Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Kim Klement, USA TODAY Sports)

#5 Virginia s’en sort de justesse face à #12 UNC Wilmington

Virginia était prévenu : UNC Wilmington n’était pas loin de faire tomber Duke la saison dernière à ce stade de la compétition. Et ce cas de figure a failli se reproduire avec #5 Virginia qui, à l’expérience, s’impose sur le score de 76 à 71. Mais que ce fut dur pour les Cavaliers (et quelle purge de regarder UVa en attaque, tellement peu inspiré…).

London Perrantes a été l’homme fort du côté de Virginia, prenant sur ses épaules son équipe en deuxième période. Il termine avec 24 points au compteur. Marial Shayok a été le facteur X avec 23 points, record en carrière, le tout encore une fois en sortant du banc. Pour #12 UNC Wilmington, quatre joueurs sont à 12 points marqués ou plus. Chris Flemmings termine meilleur marqueur avec 18 points ainsi que 9 rebonds. Il fut bien épaulé par Denzel Ingram (17 points), Ambrose Mosley (14 points, 4/4 à trois points) et Devontae Cacok (12 points et 15 rebonds).

Le début du match voit les deux équipes se rendent coup pour coup alors qu’UNCW ne trouve de l’adresse à trois points et prend un premier avantage au tableau d’affichage (15-9, 7′). Cet écart se creusera un peu plus au fil des minutes, les Seahawks comptant même jusqu’à 14 points d’avance ! On ne reconnaît plus Virginia, qui a opté pour un small ball… qui ne marche absolument pas. Fort heureusement, les joueurs du banc vont mettre leur grain de sable et les cavaliers termineront ce premier acte avec un cinglant 16-2. Le score à la pause est en faveur de ces derniers, 30 à 29.

Au retour des vestiaires, Virginia surfe sur sa fin de première période pour en remettre une couche, même si UNC Wilmington arrive à trouver des alternatives dans le jeu. Alors que les Seahawks sont à 15 longueurs des Cavaliers et qu’il reste 13 minutes à jouer, on pense que c’est plié…

Mais la défense très haute et très agressive d’UNCW provoque des pertes de balles, qui se transforment rapidement en points, que ce soit via le jeu en transition ou bien sur une adresse retrouvée à trois points. C’est trop pour Virginia, qui est dépassé par les assauts répétés de leur adversaire du soir, qui comblent le retard au tableau d’affichage.

Malgré ce très bon passage, UNC Wilmington va nous refaire le coup de la saison dernière, en s’écroulant complètement dans les cinq dernières minutes. De plus, on rajoute un London Perrantes omniprésent en attaque, qui réalise exploit individuel sur exploit individuel. Au final, UNCW donnera le match dans les dernières secondes avec une perte de balle anodine, qui met fin aux espoirs de comeback et d’upset.

Si cette défaite est clairement frustrante pour UNC Wilmington, elle est “logique” sur le papier. Cependant, encore une fois, Virginia est une purge à regarder. Offensivement, c’est proche du néant et il faut des individualités pour s’en sortir. Il va falloir enlever le mode diesel au prochain tour car cela risque de ne pas passer.

Plus de lecture ?
Des nouvelles de Jeffrey M’Ba : il se reclasse en 2020 et retire son engagement de Virginia