Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Sports Illustrated)

Antoine Davis, meilleur que Stephen Curry : le freshman de Detroit Mercy rentre dans l’histoire de la NCAA

Cette saison, les Mid-Majors ont permis de révéler plusieurs sensations, telles que le sophomore de Murray State, Ja Morant. Mais une autre pépite s’est révélée en la personne de Antoine Davis.

Lors de la victoire de Detroit Mercy face à IUPUI (87-85), le freshman termine avec 20 points et 6 passes, dont 4 réussites à 3-points. Il s’agissait de son 125ème panier à 3-points de la saison, ce qui lui permet de dépasser un certain Stephen Curry (122 lorsqu’il jouait à Davidson) au niveau des réussites longue distance en une saison pour un freshman.

Tout en sachant qu’il reste un match de saison régulière en Horizon League ainsi que le tournoi de conférence pour faire gonfler ce total, c’est impressionnant.

Le freshman de Detroit Mercy a tout d’abord réussi à remettre le programme des Titans en marche, avec seulement deux victoires de retard sur le troisième en Horizon League. Son excellente saison de freshman s’est transformée en un exercice historique pour le prospect, qui vient d’inscrire son nom dans les livres du basketball universitaire.

 

Recruté par seulement 3 équipes

 

Un peu comme Stephen Curry, Antoine Davis sort d’un lycée moins médiatisé que les autres et n’a donc pas de véritable hype sur son dos. Prospect 3-étoiles ,il est pourtant considéré par les scouts du Texas (notamment) comme un diamant brut, qui peux avoir du succès à l’échelon supérieur.

Mais voilà, la dure loi du High School lorsque vous évoluez dans un circuit un peu underground est que la visibilité n’est pas au rendez-vous et que les offres sont bien moins séduisantes.

Seulement quelques programmes s’intéressent à Antoine Davis, dont UMass, Detroit Mercy ou Houston.

D’ailleurs, le premier choix de Antoine Davis se porte sur Houston mais il revient sur sa décision un peu plus tard et ouvre de nouveau son processus de recrutement. Finalement, il reste près de chez lui et s’engage avec Detroit Mercy, avec la promesse d’un temps de jeu idéal pour se montrer.

Le fait que son père a rejoint le staff des Titans, ainsi que son frère qui est dans le coaching staff depuis deux ans, a joué.

 

Antoine Davis débute la saison en fanfare

 

Antoine Davis commence fort la saison, avec une pointe à 32 puis 30 points lors de ses deux premières apparitions en carrière. Et dès son quatrième match, le joueur passe la barre des 40 points (42) avec notamment une adresse globale excellente (14/21).

En plus d’être un fort scoreur, Antoine Davis est aussi une gâchette à trois points.

Mais c’est réellement début janvier que le freshman se fait un nom. Lors de la réception de Wright State, un cadre de la conférence, il sort un match DANTESQUE en plus de rentrer dans l’histoire de son programme, déjà.

Malgré tout, il va connaître une fin de saison un peu délicate.

Il faut dire que le record de 3-points réussis en une saison lui trotte dans la tête et il a perdu cette fluidité au tir, surtout à propos de sa sélection. Il avait tendance à forcer le tir à 3-points, mais en même temps, difficile de lui en vouloir en étant si près d’une performance historique.

 

Detroit Mercy… à la March Madness ?

 

L’histoire de Antoine Davis est belle. Cela prouve, une nouvelle fois, qu’il existe des pépites aux quatre coins du pays, sans forcément jouer dans les meilleurs lycées ou académies.

Les Mid-Majors permettent à nouveau de faire découvrir un excellent prospect, qui risque de recevoir quelques offres de transfert sur la table en provenance d’équipes du Power Six à l’intersaison. A moins que le joueur veuille inscrire son nom durablement dans les livres des records de Detroit Mercy.

Et puis, sait-on jamais, la Horizon League nous a habitué à produire des grandes surprises lors de son tournoi de conférence. Il n’est pas impossible de voir Detroit Mercy se qualifier pour la March Madness.

Même si une participation au NIT serait déjà une belle victoire tant le programme revient de loin.

 

Plus de lecture ?
Walter McCarty Evansville
“A day with Evansville” : les Purple Aces, des jeunes aux dents longues