Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Villanova Athletics)

“Zooming On” : l’apprentissage difficile de Joe Cremo à Villanova

Lors de l’annonce du transfert de Joe Cremo à Villanova, la hype était bien présente. Et après une première partie de saison, il est temps de tirer un bilan sur le prospect : il déçoit énormément.

Lors de l’intersaison, Villanova a perdu gros avec le départ de quatre cadres titulaires. Du coup, le recrutement de Joe Cremo sonnait comme un miracle qui permettrait au programme de défendre son titre national. Il faut dire que le joueur sortait de trois saisons exceptionnelles à Albany.

Il y est devenu le meilleur scoreur en Mid-Majors (avec Mike Daum) et a voulu tenter un nouveau défi pour terminer son cursus universitaire en rejoignant Villanova, une équipe qui lui correspond à merveille.

Mais voilà, la vérité du parquet est tout autre.

Un apport proche du néant, aucune adresse et les fans qui commencent à se demander si ce n’est pas son frère jumeau jouant à sa place. Longtemps, Jay Wright faisait confiance au joueur mais depuis quelques matchs, son temps de jeu diminue au fil de la saison.

Joe Cremo est toujours titulaire mais ne joue que très peu.

Lors du dernier match face à #24 St. John’s, il n’a joué que 16 minutes pour 0 point à 0/2 aux tirs. Hormis le match face à UConn où il a connu un peu d’adresse, ses récentes statistiques ressemblent à un freshman qui n’a pas encore digérer sa transition entre le lycée et l’université.

Mais ce qui fait parler à Villanova, c’est surtout son temps de jeu. Il possède une certaine immunité qui commence à agacer outre-Atlantique, prenant des minutes aux jeunes prospects talentueux comme Jahvon Quinerly, Saddiq Bey ou encore Cole Swider.

Certes, un joueur de son profil est toujours intéressant à avoir sur un parquet car il peut prendre feu à tout moment. Sauf que notre bon vieux Joe Cremo ne met plus rien.

Il n’est pas aidé par ses coéquipiers, mais c’est aussi à Joe Cremo de se mettre au diapason pour s’intégrer au mieux dans ce collectif. Quand il était à Albany, il était le joueur majeur et touchait tous les ballons et ses coéquipiers se mettaient à sa disposition. Là, à Villanova, c’est un collectif que prône Jay Wright et il n’y a pas de place pour une telle individualité.

De plus, il ne défend pas, ce qui est problématique avec les Wildcats. Forcément, l’adversaire vise en priorité Joe Cremo, ce qui met en péril ses coéquipiers qui doivent venir aider.

Villanova va mieux depuis quelques temps. Jay Wright ouvre un peu plus son banc notamment en donnant du temps de jeu à ses freshmen. L’équipe est plus équilibrée maintenant et commence (enfin) à jouer son jeu, quitte à mettre un joueur comme Joe Cremo sur le banc.

Pourtant, on sait pertinemment que sur l’intégralité de la saison, les Wildcats auront besoin d’adresse extérieure et donc de l’ancienne star d’Albany. Encore faut-il que Joe Cremo se batte pour sa place, que ce soit à l’entraînement et en match.

En tout cas, sa cote pour la Draft NBA est proche du néant, alors qu’il avait une belle hype à la fin de sa saison de junior. Il va devoir élever son niveau de jeu s’il veut avoir une chance au sein de la grande ligue. C’est mal partit en tout cas mais on y croît. On attend patiemment un déclic.

Une chose est sûre : si Joe Cremo redevient le Joe Cremo que l’on a connu à Albany, Villanova sera un prétendant plus que crédible à sa propre succession. Sans lui, cela se révélera beaucoup plus difficile.

Plus de lecture ?
Myles Powell Seton Hall Big East Tournament MSG 2019
#CBBPreview : nos prédictions complètes de la conférence Big East en 2019-20