes du pays. Et pour cause, ils n’avaient jamais remporté le moindre match au NCAA Tournament avant cette date. L’équipe n’avait même participé qu’à 3 éditions de la March Madness.

Pourtant, les Patriots s’apprêtent à écrire un bout d’histoire. À tel point qu’après 2006, les analystes poseront chaque année la même question : « Qui sera le George Mason de cette année ? »

Le programme était inconnu de tout le monde.

Tout le monde ignorait que George Mason était la plus grande université publique de l’état de Virginie. Beaucoup pensaient que nous étions une petite école privée.

déclarait Jim Larrañaga, head coach de George Mason entre 1997 et 2011, sur NCAA.com.

Après le match d’anthologie face à UConn, George Mason ne sera plus jamais anonyme.

George Mason vit un rêve éveillé

L’épopée de George Mason débute bien avant le début de la saison 2005-2006.

Jim Larrañaga amène Bob Rotella, psychologue du sport, sur le campus. Il demande aussitôt à l’équipe de visualiser ce qu’elle pourrait accomplir cette saison. Un joueur s’avance, il s’agit de Lamar Butler.

Le senior et co-capitaine de l’équipe déclare soudain qu’il veut voir George Mason au Final Four. Il deviendra le symbole de cette merveilleuse aventure.

Les joueurs et leur head coach sont enthousiastes. En effet, 7 des 8 meilleurs scoreurs de l’équipe de l’année précédente sont de retour. Tous ont travaillé d’arrache-pied durant l’été. Jim Larrañaga n’hésite pas à employer les grands mots pour convaincre ses joueurs.

Je leur ai dit que je pensais que l’on pouvais faire la meilleure saison de l’histoire du programme.

confie-t-il à l’époque.

On prédit à George Mason une 3ème place dans la conférence Colonial à l’issue de l’intersaison. Et, le début de saison n’est pas idyllique.

Après un succès contre UC Irvine et une défaite après prolongation contre Wake Forest (équipe classée à ce moment-là), les Patriots subissent une lourde défaite face à Creighton (72-52).

Jim Larrañaga décide alors d’opérer un changement qui sera la clé du succès. Le meneur titulaire Tony Skinn est décalé sur un poste d’ailier et Folarin Campbell, meilleur distributeur, est propulsé titulaire à la mène.

Après un tel changement, les Patriots réalisent la meilleure saison régulière de leur histoire. George Mason remporte 22 succès et ne compte que 6 défaites (15-3 en CAA).

Des résultats suffisants pour offrir un premier Top 25 de son histoire en février.

Des doutes vite oubliés à la March Madness

Tout va bien dans le meilleur des mondes pour George Mason… jusqu’à ce que le tournoi de la conférence Colonial ne joue un vilain tour aux Patriots.

Lors des demi-finales du tournoi, George Mason est opposé à Hofstra. Les Patriots, pourtant favoris, déchantent et sont battus à la surprise générale (58-49). Pire encore, Tony Skinn assène un coup de poing à un joueur de Hofstra, ce qui lui vaut un match de suspension. Il sera suspendu si March Madness il y a, car, avec cette défaite les Patriots laissent échapper un ticket direct pour le tournoi final.

Il faut passer par le Selection Sunday. Le comité de sélection octroie finalement un billet pour le NCAA Tournament aux Patriots. Ils y arrivent revanchards.

Au premier tour, les hommes de Jim Larrañaga croisent le fer avec Michigan State. Grâce à son meneur Folarin Campbell (21 points à 8/8 aux tirs), George Mason gagne à la surprise générale (75-65).

Will Thomas George Mason Patriots vs UConn Elite 8 2006
(Crédit photo : Getty Images)

Pas le temps de célébrer : les Patriots doivent affronter le champion national en titre. Face à North Carolina (de David Noël, Tyler Hansbrough ou d’un certain Marcus Gyniard), George Mason l’emporte (65-60) grâce aux 18 points de Lamar Butler.

Les Patriots ne sont plus une surprise.

L’université qui n’avait jamais remporté le moindre match à la March Madness met le cap sur le Sweet 16. Opposés à Wichita State, dans un savoureux duel made in mid-majors, les Patriots continuent leur route avec une belle victoire (63-55).

Avant d’affronter la meilleure équipe du pays, UConn, lors de l’Elite 8.

UConn, sûr de sa force

À l’heure d’affronter les Patriots, UConn est considérée comme intouchable.

Emmenés par Rudy Gay, Josh Boone et Hilton Armstrong, les Huskies ont de quoi faire peur. Ils n’ont perdu que 3 matchs sur l’ensemble de la saison ; dont un fabuleux quart de finale du tournoi de conférence Big East face à Syracuse.

Ils sont les hommes à abattre.

Mais, depuis le début de la March Madness, le rouleau compresseur des Huskies a du mal à se mettre en place. Les hommes de Jim Calhoun ont bataillé pour sortir des griffes de Kentucky (87-83) et, surtout, pour venir à bout de Washington, mené par le talentueux Brandon Roy, après prolongation (98-92).

George Mason est un bon test pour les hommes de Jim Calhoun.

4 Huskies sont déjà attendus au premier tour de la prochaine Draft NBA (5 joueurs de l’équipe seront sélectionnés au total) et ce match doit montrer aux franchises qu’ils ont un mental à toute épreuve.

C’est dans ce contexte que se déroule un Elite 8 légendaire, qui ouvrira les portes du Final Four à l’un des programmes.

Gametime !

Ce match est considéré par les observateurs comme l’un des meilleurs matchs de l’histoire du NCAA Tournament.

Il représente tout ce que l’on aime en basketball universitaire : une petite équipe qui défie un ogre sans aucune peur et en ayant la certitude de pouvoir le faire tomber. Les Patriots seront menés, jusqu’à 12 points de retard, et subiront le déficit de taille à l’intérieur. Mais, leur courage est plus fort que tout.

George Mason a surpris tout le monde du basketball universitaire pour réaliser l’un des plus grands exploits du basketball moderne.

Bon match !

Plus de lecture ?
Eric Monroe Yale Bulldogs vs Harvard 2020
Elite 8 : #13 Yale continue de rêver et élimine #3 Duke sur un exploit défensif